Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paranaturelle

  • Sans âme - Gail Carriger

    Sans âme est à n'en pas douter mon premier coup de coeur littéraire de 2011. J'avais déjà repéré cette série lors d'un séjour à Londres en septembre dernier, mais il y avait 3 tomes en rayon, et une valise déjà bien lourde m'attendait, j'ai donc du résister à la terrible tentation. Bien m'en a pris car 2 mois plus tard j'apprends que le premier tome devrait sortir en français !

    Titre : Sans âme (Une aventure de Alexia Tarabotti)
    Titre VO : Soulless
    Auteur : Gail Carriger
    Edition : Orbit

    9782360510269.jpg


    Résumé :  Miss Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, ne lui avait pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame -t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

     

    Pour une obscure raison, l'ère victorienne se prête énormément aux récits fantastiques (serait-ce lié au sang lycanthrope qui coule dans les veines de la famille royale ?) aussi, voir des loups-garou, des vampires et des fantômes co-habiter en (quasi) parfaite harmonie avec les humains à une telle époque n'est pas le plus original de l'histoire. L'intrigue n'est d'ailleurs pas le point essentiel de l'histoire, on se doute assez tôt de l'issue finale. Non, le point fort de ce roman réside dans ses personnages hauts en couleur. 

    Dans Sans âme nous faisons donc la connaissance de Alexia Tarabotti, jeune vieille fille de 26 ans aux cheveux trop bruns, la peau trop mâte et le caractère bien trop trempé pour plaire à la gente masculine. L'histoire de passe sous le règne de la reine Victoria, à une époque où les loups-garou, vampires et fantômes sont acceptés de tous et ont même accès aux plus hautes fonctions de la monarchie. 

    Alexia Tarabotti est, comme je le disais, une veille fille de 26 ans, mise au rancart depuis ses 15 ans. Aussi, pendant que ses demi-soeurs pensaient à la meilleure tenue pour telle soirée, se devait-elle de trouver une autre occupation. Mais le plus souvent, ce sont les occupations qui la trouvent : Alexia a le chic pour se retrouver dans les pires situations. Cela commence par une attaque de vampire pendant qu'elle prend son thé qui se termine avec une tarte à la mélasse, et qui l'a conduit ensuite à enquêter sur des disparitions de surnaturels. De quoi bien occuper ses journées ! 

    Alexia est une sans-âme, une paranaturelle (je vous laisse découvrir par vous-même sa signification), et déclarée comme telle. Elle est bien connue des autres êtres surnaturels et surtout de Lord Maccon, le loup Alpha de Londres - beau, bourru et écossais, on reste difficilement insensibles (ce dernier va d'ailleurs bien l'aider lorsqu'elle en viendra à mettre en pratique ses découvertes...), son meilleur ami est un vampire excentrique, Lord Akeldama, et sa seule amie, Ivy Hisselpenny est tout aussi fantasque, surtout lorsqu'il est question de chapeaux. 

    Entre Elizabeth Peters (pour l'esprit à la Amelia Peabody de Alexia), Jane Austen (la famille de Alexia ressemble à s'y méprendre à celle de Lizzie) et Charlaine Harris (les vampires parmi les humains), Gail Carriger nous offre là un roman jubilatoire.

    L'intrigue bien maitrisée et pleine de rebondissements, et les personnages hauts-en-couleur en font un roman des plus jouissifs. Un humour omniprésent et une présence fantastique justement maîtrisée, le tout saupoudré d'un peu de romance et de sensualité rendent le tout encore plus plaisant.

    Les pages se tournent toutes seules, répliques cinglantes et situations truculentes sont au rendez-vous, et dès les premiers mots nous sommes sous le charme d'Alexia Tarabotti, de Lord Maccon et de tous les autres personnages extravagants autour d'eux. 

    Sans âme, c'est un concentré de bonne humeur. Aussi bon qu'un thé anglais accompagné d'une tarte à la mélasse ! Une histoire de vampires, de loup-garou et d'ombrelles en cuivre qui ne laissera personne indifférent !


    A quand la suite en français ? 

    Lien permanent Catégories : Livres 29 commentaires Pin it!