Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jude law

  • Sherlock Holmes : Jeu d'ombres - Guy Ritchie

    Sherlock Holmes : Jeu d'ombres
    Réalisé par : Guy Ritchie
    Avec : Robert Downey Jr., Jude Law, Stephen Fry, Noomi Rapace, Kelly Reilly, Jared Harris...

    sherlock-holmes-2-jeux-d-ombre.png

    Résumé : Sherlock Holmes a toujours été réputé pour être l'homme à l'esprit le plus affûté de son époque. Jusqu'au jour où le redoutable professeur James Moriarty, criminel d'une puissance intellectuelle comparable à celle du célèbre détective, fait son entrée en scène… Il a même sans doute un net avantage sur Holmes car il met non seulement son intelligence au service de noirs desseins, mais il est totalement dépourvu de sens moral. Partout dans le monde, la presse s'enflamme : on apprend ainsi qu'en Inde un magnat du coton est ruiné par un scandale, ou qu'en Chine un trafiquant d'opium est décédé, en apparence, d'une overdose, ou encore que des attentats se sont produits à Strasbourg et à Vienne et qu'aux Etats-Unis, un baron de l'acier vient de mourir…

    Autant j'avais adoré le premier film autant j'ai bien aimé ce second volet.

    Le problème majeur : son intrigue. Ou devrais-je dire son manque d'intrigue. Pour ce Jeu d'ombres, Guy Ritchie a décidé lui aussi de prendre pour source la nouvelle Le Dernier Problème du canon holmesien. Donc présentation officielle de Moriarty comme "Napoléon du crime" et par extension grand méchant à vaincre. Ce qui est à l'origine une courte nouvelle doit tenir 2h et des poussières, aussi on rajoute à cela une histoire de gitans, de chirurgie plastique, les préparatifs de la 1ère guerre mondiale et un projet d'assassinat. Sans oublier un Very Bad Trip 3, des costumes de camouflage, une promenade à dos de poney, un voyage en train, un plongeon dans le lac et Mycroft Holmes nu.

    Mais bon, sincèrement : va-t-on vraiment voir ce genre de film pour son intrigue ? Evidemment que non. On y va pour les acteurs, pour l'humour et pour s'en prendre les yeux. Et sur ce point, on est servis !

    photo-Sherlock-Holmes-2-Sherlock-Holmes-A-Game-of-Shadows-2011-41.jpg
    (Où c'est qu'il est Indiana Jones ?)

    Le duo Robert Downey Jr./Jude Law fonctionne toujours aussi bien, voire mieux pour ce qui est de Jude Law. Il a perdu en cheveux mais il a gagné en confiance en lui. Autant dans le premier on le sentait un peu réticent, autant là il se lâche, crève l'écran et son Watson volerait presque la vedette à Sherlock himself. Je dis presque car celui qui lui vole vraiment la vedette, il faut l'avouer est son frère Mycroft. Déjà Mycroft, je l'adore dans la série BBC, je j'aime encore plus ici. Stephen Fry est vraiment excellent en Mycroft extraverti, pas pudique pour un sou, à l'humour noir et aux répliques rares mais qui font mouche.

    Mycroft Holmes: Good evening, Mrs Watson. I'm the other Holmes.
    Mary Watson: You mean there's *two* of you? Marvelous!

    Autres petits nouveaux dans la bande : Noomi Rapace en Simza est vraiment bien, malheureusement son personnage est peu et très mal exploité. De plus, son personnage de bohémienne et femme forte, bien qu'intéressant est en même temps bien cliché. On sent qu'elle est là essentiellement pour faire joli, parce qu'il fallait une fille dans le film et que Mary Watson n'irait jamais faire du poney en France. Et encore moins Irène Adler. Un peu triste d'ailleurs de la voir si peu : dans le premier film j'avais pas trop accroché, mais là, elle m'avait convaincue : un peu comme Jude Law, on l'a sentait plus sûre d'elle et donc plus à l'aise.

    thumbphp.jpg
    (Je te tiens, tu me tiens par la barbichette.... Ah non, mauvaise comptine...)

