Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gregory maguire

  • Son of a witch - Gregory Maguire

    Je vous parlais le mois dernier de Wicked de Gregory Maguire, le premier tome des Wicked Years - et bien voila la suite =)

     

    Titre : Son of a Witch (Wicked Years 2)
    Auteur : Gregory Maguire

    9780755341566.jpg

    Résumé : After Dorothy kills the Wicked Witch of the West she clicked her heels together and headed home to live happilly ever after. But, back in Oz, one young man isn't enjoying such a happy ending.
    Liir is found bruised and comatose in a gully. Taken to the Cloister of Saint Glinda he is willed back to life by a silent novice. What dark force left Liir in this condition ? Is he really the Wicked Witch's son ? He has her broom and her cape - but what of her powers ?  In an Oz that is under new and dangerous management, can Liir keep his head down long enough to grow up ?

    Son of a Witch se passe près de 10 ans après Wicked. On suit cette fois les aventures de Liir, le prétendu fils de Elphaba. Au début de l'histoire, il est retrouvé agonisant par les soeurs du Cloître de Sainte Glinda, ce même Cloitre où Elphaba s'était refugiée dans le précédent tome. A l'abri, les soeurs mettent tout en oeuvre pour le ramener à la vie, et demandent à une jeune novice Candle de veiller sur lui. Cette dernière ne parle pas beaucoup, mais joue très bien du Domingon, une sorte de guitare originaire de Quadling. Pendant que Candle joue quasi sans interruption, Liir qui est dans une sorte de coma, au son de la musique se souvient des évènements qui l'ont conduit au Cloître.

    Nous voila donc repartis dix ans auparavant, juste après la disparition de Ephaba. Liir décide à ce moment-là d'accompager Dorothy, the Tinman, the Scarecrow et the Lion jusqu'à The Emerald City dans l'espoir de renconter le Wizard. Après le départ de Dorothy, et avoir découvert que le Wizard avait pris la fuite après les révélations faites par Elphaba, Liir erre dans les rues, ne sachant que faire ni où aller. Sa rencontre avec le Scarecrow va le motiver à aller à la recherche de Nor, sa possible demi-soeur.  

    Le long du chemin, Liir se retrouve embarqué dans les histoires politiques de Oz, tombe amoureux d'une fille, rencontre son oncle, rejoint l'armée de Oz, tombe amoureux d'un garçon, murmure à l'oreille des dragons, vole avec les Oiseaux, ravive la légende de Elphaba et se découvre même un possible enfant (pas forcément dans cet ordre)

    Liir étant plongé dans une sorte de coma, pendant les deux tiers du livre, nous oscillons entre passages au Cloître et souvenirs de Liir. Et au fil de ces souvenirs nous découvrons à quel point la situation à Oz est devenue critique et dangereuse. Nous en apprenons aussi sur ce par quoi Liir est passé pendant les 10 dernières années, qui il a rencontré en chemin, ce qu'il a fait et qu'elles en ont été les conséquences sur les autres, mais surtout sur lui. Car voila où réside toute la force de ce second tome : Liir.

    J'aime énormément Liir. Il ne connait pas ses origines (personne ne lui a jamais clairement dit si Elphaba était ou non sa mère), il a vu sa famille d'adoption se faire enlever devant ses yeux, il a failli mourir noyé - bref, il n'a pas eu la vie facile. Pourtant, il n'a jamais baissé les bras. Même dans les pires moments, il avait toujours une petite étincelle en lui qui le forcait à continuer. Un "don" de Elphaba ? Possible. Toujours est-il que, même dans les pires moments, Liir ne se plaint pas ! Et pour ça, je l'admire.

