Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dancing Through Life... - Page 7

  • Music To Make Boys Cry - Diana Vickers

    Vous vous souvenez de Diana Vickers ? Je vous en avais parlé ici, , et puis ici aussi, et surtout .

    Et bien, sachez que son deuxième album est sorti il y a presque trois semaines. Et je dois vous dire que depuis que je l'ai, il tourne en boucle...

    dv-logo-menu-140_zps70ce837c.png

    Cinderella est officiellement considéré comme le premier single extrait de l'album, mais bien avant lui, Diana Vickers nous avait déjà fait découvrir Music To Make Boys Cry et Boy in Paris - deux chansons que j'avais adoré dès la première écoute. Je partais donc avec un très bon à priori concernant ce nouvel album. Et après une écoute prolongée, je peux le confirmer: ce second album est aussi bon, voire meilleur que le premier.

    66146_10151862975889621_1093663832_n_zps78ad3032.jpg1. Music to Make Boys Cry

    2. Cinderella

    3. Lightning Strikes

    4. Dead Heat

    5. Boy in Paris

    6. Mad At Me

    7. Smoke

    8. Mr Postman

    9. Better in French

    10. Blame Game

    11. Cinderella (Acoustic

    12. Music to Make Boys Cry (Acoustic)

    13. Better in French (Acoustic)

    Sur les 10 chansons qui composent l'album (je ne compte pas les trois en version acoustique), il n'y en a qu'une que je saute souvent - Mr Postman - et parfois Music to Make Boys Cry et Cinderella, mais c'est surtout parce que je les connais déjà bien. Pour tout vous dire, mon mode d'écoute c'est de Lightning Strikes à Smoke pour ensuite tout réécouter jusqu'à la fin à partir de Dead Heat - cette dernière est d'ailleurs ma chanson préférée de tout l'album. J'aime aussi énormément Mad At Me - j'étais un peu sceptique la toute première fois, mais elle fait désormais partie de mon top 3 !

    Music to Make Boys Cry est à la fois semblable, mais aussi très différent de Songs From A Tainted Cherry Tree (déjà, le nom de l'album est plus court). Je le trouve plus "personnel" (sans doute parce qu'elle a entièrement co-écrit toutes les chansons et qu'à cause de cela, elle a dû quitter sa maison de disques) et avec un côté 80's pop très prononcé ! (le fait qu'elle cite Blondie, Kylie Minogue, Madonna, Bjork, comme inspirations et Miranda Cooper a participé à l'écriture des chansons n'y est sans doute pas étranger)(pour infos, Miranda Cooper a écrit une grande partie des chansons des Girls Alouds)(et les Girls Alouds elles étaient fort cool).

    Vous pouvez écouter l'album sur LastFm et sur Pop the Glock - et en profiter pour lire leur article sur l'album (on y parle musique bien mieux que chez moi).

    (Je vous mets le clip officiel, mais pour ma part, je préfère largement la version "lyrics")

    Un regret cependant : Kiss of a Bullet ne fait finalement pas partie de l'album.

    Lien permanent Catégories : Musique 1 commentaire Pin it!
  • Un mariage inoubliable - Nigel Cole

    Un mariage inoubliable
    The Wedding Video
    Sortie : le 10 juillet (Metropolitan Filmexport)
    Réalisé par : Nigel Cole
    Avec : Lucy Punch, Matt Berry, Rufus Hound, Harriet Walter, Miriam Margolyes...

    vlcsnap-2013-09-07-23h17m10s11_zps3c458927.png

    Synopsis : Raif est un électron libre, rebelle qui voyage à travers le monde depuis 4 ans. Lorsque son frère lui demande d’être son témoin, il revient alors en Angleterre et décide d’offrir aux futurs mariés une vidéo de la préparation de leur mariage et de la cérémonie. Mais les choses ne tournent pas aussi bien que prévu…

    Lors de la dernière opération Cinétrafic, je suis arrivée trop tard pour Warm Bodies, alors je me suis rabattue sur Un mariage inoubliable. C'est anglais et avec Lucy Punch. Et les comédies autour d'un mariage, ne font jamais de mal. Sauf que sur le moment, je n'ai pas pensé au fait que dans 97% des cas, on connaît la fin dès les 10 premières minutes. Un mariage inoubliable ne fait pas exception à la règle.

    vlcsnap-2013-09-07-23h17m28s203_zps1ba1ab12.png

    La forme se révèle bien plus intéressante et originale que le fond : le frère du marié décide d'offrir aux jeunes mariés une vidéo du mariage. De la cérémonie bien sûr, mais surtout de tous les préparatifs qui ont lieu le mois précédant le grand jour. La caméra se balade, et nous avec : le côté "vidéo amateur" est très bien réussi, il faut le dire.