    Pour ce qui est des méchants : autant j'ai adoré Sebastian Moran, autant James Moriarty m'a laissée de marbre. Sauf lors du jeu d'échec en Suisse. Seul instant du film où on comprend pourquoi ce professeur qui écoute du classique est le seul capable de battre Holmes : il pense comme lui ! Autrement, rien. Jared Harris est très bon, et j'aurais aimé dire que c'est le rôle qui veut ça et qu'en fait il joue très bien les types froids, insensibles et manipulateurs... sauf que non (enfin si il le fait très bien, mais non). Je l'ai surtout trouvé fade, banal et oserais-je dire chiant ? Je sais qu'il est semblable au personnage de Conan Doyle, mais quitte à exagérer Sherlock Holmes au point d'en faire un clown plutôt qu'un réel détective, pourquoi ne pas faire de même avec le caractère de Moriarty ? Sur ce point, le Moriarty de Steven Moffat aura toujours ma préférence. Non vraiment, côté méchant, c'est Moran qui a retenu toute mon attention et j'espère que si troisième opus il y a, il sera présent. J'aime les méchants qui parlent peu mais qui d'un regard, d'un geste, d'un sourire en coin montrent à quel point ils peuvent être cruels. Et ça, Paul Anderson le fait très bien. 

    tumblr_lyqco8QLER1rowssjo1_500.jpg
    (Source)

    Pour ce qui est de la réalisation, comme je disais, on s'en prend plein les yeux. Ce nouvel opus nous emmène de Londres à la campagne anglaise, en passant par le Paris du XIXème avant d'aller en Suisse. Et c'est à chaque fois une merveille pour le yeux. On regrettera cependant la scène dans la forêt, avant le départ en Suisse qui ne sert absolument à rien si ce n'est augmenter le budget effets-spéciaux et réveiller les spectateurs somnolants. Ca explose de partout, ça saute de partout... manquait plus que les uniformes d'officiers et on se serait crus dans un épisode de la saison 2 de Downton Abbey ou dans Birdsong. Visuellement parlant, c'est nickel, scénaristiquement parlant, c'est passable : nous voilà résolument dans un film d'action plutôt qu'un film de détectives. Dommage. Autrement, j'aime toujours autant la reconstitution des époques et Holmes qui décrit la scène avant de se battre. 

    Mais cette fois encore, ce qui vaut vraiment d'aller voir le film, ce sont bien ses personnages et l'humour omni-présent. Ah le couple duo Holmes et Watson - un pur délice. On sent leur amitié, tout le respect et l'admiration qu'ils ont l'un pour l'autre. C'est toujours un plaisir de voir Sherlock jaloux et lancer des petites piques auxquelles Watson ne répondra pas ou au contraire, qu'il entrera dans son jeu. Ils ont le chic pour lancer les vannes qu'il faut au moment qu'il ne faut pas. Et puis, point très positif : ça ne tombe jamais dans le hyper-sentimentalisme - pas de grandes déclarations, juste une phrase ou un geste qui veut tout dire (je pense notamment à la scène dans le train vers la Suisse...)

    Dr. John Watson: Oh, how I've missed you, Holmes.
    Sherlock Holmes: Have you? I've barely noticed your absence.

    La présence de Mycroft apporte un plus non négligeable au film, surtout côté humour. Comme dit plus haut, Stephen Fry est vraiment excellent et le fait de créer en plus du duo Sherlock/Watson, le duo Sherly/Mycroft permet de faire un break dans les sous-entendus sur le relation Holmes/Watson (car oui, bizarrement, tout le monde a trouvé ce second film bourré de sous-entendus, moi j'ai trouvé ça raisonnable)(on évitera cependant de trop s'attarder sur la scène dans le train vers Brighton et du déguisement de Sherlock).

    watson-et-sherlock-holmes-dans-sherlock-holmes-jeu-d-ombres_jpg_500x630_q95.jpg
    "You know, he's nothing like as slow witted as you've been leading me to believe, Sherly."

