Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

collection r - Page 4

  • Kaleb (Saison 1) - Myra Eljundir

    Titre : Kaleb - Saison 1
    Auteur : Myra Eljundir
    Editeur : Robert Laffont/Collection R
    Tome : 1/3

    20120915_145645.jpg

    Résumé : A 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connait mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer. A la folie. A la mort. Sachez que ce qu'il vous fera, il n'en sera pas désolé. Ce don qu'il tient d'une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu'au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule... Mais que peut-on contre le volcan qui s'éveille ?

    Il y a un avertissement sur la 4ème de couverture : "Déconseillé aux âmes sensibles et aux moins de 15 ans". J'approuve entièrement cet avertissement ! 

    Si je devais décrire le roman de Myra Eljundir en trois mots, je dirais sans hésitation : violent, dérangeant, hypnotique.

    Violent parce que Kaleb est violent. Il ne comprend pas ce qui se passe à l'intérieur de lui, mais il sait de quoi il est capable grâce à son "don". Kaleb ne doit rien à personne et n'a rien à perdre, alors il profite de son don. Pour son plaisir personnel. Egoiste ? Possible. Ingrat ? Probable. Mais surtout, incapable de contrôler ses émotions et d'établir une frontière entre bien et mal, tellement il est grisé par son pouvoir. Les gens sont à sa merci, il peut leur faire faire tout ce qu'il veut, leur vie est entre ses mains.

    Dérangeant parce qu'on ne sait pas comment réagir. Doit-on condamner tous les actes de Kaleb ou peut-on accepter le fait qu'on le comprend malgré tout ? Parce que c'est bien ça le plus dérangeant : au fond, ses actes sont compréhensibles. Les quelques fois où Kaleb a décidé d'utiliser son don pour faire quelque chose de bien, cela s'est retourné contre lui. Plus les pages tournent et plus Kaleb découvre qu'il n'a vécu jusqu'à présent qu'une vie de secrets et de mensonges. Ses actes restent condamnables, mais compréhensibles. Etre empathe, c'est un don mais aussi un malédiction : il ressent les émotions de tout ce qui l'entoure - il est même capable de ressentir les derniers instants d'un animal rien qu'en touchant un morceau de viande. De quoi devenir fou et perdre tout contrôle de soi. 

    Hypnotique parce qu'on tourne les pages sans s'arrêter. Il y a deux histoires en même temps : celle de Kaleb qui découvre qui il est et celle du Colonel et de la Cause et du pourquoi il veut homicider Kaleb à tout prix. A chaque fin de chapitre, on veut savoir ce qu'il se passe après, on veut savoir quel va être le comportement de Kaleb, on veut savoir qui est ce personnage, s'il a un rapport avec Kaleb et on veut savoir le pourquoi du comment. Les informations sont distillées au compte-goutte, et même si quelques point sont prévisibles, dans l'ensemble, on ne sait jamais vraiment à quoi s'attendre.

    Une intrigue efficace, un style prenant, des personnages marquants - voilà un roman bien atypique et qui ne laissera personne indifférent !

    Lien permanent Catégories : Livres 4 commentaires Pin it!
  • [EDIT : Résultat concours] La Sélection de Kiera Cass

    Ceci est mon 500ème billet ! 500, déjà... Alors pour fêter ça, pourquoi ne pas organiser un petit concours ?

    Comme indiqué dans le le titre, je vous propose de gagner un exemplaire du roman La Sélection de Kiera Cass, paru le mois dernier chez Robert Laffont/Collection R.

    IMG_20120522_232721_Hagrid_Clean.jpg

    Le pitch : Elles sont 35 jeunes filles : la "Sélection" s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieur. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l'oeil des caméras... Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés...


    Bref, un roman qui ravira les amatrices (amateurs !) de romans dystopiques et de contes de fées. 

    Pour participer, c'est  simple : il vous suffit d'habiter en Europe et de répondre à la question suivante (qui n'est pas vraiment une question en fait) : 

    Citez un autre roman de la Collection R dont j'ai parlé sur le blog. 

    Envoyez-moi votre réponse par mail avant le lundi 28 mai à 10h ! Et n'oubliez pas de mentionner vos coordonnées - merci ! (si pas de coordonnées, pas de participation validée : ça m'évitera de devoir encore courir après le gagnant pour finalement devoir en choisir un autre)


    Bonne chance :) (et vive les vacances, les partiels sont finis !)

     EDIT 28/05/12 - 23h30 :

    Et voilà, le nom de la gagnante est sortie du chapeau !

     

    alice.png

    Bravo Alice ! Je t'envoie le livre au plus vite :)

    Lien permanent Catégories : Concours 10 commentaires Pin it!
  • Night School - C.J. Daugherty

    Ce qui est bien avec la nouvelle lubie des éditeurs de traduire directement sur manuscrit, c'est que l'attente entre la sortie en version originale et la sortie en version française d'un roman est réduite : Night School est sorti en janvier dernier seulement de l'autre côté de la Manche ! 4 mois plus tard il arrive en France. C'est beau.

