Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres - Page 4

  • Des bulles victoriennes #1

    Vous le savez, j'aime l'ère victorienne. Dès qu'un livre mentionne : Angleterre + 19ème, j'achète ! Et d'ailleurs, ça marche aussi pour les bds/mangas. Voici donc un (premier) petit billet en vrac sur les livres à bulles que j'ai lu dernièrement et qui se passent pendant le règne de la la Reine Victoria.

    bd_zps85c1610a.png

    Black Butler : 15 tomes (et ça continue ?)(13 sortis en français à ce jour) / De Yana Toboso, chez Kana.

    Résumé (du tome 1): Sebastian est majordome au service de Ciel Phantomhive, héritier d'une grande famille de la noblesse anglaise. En matière d'érudition, d'éducation, d'art culinaire, rien à redire, il est parfait. Mais ne vous fiez pas à sa distinction, si vous vous en prenez à son jeune maître, vous découvrirez sa vraie nature... Ciel aurait-il signé un pacte avec le Diable... ?!

    Il y a à ce jour 12 tomes, je ne sais pas combien il y en aura en tout, mais tant pis, je suivrais cette série le temps qu'il faudra. Parce que Ciel est aussi mignon que terrifiant, qu'il est autant impossible pour nous de résister à Sebas-chan que lui de résister aux chats (petits, moyens, grands), que les dessins sont magnifiques, que les histoires sont prenantes, violentes et parfois dérangeantes, que Sebas-chan a beaucoup de classe, que les personnages sont vraiment géniaux (aussi bien les gentils que les méchants), que l'atmosphère gothique et victorienne ne fait que sublimer l'ensemble. Bref, une série incontournable pour tout amateur de l'époque. Et je vous invite fortement à lire le billet de Lulu dessus qui en parle bien mieux que moi.

    Special Branch : 3 tomes (à ce jour ?) /De Seiter et Hamo, chez Glénat.

    Résumé : Dans un village près de Liverpool, un paquebot échoué est en démantèlement. On y découvre un cadavre qui date d'il y a 20 ans et sur lequel se trouve la photo d'un haut gradé de la Navy. Parallèlement, un rôdeur assassine un à un les veilleurs qui l'ont surpris sur le bateau. Tout cela dépasse la police locale… Mais c'est une enquête pour la Special Branch ! Cette ramification secrète des services de police anglais utilise des techniques scientifiques très innovantes pour l'époque. Charlotte et Robin, frère et sœur et éminents membres de la Special Branch sont dépêchés sur les lieux pour élucider le mystère... Pour cette nouvelle série à suspense, Roger Seiter revient dans les ruelles sombres de villes d'Angleterre qu'il affectionne tant avec de nouveaux personnages d'enquêteurs à qui Hamo donne vie avec son trait nerveux et élégant.

    Special Branch, c'est un peu les CSI-Liverpool, 19ème siècle. Le plus classique des trois : une mort suspecte sur un bateau, très peu d'indices, deux inspecteurs de police. C'est intéressant de voir les débuts de la police scientifique, à l'époque où il y avait des techniques, mais pas de technologie. Les dessins sont agréables et le duo fraternel offre quelques scènes drôles. Pas beaucoup de suspense dans les deux tomes et on ne se jettera pas forcément sur la suite dès sa sortie, mais ça se lit très bien, on passe un agréable moment en attendant la résolution de l'affaire.

    Scotland Yard : 2 tomes / De Dobbs et Perger, chez Soleil.

    Résumé : Londres, décembre 1889. L'inspecteur Gregson est une des valeurs montantes de Scotland Yard. Cependant, sa carrière serait accélérée s'il n'était pas considéré comme un humaniste trop sensible, et surtout s'il n'était pas le souffre-douleur de son supérieur Lestrade. Alors lorsqu'un transfert de prisonniers du pénitencier de Newgate ne se passe pas comme prévu. Gregson se retrouve au placard, dans les sous-sols du "musée noir" de Scotland Yard. Une sanction qui va rapidement se transformer en opportunité afin de démontrer sa vraie valeur aux yeux du patron des patrons, le commissioner Fix. A la tête d'une équipe atypique réunissant un gamin des rues, un médecin psychiatre et son assistante, Gregson va taire alliance avec le diable. Il va coopérer avec la pègre londonienne pour traquer deux fous dangereux qui ont profité du fiasco de l'opération de transfert pour disparaître. Deux aliénés mentaux qui vont apprendre aux citoyens de Londres la signification du mot terreur...
     