    Autrement, la musique, les décors et les costumes valent toujours autant le détour. Pareil pour Gladstone, le chien. On ne voit pas le temps passer et nos yeux et nos oreilles ressortent de la salle comblés.

    En résumé :

    • Si vous avez aimé le premier Sherlock Holmes, vous aimerez bien ce deuxième.
    • Si vous n'avez pas vu le premier Sherlock Holmes, vous aimerez celui-là. (ceci a été scientifiquement prouvé par Elisha)
    • Si vous avez vu et pas aimé le premier film, et bien passez votre chemin - ce Jeu d'ombres ne vous réconciliera absolument pas avec Guy Ritchie.

    logo-challenge-victorien.png

    Lien permanent Catégories : Films & Trailers 15 commentaires Pin it!
  • Relax, I'm a Doctor...

    Bon, juste le temps d'un film, mais on ne va pas chipoter pour si peu hein ^^ Vous l'aurez compris (ou pas :P), le gentleman du jour n'est autre que

    Jude Law

    06.jpg07.jpg000.jpg

     

    Daviiiiiiiiiiiiid David Jude Law a pointé le bout de ses bouclettes le 29 décembre 1972 (un cadeau de nouvel an en avance ^^) à Lewisham dans le sud de Londres. Il s'est tourné vers le théâtre dès l'âge de 12 ans, poussé par ses parents ils s'inscrit alors au National Youth Music Theater. Il quitte l'école à 17 ans pour participer à la série "Families" mais revient vite à ses premiers amours : le théâtre. D'ailleurs en 1992, il part en tournée en Italie pour jouer dans Pygmalion. En 1994, c'est pour la pièce Les Enfants Terribles de Jean Cocteau qu'il monte sur scène.

    Côté écran, Jude fait sa première apparition en 1989 dans le téléfilm The Tailor of Gloucester. Après ça, il enchaîne les petits rôles dans des téléfilms et les films à petits budgets tels que Love You, Love You Not aux côté de Claire Danes et Jeanne Moreau. En 1997, il joue dans Gattaca, où il donne la réplique à Ethan Hawke - il a beau avoir le second rôle, il n'en fait pas moins une prestation remarquée. D'ailleurs cette même année, il aura joué sous la direction de Clint Eastwood dans Midnight in the Garden of Good and Evil.

    LY.jpg GA.jpg midnight_16.jpg

    Par la suite Jude enchaîne les tournages de films plus ou moins connus et surtout plus ou moins appréciés... Jusqu'en 1999 et sa participation au film The Talented Mr Ripley aux côtés de Matt Damon, Gwyneth Paltrow et Cate Blanchett - ce film lui vaudra d'ailleurs une nomination aux Oscars pour meilleur second rôle.

    A partir de là, ses films sont déjà mieux côtés et ses partenaires de haut rang. On a ainsi pu le voir dans Love, Honour & Obey aux côtés de entre autres, Jonny Lee Miller. Puis dans Enemy at the gates avec Joseph Finnes et Rachel Weisz, Road to Perdition avec Tom Hanks et Ciaran Hinds, ou encore Cold Mountain où il donne la réplique à Nicole Kidman et Renée Zellweger.

    En 2004 tandis que certains payent leurs factures avec Alexandre, Jude lui se retrouve à l'affiche de pas moins de 5 films : I Heart Huckabees (avec Jason Schwartzman)(spéciale dédi à Pando ^^), Sky Captain and the World of Tomorrow, Closer, Alfie et Aviator(avec Leonardo DiCaprio)(spéciale dédi à Mademoiselle V ^^).