    Au début de l'histoire, Liir pourrait être qualifié de "simplet". Lorsqu'on fait sa connaissance dans Wicked, on s'imagine difficilement ce qu'il pourrait devenir en grandissant. C'est un garçon renfermé, très peu sûr et qui n'a jamais eu d'éducation à proprement parler - et ce ne sont pas les années passées auprès de Nor, Manek et Irji, les enfants de Fiyero qui l'auront aidé à en apprendre plus, bien au contraire : ils ne cessaient de se moquer et de lui jouer des mauvais tours. Mais on se rend vite compte dans ce tome que Liir est avant tout patient et observateur. Il ne comprend pas toujours pourquoi les gens agissent de telle façon, mais il sait très bien faire la différence entre le bien et le mal. Liir est aussi un garçon honnête et fidèle. Les épreuves endurées pendant les années passées à rechercher Nor vont le faire grandir et mûrir, et le rendre plus fort.

    Mais il est à noter qu'une fois encore, il est difficile de se faire un avis définitif sur les personnages, tellement ils sont changeants et plein de surprises (des fois en bien, souvent en mal).

    Concernant l'histoire, on retrouve les élements qui font tout le "charme" du tome 1 : la noirceur du récit, les personnages mystérieux, les problèmes politiques, les tensions raciales... Mais là où le premier tome prêtait à sourire, voire à rire, grâce aux répliques de Glinda, ici c'est l'effet inverse tellement tout est plus sombre et tragique.

    Le Oz de Gregory Maguire est toujours aussi peu accueillant mais en même temps si attirant. Les descriptions des régions, des personnages, de la vie à Oz rendent cet endroit si réel et vivant qu'on aimerait juste pouvoir s'y transporter... Une fois encore, j'ai été "ensorcelée" par ce récit. A tel point que vers les 100 dernières pages, j'ai ralenti ma lecture pour retarder le plus possible le moment où je tournerai la dernière page...

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Wicked - Gregory Maguire

    En avril dernier je suis allée voir le spectacle musical *Wicked* adapté du roman du même nom de Gregory Maguire. Après cette soirée d'émerveillement et une discussion twitterienne avec Elisha, je me suis décidée à lire le livre. Et grand bien m'en a pris !

    Titre : Wicked - The Life and Times of the Wicked Witch of the West
    Auteur : Gregory Maguire

    wicked book cover.jpg

    Résumé : An astonishingly rich re-creation of the land of Oz, this book retells the story of Elphaba, the Wicked Witch of the West, who wasn't so wicked after all. Taking readers past the yellow brick road and into a phantasmagoric world rich with imagination and allegory, Gregory Maguire just might change the reputation of one of the most sinister characters in literature.


    Comme l'indiquent le résumé et le sous-titre, Wicked est une sorte de sequel à The Wizard of Oz. En fait non, c'est bien plus que cela: c'est une ré-écriture de l'histoire du point de vue de Elphaba Thropp, la "Wicked Witch of The West". Et ça change vraiment tout ! Gregory Maguire a réussi là l'exploit de réhabiliter l'un des personnages les plus détestés de la littérature jeunesse. 

    Le principal changement est que Wicked, contrairement à The Wizard of Oz, ne sera jamais classé dans le rayon jeunesse. Il est, et de loin, beaucoup plus sombre et "adulte" que le roman de L. Frank Baum. Là où L. Frank Baum nous offre comme un conte de fée, avec ses méchantes sorcières, ses gentilles fées, et ses héroines ingénues, Gregory Maguire lui nous emmène à la découverte d'un tout nouveau monde, une City of Emeralds bien plus sinistre, et dont les héros et héroines ne sont pas toujours ceux que l'on croit.

    Dans le Oz de Gregory Maguire, les Animaux parlent, et enseignent à l'université, les Clubs de Philosophie traitent d'une philosophie très particulière, les marionnettes ambulantes font des spectacles tirés de vies réelles, les filles vont à l'université avec leur chaperon, les princes sont mariés à leurs naissance et ne rencontrent leurs femmes qu'à l'âge adulte, les soeurs deviennent des tyrans, les Animaux sont emprisonnés, les directrices d'école essayent d'embarquer les élèves dans leurs complots et je vous en passe !!!

