Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

collection r

  • Parallon 2 - Dee Shulman

    Parallon avait été l'une des belles surprises du début d'année: j'avais trouvé là un roman intelligent avec des personnages forts et intéressants. Ce second tome me conforte dans mon sentiment : il est encore meilleur que le premier !

     Parallon 2
    (Delirium en VO)
    Auteur : Dee Shulman
    Editeur : Robert Laffont / Collection R
    Tome : 2/3

    136a2d90-b68f-417b-867c-6f8b5d92d1e8_zps42382db3.jpg

    Résumé : Seth et Eva ont survécu au virus qui les a fait se rencontrer. Mais lorsque la santé d'Eva se détériore, le jeune couple doit se lancer dans une course contre la montre pour découvrir l'origine de l'épidémie. Avant que la mort ne les sépare à tout jamais... Tandis que le nombre de victimes de la fièvre se multiplie, Seth doit accomplir un dangereux périple à travers les siècles et les mondes pour enrayer sa propagation. Obnubilé par cette quête, le jeune gladiateur ne remarque pas l'arrivée de son ennemi juré à Parallon : Cassius Malchus. Il ignore que ce dernier est en train de lever une redoutable armée...

    Dans ce tome, Seth et Eva découvrent de plus en plus d'éléments liés au virus, on commence à comprendre les implications de Zachary et on a un aperçu de l'issue finale. Tout va très vite, beaucoup de choses se passent en même temps, mais pourtant, à aucun moment nous n'avons le sentiment qu'un élément manque ou qu'un point de l'intrigue a été bâclé. Bien au contraire, tout s'enchaine de façon très cohérente du début à la fin - et quelle fin ! Tellement soudaine, tellement inattendue, mais tellement logique aussi : on sent que Dee Shulman a déjà pensé à la suite des évènements. 

    J'aime toujours autant Seth. Il est toujours aussi fort et déterminé, mais on le sent aussi un peu perdu, tiraillé entre son besoin de rester près d'Eva et son envie de découvrir la vérité sur le virus. De plus, Zachary lui apprend que non seulement un nouvel arrivé a complètement bouleversé le quotidien à Parallon mais aussi que ces bouleversements ont un impact direct sur la vie sur Terre : si Parallon s'effondre, la Terre s'effondrera avec elle.

    Et je crois d'ailleurs que je l'aime bien aussi Zachary. Il me fait de la peine. Les passages où il demande son aide à Seth sont particulièrement touchants : Parallon est toute sa vie ! La voir disparaitre serait comme une seconde mort pour lui. Matthias aussi me fait de la peine : ses actes sont encore plus répréhensibles que dans le premier tome, mais c'est difficile de lui en vouloir car sa façon d'agir est compréhensible aussi.

    J'ai davantage apprécié Eva dans ce tome. Son histoire avec Seth est belle et touchante, sans tomber dans la niaiserie (merci à l'auteur et à la traduction de nous éviter les "bébé", "chérie" et "mon amour" à tout bout de phrase). Par contre, quelque chose m'a frappée dans ce tome : j'ai trouvé que tous les passages avec Astrid sonnaient faux. Je ne saurais l'expliquer, mais j'ai eu le sentiment qu'ils étaient là "en plus", juste pour parler d'autre chose que de virus ou de Parallon (mais peut-être est-ce simplement dû au fait qu'Eva est loin d'être mon personnage préféré ?).

    Cette fois, Seth et Eva ne sont pas les uniques narrateurs : il y a désormais Matthias qui raconte ce qu'il se passe à Parallon (vu que Seth est resté dans le Londres de 2013) et un nouveau personnage, Jenny Linden - et qui en un chapitre est devenue mon personnage féminin préféré de la trilogie !

    L'arrivée de Jenny Linden et de son copain Nick Mullard va d'ailleurs donner davantage d'importance et de réalisme à l'histoire. Eva et Seth ne sont pas les seuls impliqués dans l'affaire, le virus prend chaque fois plus d'ampleur, et cela commence à se voir : à l'extérieur, les gens se rendent compte qu'il se passe quelque chose - depuis quelques temps, il y a de plus en plus de disparitions inexpliquées... Les gens se posent des questions : comment est-il possible de disparaitre ainsi ? Ces disparitions ont-elles un lien entre elles ? Et pourquoi le MI5 tient-il autant à reprendre l'affaire et surtout à garder le secret sur tous ces évènements ?!