    Titre : Night School
    Auteur : C.J Daugherty
    Edition : Robert Laffont/Collection R
    Tome : 1/5

    IMG_20120508_000055_Anne_Vignette_Rustic.jpg

    Résumé : Allie Sheridan déteste son lycée. Son grand frère a disparu. Et elle vient d'être arrêtée. Une enième fois. C'en est trop pour ses parents, qui l'envoient dans un internat au règlement quasi militaire. Contre tout attente, Allie s'y plait. Elle se fait des amis et rencontre Carter, un garçon solitaire, aussi fascinant que difficile à apprivoiser... Mais l'école privée Cimmeria n'a vraiment rien d'ordinaire. L'établissement est fréquenté par un fascinant mélange de surdoués, de rebelles et d'enfants de millionnaires. Plus étrange, certains élèves sont recrutés par la très discrète "Night School", dont les dangereuses activités et les rituels nocturnes demeurent un mystère pour qui n'y participe pas. Allie en est convaincue : ses camarades, ses professeurs, et peut-être même ses parents, lui cachent d'inavouables secrets. Elle devra vite choisir à qui se fier, et surtout qui aimer...

    Night School... c'est rien de ce à quoi je m'attendais. Bon, il faut dire qu'à la base, je ne m'attendais à rien de particulier. Mais moi qui suis fan de huis-clos (Sartre excepté) une histoire qui se passe dans un étrange pensionnat au fin fond de la campagne anglaise, j'aime d'office.

    Et quand au bout de 300 pages (sur 466) je ne sais toujours pas quel est le grand mystère mystérieux de l'école, j'aime encore plus. Je m'en suis posé des questions pendant ma lecture. Quel est le grand mystère mystérieux de la Night School ? Qu'ont de particulier les rares élèves qui en font partie ? Pourquoi sont-ils autant privilégiés ? Pourquoi semblent-ils être au courant de plein de choses ? Pourquoi sortent-ils la nuit et rentrent-ils blessés ? J'ai cogité pendant les 100 premières pages. Après, j'étais bien trop prise par l'histoire pour réfléchir.

    Night School c'est donc l'histoire de Allie Sheridan, 16 ans, rebelle et délinquante depuis la disparition de son frère, qui tague la porte du bureau du principal et fait des crises de panique dans le débarras. Ses parents, ne sachant plus trop comment se comporter avec elle, décident de l'envoyer à Cimmeria, un internat d'un genre particulier. Et là, au bout d'un chapitre, j'étais fichue : notre héroine fait des crises de panique, elle est humaine, elle a des soucis comme vous et moi ! Ce n'est qu'un détail, mais, pour moi, c'est ce genre de détails qui fait toute la force d'un roman (ou d'une série).

    Ce qui fait aussi la force d'un roman, c'est son écriture bien sûr. Et sur ce point, C.J. Daugherty a tout d'une grande, alors même que Night School n'est que son premier roman. Je vous le dis tel quel : il ne se passe rien pendant les 3/4 du roman. Mais alors, c'est tellement bien écrit (et traduit!), tellement cohérent, tellement réaliste, tellement bourré de rebondissements et de révélations inattendues, tellement prenant qu'on tourne les pages inconsciemment et sans s'arrêter.

    Les personnages aident aussi beaucoup à tourner les pages en continu. A commencer par Allie bien sur, sujette à des crises de panique, et dont la seule particularité est d'être la nouvelle. Elle est souvent agaçante (nan mais Allie, écoute avant de tirer des conclusions), parfois naïve, toujours sympa. Elle ne sait pas où elle est, elle ne comprend pas ce qu'il se passe, mais elle ne cherche pas non plus à tout savoir tout de suite et on ne lui demande même pas de sauver le monde - pire encore, elle n'est même pas attirée par le beau brun ténébreux entouré de mystère que tout le monde évite ! (C'est beau *bis*). Autour d'elle, il y a des amis, des ennemis et des secrets. Elle doute, se pose des questions, et nous, lecteurs, on doute et on se pose des questions avec elle.

    Et surtout, nous, lecteurs, on est surpris. Parce qu'on s'attend tellement à des clichés (la gentille qui est en fait méchante, le méchant qui est en fait gentil, l'adorable directrice qui en fait n'est pas si adorable que ça...) que lorsqu'on arrive au moment des révélations on ne peut qu'être surpris et apprécier cette surprise. Et ça, c'est un signe de qualité.

    Je n'ose pas vous parlez plus des personnages, ni de l'intrigue car j'aurais peur de trop en dire. Je n'ose même pas vous dire quel est le "genre" exact du roman car ça risquerai de vous gâcher la surprise.

    Je finirai juste par un mot sur la fin : ceci est un premier tome, il y en a 4 autres derrière, mais la fin est une fin. Pas un cliffhanger. Non, une fin. Une fin tout à fait correcte, qui permet de patienter tranquillement jusqu'au tome suivant. Le genre de fin qu'on aime, parce qu'en refermant le livre on se dit avec satisfaction : "haaaan c'était bien", plutôt que "raaaah mais c'est quoi cette fin ?! Bon sang, la suite ne sort que dans 1 an !". Le truc bien chiant donc. (Tiens, le même type de fin que dans Starters !)(Simple hasard ou fait exprès de la Collection R ?)

    Night School sort le 10 mai prochain ! Si vous voulez de la nouveauté et surtout de d'originalité, n'hésitez pas :)

    Oh et un dernier conseil : ne faites pas d'hypothèses pendant votre lecture, vous risquez d'avoir faux sur toute la ligne. Ne réfléchissez pas, contentez vous de lire !

    Lien permanent Catégories : Livres 14 commentaires Pin it!