Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Séries - Page 2

  • Sex, Drugs & Politics...

    Voila comment on pourrait résumer Party Animals en quelques mots...

    uk-party-animals-jungle-pouvoir-glamour-and-p-L-2.jpeg

    Dans la lignée de State of Play, Party Animals nous plonge dans les coulisses de Westminster où pouvoir et manigances sont les maitres mots. On y suit avec plaisir le quotidien de ceux qui font la politique d'aujourd'hui, qu'ils soient membres du Parlement, simples assistants, journalistes ou lobbyists.

    Party Animals nous entraîne dans le quotidien mouvementé de deux membres du Parlement et de leur assistants. 
    Pour le Labour Party on a Joanne Porter, mère de famille qui a souvent bien du mal à gérer vie politique et vie familiale. Heureusement que ses assistants sont là : Kirsty Mackenzie - interne et future assistante qui n'a qu'un but dans la vie : monter vite dans l'échelle politique - et Daniel Foster - assistant de Jo depuis sa sortie de la fac, excellent dans son travail, et surtout loyal à jamais ! 
    Pour le côté adverse, le Conservative Party, on a James Northcote - Tory jusqu'au bout des ongles, et qui trompe sa femme sans aucun scrupule, entouré de ses assistants Matt Baker, gay et fière de l'être, et Ashika Chandiramani, maîtresse malmenée de James mais surtout jeune femme ambitieuse qui va vite prendre son envol.

    jo.jpgkirsty.jpgdanny.jpgjames.jpgmatt.jpgashika.jpg

    Tout ce petit monde gravite autour de Daniel et Scott Foster, frères qui baignent dans la politique depuis leur naissance - leur père ayant été lui-même membre du Parlement. Danny est devenu assistant tandis que son frère a été plus attiré par le monde subversif du lobbying.

    PAep1caps-00084.png

    Chacun le sait, le monde politique est cruel et sans pitié, et Party Animals nous le montre bien. Dès le premier quart d'heure le ton est lancé : la victoire avant tout, peu importe les conséquences sur les autres. Mais le monde politique est aussi bien versatile, et les retournements de situations se produisent en continu : le gagnant d'un jour peut très vite devenir le perdant du lendemain...

    Party Animals a beau être une série dite "politique" on se rend vite compte qu'au final ce n'est pas tant le système politique le sujet principal de la série, mais bien les personnes qui le font et surtout ce qui en résulte sur leur vie personnelle.
    Mensonges, trahison, coup bas, sont le quotidien de ces jeunes gens. Certains le supportent et arrivent à passer outre, d'autres pas et noient alors leur mal-être dans l'alcool, le sexe et autres substances illicites. Et oui, travailleurs de Westminster ou pas, ils sont avant tout des être humains, avec leurs qualités et surtout leurs défauts... Voila où réside tout l'intérêt de la série - trop de politique aurait vite lassé, et je pense que ceux n'ayant pas quelques bases auraient vite été perdus (donc un conseil, révisez un peu le système politique anglais avant de vous lancer dans la série ^^).

    PAep1caps-00435.png

    Côté casting, rien à dire ! On sent la forte alchimie entre les acteurs, et c'est alors d'autant plus facile de s'attacher aux personnages. Les acteurs sont tous excellents et on se sent qu'ils se sont investis. Mais il faut tout de même noter Andrew Buchan en lobbyiste invertueux qui va tout remettre en question après un funeste évènement ainsi que Raquel Cassidy, sidérante en membre du Parlement qui voit tout s'effondrer autour d'elle. Andrea Riseborough quant à elle confirme tout le bien que je pense d'elle - elle était déjà remarquable dans The Devil's Whore, elle l'est tout autant ici en petite peste carriériste et manipulatrice qui va vite apprendre à ses dépends que dans la vie on a pas toujours tout ce qu'on veut. Sans oublier bien évidemment celui pour qui j'ai regardé la sérié, Matt Smith, parfaitement crédible dans la peau de ce jeune assistant, maladroit en amour mais extrêmement compétent dans son travail et optimiste sans failles.

    party_animals4_r_1.jpg 300buchan_conn.jpg

    Si vous avez aimé State of Play et que vous chercher une série dans la même veine mais avec un ton plus "frivole" alors Party Animals est pour vous ! 8 épisodes remplis de "power & glamour" (pour citer la jaquette), où coeur et politique se mêlent pour nous offrir une série des plus atypiques, mais surtout des plus sympathiques et divertissantes !

    Lien permanent Catégories : Séries 20 commentaires Pin it!
  • Secret Diary of a Call Girl - Season 3

    On a une date (le 25 janvier), on a une chaîne (Showtime), on a une heure (22h heure US), et surtout, on a un trailer !!