    IHE.jpgA.jpgAvi.JPG

    Après cette année des plus chargées, Jude décide de se prendre des vacances. On ne le revoit donc qu'en 2006 dans All The King's Men & Breaking and Entering - et pour noël Jude à la gentilesse de nous offrir The Holiday ^^

    L'année suivante Jude s'essaye aux crevettes asiatiques en jouant sous la direction de Kar Wai Wong dans My Blueberry Nights où il donne la réplique à Norah Jones - qui pour son tout premier film s'en sort très bien ! Jude quant à lui est toujours aussi bah... Jude quoi ^^ (et moi je veux aussi qu'il me fasse pleiiiiiin d'aussi bonnes et belles tartes *_*)

    BN.jpg BN2.jpg

    Cette même année, il se laisse diriger par Kenneth Branagh dans Sleuth (Le limier en VF) En 2009, il joue les travestis dans Rage avant de passer à travers le miroir de Terry Gilliam dans The Imaginarium of Dr Parnassus.
    Actuellement, vous pouvez le voir jouer les docteurs dans les rues d'un Londres des plus victoriens dans Sherlock Holmes !

    lelimier.jpgl-imaginarium-du-docteur-parnassus-2009-2226-1562068159.jpgsherlocktr1_41.jpg

    Ah et avant que j'oublie, deux petites infos sur Jude :

    1. L'année dernière il a succédé à David Tennant dans le rôle très prisé de Hamlet (photo) - rôle qui lui a d'ailleurs vallu une récompense aux What On Stage Awards (David aussi avait aussi été récompensé pour ce rôle z'inquiétez pas ^^)
    2. Jude n'a aucun problème avec la nudité xD

    17.jpg

    Happy Monday to all ^^

    Lien permanent Catégories : Monday Men & Special Days 27 commentaires Pin it!
  • Sherlock Holmes

    Je sais que j'étais censée faire un billet sur Invictus, mais notre chère amatrice de bananes l'a fait avant moi et à dit tout pareil que moi, alors pour vous éviter de lire deux fois la même chose, z'avez qu'à aller lire son billet.

    Par contre, je vais quand même vous parlez de Sherlock Holmes.

    Sherlock-Holmes-UK-Poster.jpg

    Titre : Sherlock Holmes (et John Watson)(ouais, parce que le Watson l'est important aussi non mais *humpf*)
    Réalisé par : Guy Ritchie
    Avec : Robert Downey Jr, Jude Law, Rachel McAdams, Mark Strong, Kelly Reilly...
    Résumé : Aucune énigme ne résiste longtemps à Sherlock Holmes... Flanqué de son fidèle ami le Docteur John Watson, l'intrépide et légendaire détective traque sans relâche les criminels de tous poils. Ses armes : un sens aigu de l'observation et de la déduction, une érudition et une curiosité tous azimuts; accessoirement, une droite redoutable... Mais une menace sans précédent plane aujourd'hui sur Londres - et c'est exactement le genre de challenge dont notre homme a besoin pour ne pas sombrer dans l'ennui et la mélancolie.
    Après qu'une série de meurtres rituels a ensanglanté Londres, Holmes et Watson réussissent à intercepter le coupable : Lord Blackwood. A l'approche de son éxécution, ce sinistre adepte de la magie noire annonce qu'il reviendra du royaume des morts pour exercer la plus terrible des vengeances. La panique s'empare de la ville après l'apparente résurrection de Blackwood. Scotland Yard donne sa langue au chat, et Sherlock Holmes se lance aussitôt avec fougue dans la plus étrange et la plus périlleuse de ses enquêtes...

    Je n'ai jamais vu aucun film de Guy Ritchie. Je connais les films qu'il a tourné, mais j'en ai vu aucun. Faudrait que je songe à y remédier parce que ce que j'ai vu dans Sherlock Holmes m'a bien plu.

    Je savais d'avance que je n'allais pas voir une adaptation des romans/nouvelles de Conan Doyle donc tous les anachronismes, les évènements surnaturels et tout le toutim, ne m'ont pas gênés, bien au contraire ! J'ai adoré me demander pendant tout le film comment Lord Blackwood avait réussi à manigancer la chose et voir Sherlock chercher une explication rationnelle à tout ça ! Et j'ai encore plus adoré voir qu'il avait raison sur toute la ligne ! L'est fort ce Sherlock.

