Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dancing Through Life... - Page 19

  • 1789 - Les Amants de la Bastille | Une révolution ratée ?

    Samedi soir (le 29/09), j'ai eu la chance d'assister à la répétition générale de la nouvelle comédie musicale 1789 - Les Amants de la Bastille.

    20121001_093430_zps52816025.jpg

    Peut-être en avez-vous déjà entendu parler, ou peut-être pas, en tout cas, voilà le pitch officiel des flyers :

    Nous sommes en France au printemps 1789, la famine, le chômage dévastent les campagnes et les villes. La révolte gronde tandis qu’à Versailles la Cour de Louis XVI, insolente et frivole, continue de dépenser sans compter l’argent de l’Etat. Issus de ces deux mondes qui se redoutent et s’affrontent, Olympe et Ronan n’auraient jamais dû se rencontrer. Lui, jeune paysan révolté par les injustices qui l’ont privé de sa terre, monte à Paris pour conquérir la Liberté. Elle, fille de petite noblesse, gouvernante des enfants royaux à Versailles, se dévoue corps et âme au service de sa souveraine, la reine Marie Antoinette. Et pourtant… Pris dans les fièvres et le tourbillon de la révolution naissante, Olympe et Ronan plongeront ensemble dans les intrigues les plus folles et les plus romantiques. Ils vont s’aimer passionnément, se perdre puis se retrouver. Accompagnant les plus hauts personnages de leur temps tels Danton le magnifique, Camille Desmoulins journaliste fougueux ou Jacques Necker l’austère ministre du Roi, ils connaîtront les soubresauts de la Grande Histoire. Leur amour les mènera jusqu’au matin du 14 juillet 1789, au pied d’une des prisons les plus sombres et les plus mystérieuses de Paris, la Bastille, pour y vivre l’événement qui scellera à tout jamais leur destin mais aussi marquera l’émergence d’un monde nouveau, l’envol de nouvelles promesses de Liberté, et de fraternité entre les hommes.

    Qu'en ai-je pensé ? Un peu comme pour Bourne - L'héritage en fait : décevant et frustrant. Les mots sont dits. Vous pouvez arrêter dès à présent de lire, vous vous doutez bien que ce qui vient ne sera pas une suite d'adjectifs qualificatifs positifs. Mais j'espère quand même que vous continuerez, parce qu'un peu d'objectivité ne fait de mal à personne. Je ne cherche pas à détruire le spectacle, juste à pointer les bons et mauvais points. Qui sait, cela donnera peut-être des idées d'amélioration à l'équipe de création.

    Une intrigue baclée, une chronologie à revoir :

    Le principal défaut du spectacle tient en un mot : le livret (= l'ensemble des tableaux chantés/dansés et des séquences de dialogue). Le livret a été écrit par Dove Attia et François Chouquet, à qui l'on devait déjà ceux de "Le Roi Soleil" et "Mozart, l'Opéra Rock" - ceux ayant assisté à l'un ou à l'autre savent donc que c'est là un gage de qualité. Oui. Mais non. A trop vouloir bien faire, ils se sont plantés.

    Deux histoires se mêlent : la romance entre Olympe et Lazare Ronan et le soulèvement du peuple contre le roi. Les deux histoires sont censées être liées, souvenez-vous "Pris dans les fièvres et le tourbillon de la révolution naissante, Olympe et Ronan plongeront ensemble dans les intrigues les plus folles et les plus romantiques." Sauf que : la romance est ridicule - nos deux tourteraux se voient une fois, plus le lendemain et ça y est, c'est l'amour fou à la vie à la mort. Et quand je dis se "voir" c'est vraiment "se voir", ils parlent très peu... Je n'ai ressenti aucun amour, aucune alchimie... Je ne demande pas à ce que leur histoire dure 2h mais par, exemple, moins de Ramard et plus de scènes entre nos deux amants aurait été préférable. Le soulèvement, quant à lui, est minime : quelqu'un qui ne serait pas à jour dans son histoire de France (et il y en a !), aura énormément de mal à suivre. Il lui faudra avoir lu en détail le programme pour comprendre qui est qui, qui fait quoi, et quand.

    1789- les amants de la bastille,dove attia,albert cohen,matthieu carnot,louis delort,rod janois

    Voilà un autre point à revoir : la chronologie. Soit on nous montre les souverains à la Bastille (à la limite, leur fuite), soit on ne nous montre rien, mais surtout, on évite la guillotine, laissant croire qu'on est en 1793 ! Peut-être est-ce simplement une mise en scène symbolisant sa déchéance, mais tout le monde peut ne pas le comprendre ainsi. Par ailleurs, je regrette énormément que Louis XVI soit représenté comme un abruti et Marie-Antoinette comme la "reine à la brioche". Une révision s'impose.