    Ce second tome est à la hauteur de nos espérances : à la fois plein d'action et de sensibilité, avec des personnages fouillés (les masculins surtout) et une intrigue maitrisée ! Vivement la suite !

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Cruelles - Cat Clarke

    Cruelles
    (Torn en VO)
    Auteur : Cat Clarke
    Editeur : Robert Laffont / Collection R

    f2261b18-07a9-4061-bf8d-207fb7943106_zps73bd1544.jpg

    Résumé : Alice King, 16 ans, part avec sa classe pour un séjour en Ecosse. Elle ne s'attendait pas à des vacances de rêve, mais jamais elle n'aurait pu imaginer la tournure cauchemardesque que vont prendre les évènements. La jeune fille et sa meilleure amie, Cass, se retrouvent à devoir partager un chalet avec Polly, l'asociale de service, Rae, la gothique bipolaire et Tara, la reine des pestes. Populaire, belle et cruelle, cette dernière prend un malin plaisir à humilier les autres à longueur de journée. Mais Cass compte bien profiter de cette semaine au vert pour donner à Tara une leçon qu'elle n'est pas prête d'oublier. Avec l'aide de ses camarades de chambrée. Le vent a tourné pour la reine du lycée. L'heure de la revanche a sonné...

    Cat Clarke aime les personnages torturés. Dans Confusion elle nous présentait une Grace dépressive et suicidaire, qui s'auto-mutilait. Ici, ça ne va pas aussi loin, mais ce n'est pas beaucoup mieux : Alice culpabilise, elle a été témoin de quelque chose de terrible, elle a fait quelque chose d'horrible. Et elle ne peut en parler à personne.

    Je ne vous spoile rien, c'est raconté dès les premières pages : Tara est morte. La "faute" à Cass, Rae, Polly et Alice. Enfin, surtout Cass et Polly. Mais elles sont toutes responsables, elles sont toutes au courant et cela doit absolument rester entre elles. Surtout qu'elles ont accompli le crime parfait...

    Mais ce n'est pas le drame l'intérêt principal du roman, mais ce qui vient après : les secrets, les mensonges, le poids de la culpabilité. Comment reprendre le cours de sa vie après avoir accompli un tel acte ? Est-il d'ailleurs possible de reprendre une vie normale ?

    Là où Confusion m'avait laissé un sentiment mitigé, Cruelles m'a laissé un sentiment beaucoup plus positif. Et c'est en grande partie grâce à Alice. J'ai été touchée à la fois par sa naiveté, sa bêtise et son courage. Parce que 95% des filles de 16 ans auraient fait exactement la même chose dans pareil cas. Chacune d'elles a sa façon de gérer la situation, l'une en tire profit, l'autre n'arrive pas à l'accepter, et les deux autres essayent de passer à autre chose - comme Alice. Elle ne cherche pas à oublier, juste à mettre l'histoire de côté...

    Mais est-il possible de l'enfouir au fond de sa mémoire quand on sort avec le frère de la fille qui n'est jamais revenue de vacances ? L'idée semble assez "facile" au début, mais elle prend tout son sens quand on découvre comment ils se sont connus. La culpabilité d'Alice prend alors une autre tournure : comment peut-elle continuer à sourire alors que Tara ne le fera plus jamais ? Malgré tout, sa relation avec Jack m'a laissée de marbre, sans doute à cause de son aspect trop "artificiel". Par contre, j'ai adoré la relation d'Alice avec son père. Et encore plus la réaction de ce dernier quand elle lui a tout avoué - je crois que tous les parents réagiraient ainsi en apprenant une telle nouvelle. C'est vraiment l'une des meilleures fins de romans que j'ai lu.