    Guy Ritchie nous donne une vision des plus intéressantes des personnages de Conan Doyle : Sherlock c'est la tête (quoique, ça c'est pas nouveau) et Watson c'est les poings (aaah ses "Relax I'm a Doctor" - je m'en remets toujours pas)(et même qu'à un moment l'est tout abimé!). Par contre, une chose qui ne change pas : leur entente est toujours aussi cordiale (le jeu de mots est fait exprès). Leurs échanges sont juste des plus savoureux, et quel plaisir de voir Sherlock tenter tant bien que mal de cacher la jalousie qui le ronge suite au futur mariage de Watson.

    19214724.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091218_055403.jpg 19214736.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091218_055742.jpg

    Puisqu'on parle de leur entente cordiale, est-ce moi ou bien leur "relation" rappelle étrangement celle de House et Wilson dans la série Dr House ?? Il y a même une scène du film qui m'a rappelé un passage d'un épisode de la semaine dernière : quand House provoque Wilson et que ce dernier lui balance une bouteille - dans le film c'est un peu la même chose, mais la bouteille est remplacée par le poing de Watson (dites-moi que vous avez pensé la même chose et que c'est pas moi qui voit des références à tout et rien partout ?)

    Côté réalisation, et bien... l'est bon le Guy Ritchie ! Les vues du Londres victorien sont juste sublimes, et les effets spéciaux sont fichtrement excellents ! D'ailleurs j'ai beaucoup aimé son idée de nous montrer au ralentit les pensées de Holmes avant qu'il frappe - certains pourraient trouver ça répétitif, moi je trouve ça parfaitement en accord avec le personnage : Holmes est un homme intelligent et extrêmement observateur, le fait qu'il "prépare" dans sa tête ses points d'attaques ne fait que le confirmer. Il nous offre là un Sherlock Holmes moderne et totalement survitaminé et ça fait du bien (oui parce que bon, j'aime beaucoup les Sherlock télévisés, mais jusqu'à présent aucun ne nous a présenté l'ancêtre du taiser)

    19027945.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20081216_045031.jpg ed03bf7ffff92d8e9aa2694.jpg 19101536.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20090506_103229.jpg

    Côté acteurs, petit bémol pour Mr Knightley Mark Strong que je n'ai absolument pas trouvé charismatique, ni énigmatique, ni rien de tout ce qui fait un bon méchant (il était mieux dans Stardust!) et Kelly Reilly que j'ai trouvé plutôt "fade" - elle essaye de se donner un air mystérieux, mais c'est raté. Rachel McAdams par contre était toujours aussi bien !

    Quant à nos deux héros, et bien que dire si ce n'est "parfait" ?! Même avec une moustache Jude Law est toujours aussi classe, et puis comme a si bien dit Nanou "il défonce des portes !!!!!!!!!!!!! Dans mes bras !!!!!!!!! Il se bat, il tabasse des gens, et il garde son flegme, j'en veux un pareil ^^ ."
    Robert Downey Jr lui confirme une fois de plus tout le bien que je pense de lui. Il EST Sherlock Holmes - un type totalement débraillé et déjanté, mais en même temps homme d'action, fin observateur et intelligent à l'extrême. Et puis il parle français ! The perfect man quoi (oui parfaitement ! Même s'il fume, boit, joue du violoncelle à 3h du matin, fait des tests mortels sur le chien, se bat, ment et j'en passe)

    Je me souviens plus trop si les personnages de Conan Doyle sont à ce point brillants et drôles, mais c'est pas grave car pour tout vous dire, pendant tout le film, ce n'est pas Sherlock Holmes que j'avais en tête mais Oscar Wilde. Et plus particulièrement le Oscar Wilde détective des romans de Gyles Brandreth... Ce Sherlock Holmes correspond parfaitement à l'idée que je me fais de lui lors de mes lectures ! Je ne sais pas s'il y a un rapport mais si c'était le cas, ça ne m'étonnerait nullement sachant que Conan Doyle et Oscar Wilde étaient amis.

    Lien permanent Catégories : Films & Trailers 24 commentaires Pin it!