    Le début du livre pourra vous sembler un peu long, mais il est très important pour comprendre la suite des évènements, surtout qu'il est souvent fait référence à des personnages apparaissant à ce moment-là. Je disais dans ma review de La Cité des Ténèbres que aucun personnage n'était à jeter, et bien il en est de même ici. Chacun des personnages de Wicked est minutieusement étudié et recherché, et toutes leurs actions et réactions s'accordent à leurs personnalités.  

    Le personnage le plus important étant bien évidemment Elphaba Thropp, la Wicked Witch of the West, qui on s'en rend vite compte n'est pas si "wicked" que ça. Avant d'être une sorcière, Elphaba est surtout une jeune fille comme les autres - enfin, autant que peut l'être une fille qui est née verte et avec une unique dent très aiguisée - avec ses rêves, ses espoirs, ses désillusions et ses idées politiques. Elphie est une battante qui a fait de sa différence une force et qui l'a utilisée pour essayer de rétablir un peu l'ordre des choses. Le problème c'est que tout le monde, et surtout le Magicien, n'était pas pour ce rétablissement, et les choses se sont malheureusement un peu corsées pour Elphie au point que ses bonnes actions ont eu de mauvaises conséquences - surtout sur son état psychologique. Mais même comme ça,  j'admire Elphaba. Enormément même. Elle est l'un des personnages les plus intéressants, intriguants et fascinants de la littérature fantastique.

    Les autres personnages ne sont pas en reste pour autant, spécialement Fiyero et Glinda et j'avoue un faible tout particulier pour le petit Munchkinlander, Boq ^^ Au contact des uns et des autres, ils évoluent tous de façon significative. La psychologie des personnages est tellement profonde qu'il devient extrêmement difficile, voire même impossible, de se faire un avis définitif sur eux.

    Tout est beaucoup plus sombre dans le monde de Gregory Maguire, et c'est ce qui rend ce livre si fascinant. Gregory Maguire n'a pas peur de mots, et il n'hésite pas à décrire des scènes intenses psychologiquement parlant - aussi bien pour les personnages que pour le lecteur - qui ne laissent personne indifférent. Religion, tensions raciales, politique, humour, économie, mythologie, et même sexe (et oui) se mêlent dans ce roman. Gregory Maguire nous offre là un roman intemporel qui se passe dans un monde fantasmagorique, mais qui en même temps pourrait se transposer à n'importe quel lieu et époque.

    Wicked c'est le récit de la vie de la Wicked Witch (on la suit de sa naissance jusqu'à sa mort ,ce qui fait une bonne quarantaine d'années) mais c'est aussi une réflexion poussée sur la capacité d'un humain à être "wicked".  Le livre doit d'ailleurs son titre à cette réflexion qui se dégage tout le long du roman (et qui est surtout notable dans le musical) : qu'est-ce qu'être "wicked" ? nait-on "wicked" ou le devient-t-on ?  Pour connaître la réponse, il vous faudra lire le livre ^^

     

    EDIT 29/04/2011 : Le roman sortira (enfin) en français le 20 mai prochain chez Bragelonne ! Il est déjà en pré-commande sur Amazon.fr - un prix un peu élevé certes, mais croyez-moi, il les vaut !

    Lien permanent Catégories : Livres 6 commentaires Pin it!
  • Wicked, The Musical [Dancing Through Life...in UK part 5]

    Enfin le voila ! Un mois et demi après mon retour, je prends enfin le temps de vous poster le dernier numéro de mon top (ne m'en veuillez pas, j'ai eu l'esprit ailleurs)(et puis je vous avais dit ce que ce serait, donc ça allait côté suspens non ?)