    On retrouve le même principe que Confusion : un sujet grave abordé de façon très subtile et surtout sans volonté de condamner - Cat Clarke se contente d'exposer les faits, c'est à nous de nous faire notre propre jugement. Et une fois encore, c'est parfaitement réussi. Cat Clarke est une auteure à suivre, c'est indéniable.

    Lien permanent Catégories : Livres 4 commentaires Pin it!
  • Kaleb - Saison II : Abigail - Myra Eljundir

    C'est difficile de parler de Kaleb, parce que c'est une série qui se "ressent" bien plus qu'elle ne se lit...

    Titre : Kaleb - Saison II : Abigail
    Auteur : Myra Eljundir
    Editeur : Robert Laffont / Collection R
    Tome : 2/3

    20130309_223428_zpse3f71222.jpg


    Résumé : Magnétique et sensuelle, Abigail est l'arme la plus redoutable du réseau SENTINEL. La jeune succube se nourrit de votre énergie vitale et vous consume dans l'extase. Inutile de lutter : l'attraction qu'elle suscite est irrésistible. Même si faire l'amour avec elle, c'est s'unir à la mort.
    Kaleb Helgusson est plus dangereux encore, car il porte désormais l'empreinte du Mal. Quand leurs routes se croisent, Abigail a beau le repousser, l'empathe l'attire comme un aimant. Au terme d'un affrontement passionnel sans merci, ils découvrent avec effroi ce que la combinaison de leurs dons peut accomplir. Mais seront-ils capables de maitriser leurs désirs les plus sombres ?

    Nous retrouvons Kaleb en Irlande, destination conseillée par Abigail et où cette dernière doit d'ailleurs le rejoindre. Je me souviens d'avoir vu plusieurs commentaires de lecteurs disant que pendant leur lecture du tome 1, ils avaient été plus intéressés par l'histoire d'Abigail et des jumeaux plutôt que par celle de Kaleb - ce tome devrait leur plaire encore plus.

    Ceux qui n'aimaient pas l'image qui était donnée de la femme dans le premier tome (utilisée par Kaleb, rien de plus qu'un objet), seront donc ravis de savoir que cette fois, ce sont les femmes qui sont sur le devant de la scène. Mais d'une façon très particulière et qui malgré tout risque en fait de déplaire à certaines...

    J'avais trouvé le premier tome violent, celui-ci va encore plus loin et frappe encore plus fort. Seul, Kaleb peut faire beaucoup de mal, c'est indéniable. Mais avec Abigail, ils peuvent détruire le monde (oui oui, à ce point). Cette violence est encore plus dérangeante parce qu'ils ne mesurent pas leur puissance (pas au début en tout cas...). Pire encore : Kaleb est (malgré lui) infesté par le mal, il est manipulé, il a des pertes de connaissance, il fait de terribles choses sans s'en rendre compte. Dans le premier tome, on se sentait attiré par Kaleb, mais on ne pouvait s'empêcher d'éprouver un sentiment de rejet en même temps; dans ce tome, c'est de la sympathie qu'on éprouve, parfois même de la pitié.

    Ce tome est le tome du voyage - et d'ailleurs à la fin, Myra Eljundir a ajouté des cartes des différents endroits visités par Kaleb - on passe alors par Cork, Limerick, Baltimore, Sherkin Island (entre autres) pour l'Irlande et Reykjavik, Husavik, Hverir Namafjall (entre autres) pour l'Islande. On découvre de nouvelles villes mais on rencontre aussi de nouveaux personnages, de nouveaux "enfants du volcan" - et c'est je pense, le point qui m'a le plus ravie dans ce tome : j'adore rencontrer de nouveaux personnages, découvrir de nouveaux dons et recouvrer foi en l'humanité (et en Kaleb...).

    Les choses ne se passent pas exactement de la façon qu'on attendait. La surprise nous attend à chaque page, les révélations sont chaque fois plus inattendues, on doute de tout et de tout le monde. En refermant le livre, j'étais totalement perdue. Je ne savais plus qui croire ou que croire et encore moins quelle est la vraie personne qui tire les ficelle.

    Le tome 3 sort fin août... encore quelques mois et nous aurons le fin mot de l'histoire !

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!