    Les tableaux s'enchaînent sans aucune transition convenable - souvent, on ne sait même pas ce qu'ils sont censés représenter. Les tableaux chantés arrivent à l'improviste et les séquences de dialogues sont souvent inutiles. Sur ce dernier point, je pense notamment aux trop nombreux tableaux avec Ramard - mais faites-le donc taire un peu ! Je n'ai rien contre un peu d'humour, mais il ne faut pas en abuser. C'est drôle la première fois, c'est lourd et totalement déplacé dans un tel contexte toutes les fois suivantes. J'aurais trouvé plus intelligent et intéressant d'avoir davantage de scènes entre Ronan et sa soeur Solène. Ou entre Ronan et Olympe comme dit plus haut.

    1789- les amants de la bastille,dove attia,albert cohen,matthieu carnot,louis delort,rod janois


    Une mise en scène minimaliste et peu révolutionnaire :

    1789 ! C'est la Fronde révolution ! Le peuple a faim, des gens meurent, la colère gronde ! On veut du sang des cris, des bagarres, de la révolte ! Oui. Mais non. C'est mou, ça manque de rythme. Il n'y a quasiment aucune mise en scène et les décors - bien que très beaux et réussis - manquent quelque peu de "magie" : vu le prix des places, on est en droit de s'attendre à quelque chose de grandiose (le PDS permet de telles extravagances, Dracula l'a clairement démontré !) pas à de simples images symbolisant les lieux, projetées sur des toiles blanches. Pour ne rien arranger, de nombreuses scènes ne sont pas sans rappeler des tableaux de productions précédentes (notamment Le Roi Soleil et Mozart, voire même Dracula qui n'est pourtant pas d'eux !), et ce qui aurait pu être un joli clin d'oeil finit par exprimer un petit manque d'originalité.

    On veut du spectacle aussi, pas juste des chanteurs (voire danseurs parfois) plantés au milieu de la scène, limite statufiés. Faites les danser, courir, sauter... bouger ! Et faites les crier surtout ! S'il vous plait, si vous, créateurs du spectacle, me lisez : faites crier Olympe devant la Bastille ! Faites-la crier un bon gros coup - à la limite, faites-la crier une seule fois et passez l'enregistrement après  si vous avez peur qu'elle perde la voix (ce sera toujours mieux que le silence). Donnez-nous de l'émotion, de la passion, on veut frisonner, pleurer, sursauter... On veut y croire, tout simplement.

    1789- les amants de la bastille,dove attia,albert cohen,matthieu carnot,louis delort,rod janois

    Des artistes au point :

    Certes, à me lire, on pourrait le croire, mais non, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : tout n'est pas à jeter dans 1789 - Les Amants de la Bastille. Les costumes et décors sont vraiment réussis (je pense notamment à "Je mise tout"), les chansons sont toujours aussi belles, et tous les artistes de la troupe de haut niveau - aussi bien chanteurs que danseurs (même si certains de ces derniers doivent se sentir frustrés de bouger aussi peu). Malgré mon énorme déception en découvrant que Lazare avait disparu au profit de Ronan, je dois avouer que Louis Delort s'en sort relativement bien, dans un style différent. Là où Matthieu Carnot aurait interprété un Lazare révolutionnaire et déterminé, Louis Delort joue un Ronan plutôt naif et bercé d'illusions.

    Ma préférence va au premier, c'est certain (j'ai toujours aimé les rebelles ténébreux). Quand on passe des mois à écouter une version spécifique d'une chanson, quand on s'habitue à cette version, il est difficile après d'en apprécier une autre autant que l'original. Je regrette beaucoup le changement qui a été fait sur "Maniaque" (je n'ai d'ailleurs absolument rien compris au tableau, tellement c'est rapide et confus) même si je le comprends, au vu des circonstances. Je suis donc d'autant plus ravie que "ma" chanson ("Le temps s'en va") ait été supprimée plutôt que reprise par Louis - laissez-moi un peu de magie.

    Le solo de Matthieu Carnot (devenu maintenant le Comte de Peyrolles) dans l'acte II vaut à lui seul le déplacement. En fait non : le solo du comte ET les claquettes de Robespierre sur "A quoi tu danses ?" dans ce même acte ! Voilà chers créateurs, c'est ce genre de tableaux qu'on veut ! Demandez donc à Sebastien Agius et Matthieu Carnot de coacher les autres ! Et toi, Rod Janois, laisse-toi donc aller sur "Hey Ah !", rappe si tu le veux. C'est la Révolution, diantre ! Vous êtes des artistes de talents, alors improvisez, montrez que vous croyez en vos idées !