    N°1 : Wicked, The Musical

    wk_mainBanner_2010_03.gif

    Comme je l'avais dit dans un précédent billet, certains théâtres londoniens proposent des billets au premier rang à prix réduit (25£ en général). Le Apollo Victoria Theatre où est monté le spectacle en fait partie. Pour en avoir c'est facile: le jour où vous voulez aller voir le spectacle, il vous suffit de vous présenter au guichet aux alentours de 10h du matin et de demander les billets à 25£. Il y en a une trentaine, donc c'est relativement facile d'en avoir.

    Pour ceux/celles qui n'en ont jamais entendu parler, Wicked est l'adaptation musical du livre du même nom de Gregory Maguire. C'est une sorte de "envers du décor" du Magicien d'Oz. A ce moment-là, nous n'avons que la version de l'histoire racontée par Dorothy. Gregory lui a décidé de raconter l'histoire du point de vue de Elphaba. Comme le sous-titre l'indique, Wicked raconte "the incredible untold story of an unlikely friendship between two girls who first meet as Sorcery Students at Shiz University: the blonde and very popular Glinda and a misunderstood green girl, Elphaba." L'auteur a eu envie d'expliquer comment et pourquoi Elphaba est devenue The Wicked Witch of The West.

    Pour notre spectacle nous avions dans les rôles principaux : Rachel Tucker - Elphaba / Louise Dearman - Glinda / Lewis Bradley - Fiyero / Nessa - Cassie Compton / Boq - George Ure / Madame Morrible - Julie Legrand / The Wizard - Clive Carter

    Nous avons eu la chance d'avoir tout le cast "London 2010" (le spectacle étant à l'affiche quasiment en continu, le cast change à chaque nouvelle "saison") - excepté pour Fyiero : Lewis Bradley assurait le spectacle le temps que Lee Mead finisse ses projets en cours qui a repris *son* rôle depuis le 10 mai. Ne vous étonnez donc pas si en faisant des recherches sur le musical vous tombiiez sur d'autres noms pour les rôles =)

    26223_395122216808_95856286808_4294835_671520_n.jpg

    Wicked, The Musical reprend la trame principal du roman de Gregory Maguire : les rivalités entre Elphie et Glinda, leur amitié grandissante, Fiyero, Shiz University, the Wonderful Wizard of Oz qui n'est pas si wonderful que ça, le séjour à la Emerald City... Comme il est impossible d'adapter en 2h de spectacle un roman de 500 les créateurs du spectacle ont du faire un choix et ont décidé de garder les évènements les plus importants de l'histoire. Ainsi, de nombreux personnages et tout autant de lieux différents ont disparus. Mais cela n'enlève en rien à la qualité du spectacle, soyez-en surs !

    Wicked est un enchaînement de musiques toutes plus magnifiques les unes que les autres, et de répliques vite devenues cultes. D'ailleurs ces dernières sont souvent qualifiées par les fans de "pure genius" - et c'est bien vrai croyez-moi. Que ce soit celles de Glinda, Fiyero et surtout Elphaba, croyez-moi, vous ne les oublierez pas de si-tôt! Et il en va de même pour les chansons. Ce qui fait la force de Wicked c'est, je pense, le fait que tout le monde peut se retrouver dans l'histoire. Qui ne s'est jamais senti différent et mis à l'écart à cause de cette différence ? Qui n'a jamais fait de mauvaises actions sous couvert de faire le bien ? Qui n'a jamais détesté une personne au premier regard pour finalement s'en faire un(e) ami(e) ? Qui ne s'est jamais laissé aveuglé par la popularité ?
    Toutes ces questions sont illustrées dans le musical, et chacune d'elle peut s'appliquer à nous ou notre entourage.