    Je sais pas vous, mais perso, cette saison m'a tout l'air d'être à la hauteur des précédentes (voir ici)... Toujours aussi british, toujours aussi barrée, et avec une Hannah toujours aussi "fière" de son travail !

    Côté casting, on dit certes au revoir à Callum Blue mais bonjour à James D'Arcy. Et puis bon, petit Ben est toujours là donc ça va.

     


    Rendez-vous est pris pour le 25 janvier donc !

    Lien permanent Catégories : Séries 11 commentaires Pin it!
  • He knew he was right

    Ca fait bientôt deux mois que j'ai vu cette adaptation et ce n'est que maintenant que je me lance dans la review... Mieux vaut tard que jamais comme on dit ^^

    Fiche d'identité :

    51DGT6DER1L.jpgTitre : He knew he was right
    Année : 2004
    Réalisé par : Tom Vaughan (scénario de Andrew Davies)
    Avec : Oliver Dimsdale, Laura Fraser, Stephen Cambell Moore, Christine Cole, Bill Nighy
    Résumé : Louis Trevelyan's refusal to trust his wife, Emily, destroys their marriage and drives him to insanity. He forces her out of their house, hires a seedy private detective to spy on her and kidnaps their son - with devastating consequences. Meanwhile, Emily's sister Nora causes uproar when she decides to marry for love rather than wealth; and the local curate Gibson, who possibly has the most complex love life of all, proposes to not one woman, but three.

    N'ayant pas lu le livre de Anthony Trollope, je ne sais pas si l'histoire et les personnages sont fidèles. Ce que je peux dire par contre, c'est que l'histoire est parfaitement compréhensible même sans avoir lu le résumé et que les acteurs ont tous, sans exception, été particulièrement bien choisis - avec je l'avoue un petit coup de coeur pour Caroline Martin, l'actrice jouant Dorothy, et bien évidemment David Tennant qui est juste "brilliant" en "flirtarious vicar" (expression tellement parfaite qu'il serait dommage de la traduire ^^). Ce type arrive vraiment à jouer toutes sortes de rôles et avec à être juste à chaque fois ! Christina Cole est elle aussi fabuleuse. La voir jouer Cassie dans Hex, puis Lilith dans Doctor Who et ensuite la voir là, ça change !

    L'histoire est vraiment très prenante et reste cohérente jusqu'à la fin. Fin à laquelle je l'avoue, je ne m'attendais absolument pas ! Et là, je me dis que finalement, n'avoir pas lu le livre, ni aucun résumé ni le résumé sur le DVD a été une bonne chose ^^

    En fait, il y a plusieurs histoires dans He knew he was right... et à chaque fois des histoires de coeurs. On suit les (més)aventures de 4 couples (ou plutôt 3 couples et un triangle amoureux) tout le long des 4 épisodes. Aucun des couples, ni aucune de leur histoire ne se ressemble, et c'est ce qui rend le tout si intéressant. Ca permet de souffler un peu entre les scènes plutôt éprouvantes tournant autour de Louis et Emily...

    photo_lrg.jpg heff.184.2.650.jpg

    Concernant les personnages, j'avoue une petite affection toute particulière pour Dotty que j'ai trouvé vraiment attachante. D'ailleurs, j'attendais les passages la concernant avec impatience à chaque fois. J'aime son charactère à l'opposé de celui de sa soeur, et comme elle a réussi, sans effort particulier, à "apprivoiser" sa vieille tante - et par extension, j'ai bien évidemment adoré Brooke !

    Laura Fraser nous offre une superbe Emily, forte, déterminée, et surtout fidèle à ses principes. Jusqu'au bout elle tente de clarifier les choses, tout en restant attachée à son opinion ! Oliver Dimsdale est sidérant dans son interprétation de la descente aux enfers d'un jeune homme amoureux, mais aveuglé par sa fierté et sa jalousie. Même avec du recul, je n'arrive pas à aimer Louis Trevelyan. Je ne peux m'empêcher de me dire qu'il a provoqué lui-même son malheur, et surtout que son aveuglement à fait souffrir de nombreuses autres personnes...

    Du point de vue de la réalisation, je ne peux que m'incliner bien bas ! Les paysages sont sublimes et les costumes divins ! Ca donne envie de repartir à cette époque pour avoir l'occasion de porter d'aussi jolies robes !

    2331970461_b5130e74da_b.jpg

    Je me rends compte après rédaction qu'il y a plein d'autre choses dont j'aurais voulu parler, mais si je me lance la dedans, vous risqueriez d'être spoilées, et ça serait vraiment dommage car voila encore une mini-série a voir !

    Lien permanent Catégories : Séries 21 commentaires Pin it!