    Au final, 1789 - Les Amants de la Bastille s'avère être un spectacle fort peu révolutionnaire, qui manque de cohérence et de rythme. Et de Lazare.

    17896_zps71d184a0.png

    Malgré mes critiques négatives, je sais que je retournerai voir le spectacle, au moins deux fois même. Parce que c'était la répétition générale et que j'ai envie de croire que, pour cette raison, ils ne se sont pas donnés à fond. Et puis, je n'aime pas rester sur un avis négatif après une seule expérience.

    La première au Palais des Sports aura lieu le 10 octobre prochain. Ce qui leur laisse un peu plus d'une semaine pour corriger les défauts. C'est court, mais faisable. Je sais que toute l'équipe peut nous offrir quelque chose de magique. Alors qui sait, mon avis changera peut-être à ce moment-là.

    Lien permanent Catégories : Sorties 15 commentaires Pin it!
  • Jason Bourne : L'Héritage

    Jason Bourne et moi, c'est une grande histoire d'amour qui dure depuis 10 ans maintenant. Alors vous imaginez bien que quand j'ai su qu'une suite à La Vengeance dans la Peau serait réalisée, j'étais pour et contre à la fois. Pour parce que la "saga" est excellente et que c'est toujours un plaisir de retrouver cette "atmosphère" et contre parce que bon, Jason Bourne n'est plus là. Mais le pour l'a emporté, et le lendemain de sa sortie, j'étais dans la salle.

    Titre : Jason Bourne : L'Héritage
    Titre VO : The Bourne Legacy
    Réalisé par : Tony Gilroy
    Avec : Jeremy Renner, Rachel Weisz, Edward Norton...

    Bourne_Legacy_Movie_2012_HD_Wallpaper-VvallpaperNet_zps802145ad.jpg

    Synopsis Allociné : On croyait tout connaître de l'histoire de Jason Bourne et de son passé d’agent tueur malgré lui. Mais l’essentiel restait à découvrir. Le programme Treadstone dont Jason était le cobaye n’était que la partie émergée d’une conspiration plus ténébreuse, ourdie par d’autres branches du gouvernement et mettant en jeu d’autres agences de renseignement, d’autres programmes militaires, d’autres laboratoires secrets… De Treadstone est né "Outcome", dont Aaron Cross est un des six agents. Sa finalité n’est plus de fabriquer des tueurs, mais des hommes capables d’assurer isolément des missions à haut risque. En dévoilant une partie de cette organisation, Jason laissait derrière lui un "héritage" explosif : compromis, les agents "Outcome" sont désormais promis à une liquidation brutale. Effacés à jamais pour que le "père" du programme, le Colonel Byer puisse poursuivre ses sinistres activités. Une gigantesque chasse à l’homme commence, et Cross, devenue sa première cible, n’a d’autre recours que de retrouver et gagner la confiance de la biochimiste d’"Outcome", Marta Shearing, elle-même menacée de mort…

    Parlons peu mais parlons bien : le film à un gros point négatif - son intrigue. Vous avez lu le synopsis d'Allociné ? Alors, c'est bon, vous connaissez toute l'histoire. Ça ne va ni plus loin, ni plus en profondeur: les premières phrases concernent la première demi-heure du film, la dernière phrase l'heure et demi qui suit. Je ne spoile rien, le scénario est terriblement mince. Et c'est d'autant plus dommage que certains points étaient bien pensés et auraient vraiment mérité d'être approfondis. Peut-être est-ce dû au fait qu'une suite est prévue, mais quand on sait qu'au moment où il a écrit le scénario de Bourne Legacy, Tony Gilroy ne prévoyait pas d'aller plus loin que ce seul film, on est largement en droit d'être déçus par cette intrigue...

    Pourtant, Bourne Legacy reste un excellent film qui mérite vraiment d'être vu - si ce n'est pour l'intrigue, au moins pour la réalisation. On sent dès les premières minutes que celui qui a réalisé Bourne Legacy connait le sujet, et a participé aux précédents films. Bourne Legacy est comparé aux précédents, c'est indéniable, mais il n'en souffre pas. Les nombreuses similitarités deviennent de simples références, un hommage à la trilogie de Jason Bourne et un moyen efficace de relier les deux - ainsi, Bourne Legacy n'est pas un nouveau film, mais plus une histoire racontée en parallèle et qui s'inscrit directement dans la continuité de La Vengeance dans la peau. D'ailleurs, on retrouve bon nombre de personnages présents dans le dernier volet de la trilogie.