    Dancing thru life.JPG

    Comme je disais, les chansons sont toutes plus magnifiques les unes que les autres. Là encore, tout le monde y trouve son compte et elles peuvent s'appliquer au quotidien - avec Defying Gravity et No Good Deed en tête de listes. Personnellement, ma chanson préférée reste Dancing Through Life - sans doute parce que les paroles me parlent, et que le tableau de la chanson est tout simplement magistrale (c'est à ce moment-là que la haine entre Elphaba et Glinda s'arrête) : les lumières, la danse, la musique et surtout les costumes. Oh ces costumes noirs et blancs, je serais prête à tout pour avoir les mêmes robes que les étudiantes de Shiz University !

    J'ai décidé de mettre Wicked en premier dans mon top car pour moi ce fut bien plus qu'un simple musical. Ce fut une révélation ! Si je n'étais pas allée voir Wicked, je n'aurais sans doute jamais découvert tous ces artistes incroyables (ou en cas, pas avant un moment) - en particulier Rachel Tucker. Cette fille est vraiment... époustouflante ! Elle n'est pas Rachel jouant Elphaba, elle EST Elphaba ! Ce rôle c'est le sien, et elle le joue du plus profond de son âme. Je ne vous raconte pas mon état lors de Defying Gravity, et encore moins pendant No Good Deed, et alors ne parlons même pas de As Long As You're Mine et For Good. J'étais littéralement scotchée à mon siège, les yeux rivés sur la scène, à la limite de la syncope - à côté, Diana Vickers dans Little Voice, c'est rien en fait. Rachel Tucker en Elphaba, ça vous prend vraiment aux tripes, tous les spectateurs vous le diront ! Elle a une voix puissante, parfaite pour ces chansons et son petit accent irlandais rend le tout encore plus merveilleux ^^

    elphaba8.jpg 26223_395122231808_95856286808_4294838_7919851_n.jpg lewisBradley_CharacterImg.jpg

    Louise Dearman est elle aussi absolument parfaite en Glinda, la fille qui fait passer son bien être personnel avant tout le reste, et blonde jusqu'à la pointe des orteilles (j'ai rien contre les blondes, mais il faut savoir que le "stéréotype" est ici poussé à son extrême)(encore pire que dans Legally Blonde). Elle est à la fois exaspérante et touchante, mais toujours attachante.
    Lewis Bradley m'a lui aussi laissé une très forte impression! J'ai écouté des tas de versions de Dancing Through Life et sa version reste la meilleure pour moi, et même si je ne doute pas que Lee Mead excelle dans le rôle, quand je retournerais voir le musical (car oui, j'y retournerai!), et bien j'espère que Lewis Bradley sera Fiyero. Beaucoup l'ont critiqué et qualifié de "fade" (trop jeune, pas assez expérimenté, pas de charisme...) moi je l'ai trouvé excellent - il n'est pas allé en demi-finale de Any Dream Will Do pour rien ! Et je trouve que le fait qu'il soit jeune (né en 1989) apporte beaucoup au rôle, d'autant plus que, contrairement à Lee Mead, sa voix s'accorde parfaitement à celle de Rachel Tucker.

    26223_395122271808_95856286808_4294846_7628132_n.jpg

    Wicked, The Musical est sans aucun doute le spectacle de la décennie. Depuis sa "création" en 2003 à Broadway, il s'est exporté à travers le monde avec à chaque fois un succès monstre à la clé. Pendant les 2h30 de spectacle, on alterne entre rires et larmes, euphorie et tristesse, mais du début à la fin on est plongés dans un monde magique. Et lorsque le rideau se ferme, et bien croyez-moi, le retour à la réalité est difficile.

    Pour l'anecdote, en avril 2009, et alors qu'aucune d'elles ne prévoyaient de jouer dans Wicked, Rachel Tucker et Louise Dearman avait participé au spectacle "Jest End". Le "Jest End" parodie les musicals du West End, et nos deux belles devaient parodier - je vous le donne en mille : Defying Gravity de Wicked justement, devenu alors "Rely on me the lead".
    Je vous laisse admirer ^^

    Lien permanent Catégories : Sorties 1 commentaire Pin it!