    L'idée est plutôt osée pour une comédie de mariage - cette façon de filmer étant plus souvent utilisée pour les films catastrophes - mais elle a cependant le mérite de bien fonctionner. Nigel Cole a de plus eu la bonne idée d'insérer beaucoup de scènes "posées" - on évite ainsi la caméra au poing qui tressaute et bouge dans tous les sens trop souvent.

    vlcsnap-2013-09-07-23h18m02s21_zps3df89aa8.png

    Mais ceci mis à part, ce mariage ne sera pas inoubliable pour le spectateur. Les acteurs s'en sortent bien, certains passages sont très drôles et dans l'ensemble, le film se regarde... mais il se regarde encore plus facilement en faisant autre chose en même temps.

    vlcsnap-2013-09-07-23h19m14s234_zps4f4e0dda.png

    Bref, une petite comédie britannique sympa mais sans plus. Nigel Cole nous a habitué à bien mieux (Made in Dagenham  - We Want Sex Equality en français - c'était lui !!)

    PS : Si jamais l'idée vous venait de le regarder malgré tout,
    évitez la version française : les voix sont atroces !

    Lien permanent Catégories : Films & Trailers 1 commentaire Pin it!
  • Le Pouvoir des Six - Pittacus Lore

    Le Pouvoir des Six
    The Power of Six
    Auteur : Pittacus Lore
    Editeur : Baam!
    Tome : The Lorien Legacies - 2/3

    00575584-8dbf-4731-b28d-5c02dbccc5a3_zpsfb52cabe.jpg

    Résumé : Ils se rapprochent. Ils nous traquent. Ils sont au courant pour le courant pour le Sortilège et Ils connaissent nos Dons. Ils en savent trop. Ils nous retrouverons. Nous ne serons plus jamais en sécurité. Nous devons nous réunis et nous battre. Nous sommes votre seul espoir.

    Pour commencer, je dois avouer une chose : au bout de deux tomes, je ne comprends toujours pas le "nous sommes votre seul espoir". Pour l'instant, les Mogadoriens ne s'en prennent pas aux humains. Enfin si, mais seulement à ceux qui se mettent en travers de leur chemin ou bien qui peuvent leur donner des informations sur les Gardanes. Mais autrement, rien. On verra ce qu'il en est dans le final.

    Contrairement au premier tome qui se consacrait uniquement à John/Numéro Quatre, dans Le Pouvoir des Six nous faisons la connaissance de Marina/Numéro Sept, qui vit en Espagne - le roman alterne alors passages racontés par l'un puis par l'autre. Les passages avec Marina sont plus personnels et surprenants - je ne m'attendais vraiment pas à un tel récit. Les années que Marina a passées sur Terre ont été bien différentes de celles des autres Gardanes : tandis que les autres n'ont cessés de fuir, "Marina" et sa Cepâne, "Adelina", ont trouvé refuge dans une église.

    Marina est peut-être resté toutes ces années avec Adelina, mais elle n'en était pas moins seule pour autant : au fil des ans, Adelina s'est détournée de sa mission, pour ne pas dire l'a totalement oubliée. Marina, de son côté, n'a cessé de chercher les autres Gardanes dans l'espoir d'un jour les rejoindre. En attendant, elle essaye de gérer ses dons - seule. Par la suite, on fait en même temps que Marina la connaissance de deux personnages de la plus haute importance.

    On retrouve aussi John, Sam et Six (et Bernie Kosar) toujours en fuite. La différence étant que cette fois, ils ne font pas que fuir les Mogadoriens : soupçonnés de terrorisme, John et Sam sont désormais traqués par le FBI. Dans ce tome on trouve l'action qui manquait dans le précédent. Excepté les quelques passages avec Marina, quand on est avec John, Sam et Six, il n'y a pas de temps mort. Les batailles sont décrites avec tellement de détails qu'on se représente la scène au moment où on l'a lit.

    J'aime toujours autant les personnages. Ils ont une mission à accomplir, un monde à sauver et ils sont forts grâce à leurs Dons, mais quand ils n'ont pas à se soucier des Mogadoriens, ils ont des préoccupations bien humaines, ils redeviennent des ados comme les autres, avec leurs problèmes et leurs doutes. Ils n'ont pas peur d'en parler - ni de pleurer d'ailleurs. Et cela les rend encore plus attachants. Numéro Six reste par contre mon personnage préféré ! (j'ai d'autant plus hâte de me plonger dans le troisième tome sachant qu'elle fait partie des narrateurs). Mais je ne demande qu'à mieux connaitre un autre Gardane rencontré vers la fin... Et sinon, Sarah ne sert toujours à rien.

    Je me suis rendue compte en lisant ce second tome d'à quel point cette trilogie est captivante - que ce soit au niveau de l'intrigue, des personnages, de l'action. Les rebondissements s'enchainent, les révélations sont inattendues, le style est prenant, l'humour est présent, et c'est difficilement qu'on s'oblige à refermer le livre quand vient le moment d'aller remplir ses obligations...

    En résumé, un second tome encore meilleur que le précédent 413 pages et pas le temps de souffler !

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!