    bourne_legacy_movie_image1_zps276376c6.png

    Difficile de qualifier Bourne Legacy de film "intelligent" au même titre que les précédents, mais c'est sans conteste un "intelligent" film d'action qui ravira les fans de la trilogie et plus encore les simples fans de Jeremy Renner. Aaron Cross n'a pas été entrainé à tuer comme les cobayes de Treadstone, mais il tue aussi bien qu'eux et avec bien moins de scrupules. Les scènes de combats superbement chorégraphiées et les courses poursuites haletantes prouvent une fois encore qu'il n'est pas besoin de giclées de sang et d'explosions démesurées pour faire un excellent film d'action.

    the_bourne_legacy_zpse7ba9fca.jpg
    En ce qui concerne les acteurs, Rachel Weisz s'en sort bien, même si son personnage ne marquera pas les esprits (et je vais être franche, l'alchimie entre les deux n'est pas très palpable). Edward Norton joue Byer, la tête pensante du programme Outcome - le méchant de l'histoire en somme. Sauf qu'il ne fait rien, il se contente de passer des coups de téléphone et de laisser les autres faire le boulot. On ne sait pas comment il est arrivé là, qu'est-ce qui le pousse à agir comme ça - de lui, on sait juste qu'il est froid et sans remords. C'est déjà beaucoup certes, mais toute l'histoire autour de Byer et Outcome aurait mérité un peu d'approfondissement. En fait, c'est là le problème de tout le film : ça manque d'approfondissement, tout va très vite, l'accent est mis sur la forme au détriment du fond. A trop vouloir ne pas faire un nouveau Jason Bourne, Tony Gilroy a supprimé une grande partie de ce qui faisait la qualité des précédents.

    bourne2_zpsd9423666.jpg

    Mais ce qui rend ce Bourne Legacy aussi bon que les précédents tient en deux mots : Jeremy Renner. Il porte le film à lui tout seul. Il rend le personnage d'Aaron Cross captivant. Nous avions un Jason Bourne perdu, en quête de vérité et de justice, de vengeance aussi. Ici, nous avons un Aaron Cross "je m'en foutiste", en quête ni de vérité, ni de justice mais d'un moyen de ne pas mourir.  C'est un soldat surentrainé qui n'a pas peur de sauter d'une falaise à l'autre mais qui a peur des loups. Il ne réfléchit pas, il agit mécaniquement. Bien plus sombre que Jason Bourne (mais la comparaison n'est pas valable car le contexte et les enjeux sont différents) il n'en est pas moins fascinant.

    bourne_legacy_1-620x273_zps5e8429a1.png

    Comme je le disais plus haut, le scénario est mince, alors pour combler les vides, on a droit à des flashbacks de moments de la vie d'Aaron Cross. Et très vite, ces flashbacks deviennent les points les plus intéressants du film. Ils nous permettent de mieux cerner le personnage et d'en apprendre plus sur son passé. Malheureusement, ce ne sont que des flashbacks et ne durent jamais bien longtemps, c'est à nous après de relier les morceaux pour comprendre comment on est passé d'un point à l'autre. Tout compte fait, ce n'est pas tant de la déception qu'on ressent, mais plutôt un sentiment de frustation : la fin arrive trop vite, on veut savoir d'où il vient, qui était June Monroe, pourquoi il a accepté d'entrer dans le programme, pourquoi il est allé tout seul en Alaska... On en veut plus !

    Pour résumer, c'est simple : si suite il y a, on veut moins de chasse à l'homme et plus d'Aaron Cross, point.

     

    Lien permanent Catégories : Films & Trailers 2 commentaires Pin it!
  • Harry Potter : le Coffret Ultime

    Aujourd'hui, 19 septembre 2012, sors le Coffret Ultime que tous les fans de Harry Potter voudront avoir dans leur collection.

    Admirez donc ça !

    movies_harry_potter_wizards_collection_zps6097203d.jpg

    Et il a quoi de particulier ce coffret ? C'est trop long, je vous recopie le descriptif de WB :

    Pour rendre le tout encore plus beau, ils en ont fait un coffret collector et numéroté : 63 000 exemplaires dans le monde et seulement 5000 distribués en France ! Et tout ça pour la modique somme de - vous allez rire - 299€. LOL.

    Et ouais. Ca fait mal.
    Sauf que ! 

    Warner Bros nous offre un cadeau : la possibilité de gagner ce Coffret Ultime ! Pour jouer, c'est tout simple : il suffit de répondre à quelques questions simplissimes sur le site de Warner Bros entre tout de suite et le 3 octobre ! Pour y accéder, il suffit de cliquer ICI ou sur la petite bannière.

    harryopeningtitle_zps9ea550f2.png

    Bonne chance à tous !

     

    PS : Si vous souhaitez partager l'info, n'hésitez pas - plus il y a de monde mieux c'est - mais surtout, partagez bien CE LIEN seulement. Merci !

    Lien permanent 16 commentaires Pin it!