    Un premier tome prometteur ! Le scénario n'est pas le plus original qui soit, mais il est suffisamment intéressant pour nous donner envie de tourner les pages et de lire la suite (qui est encore en cours d'illustration). Et puis les illustrations de Stéphane Perger sont vraiment sublimes ! Vous pouvez d'ailleurs en admirer quelques unes sur le blog de l'illustrateur, juste là et puis là aussi. Vous pouvez aussi voir les couvertures "alternatives" de ce premier tome ici et - j'adore ! 

     

    Et +1 pour le challenge victorien.

     

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Kaleb - Saison II : Abigail - Myra Eljundir

    C'est difficile de parler de Kaleb, parce que c'est une série qui se "ressent" bien plus qu'elle ne se lit...

    Titre : Kaleb - Saison II : Abigail
    Auteur : Myra Eljundir
    Editeur : Robert Laffont / Collection R
    Tome : 2/3

    20130309_223428_zpse3f71222.jpg


    Résumé : Magnétique et sensuelle, Abigail est l'arme la plus redoutable du réseau SENTINEL. La jeune succube se nourrit de votre énergie vitale et vous consume dans l'extase. Inutile de lutter : l'attraction qu'elle suscite est irrésistible. Même si faire l'amour avec elle, c'est s'unir à la mort.
    Kaleb Helgusson est plus dangereux encore, car il porte désormais l'empreinte du Mal. Quand leurs routes se croisent, Abigail a beau le repousser, l'empathe l'attire comme un aimant. Au terme d'un affrontement passionnel sans merci, ils découvrent avec effroi ce que la combinaison de leurs dons peut accomplir. Mais seront-ils capables de maitriser leurs désirs les plus sombres ?

    Nous retrouvons Kaleb en Irlande, destination conseillée par Abigail et où cette dernière doit d'ailleurs le rejoindre. Je me souviens d'avoir vu plusieurs commentaires de lecteurs disant que pendant leur lecture du tome 1, ils avaient été plus intéressés par l'histoire d'Abigail et des jumeaux plutôt que par celle de Kaleb - ce tome devrait leur plaire encore plus.

    Ceux qui n'aimaient pas l'image qui était donnée de la femme dans le premier tome (utilisée par Kaleb, rien de plus qu'un objet), seront donc ravis de savoir que cette fois, ce sont les femmes qui sont sur le devant de la scène. Mais d'une façon très particulière et qui malgré tout risque en fait de déplaire à certaines...

    J'avais trouvé le premier tome violent, celui-ci va encore plus loin et frappe encore plus fort. Seul, Kaleb peut faire beaucoup de mal, c'est indéniable. Mais avec Abigail, ils peuvent détruire le monde (oui oui, à ce point). Cette violence est encore plus dérangeante parce qu'ils ne mesurent pas leur puissance (pas au début en tout cas...). Pire encore : Kaleb est (malgré lui) infesté par le mal, il est manipulé, il a des pertes de connaissance, il fait de terribles choses sans s'en rendre compte. Dans le premier tome, on se sentait attiré par Kaleb, mais on ne pouvait s'empêcher d'éprouver un sentiment de rejet en même temps; dans ce tome, c'est de la sympathie qu'on éprouve, parfois même de la pitié.

    Ce tome est le tome du voyage - et d'ailleurs à la fin, Myra Eljundir a ajouté des cartes des différents endroits visités par Kaleb - on passe alors par Cork, Limerick, Baltimore, Sherkin Island (entre autres) pour l'Irlande et Reykjavik, Husavik, Hverir Namafjall (entre autres) pour l'Islande. On découvre de nouvelles villes mais on rencontre aussi de nouveaux personnages, de nouveaux "enfants du volcan" - et c'est je pense, le point qui m'a le plus ravie dans ce tome : j'adore rencontrer de nouveaux personnages, découvrir de nouveaux dons et recouvrer foi en l'humanité (et en Kaleb...).

    Les choses ne se passent pas exactement de la façon qu'on attendait. La surprise nous attend à chaque page, les révélations sont chaque fois plus inattendues, on doute de tout et de tout le monde. En refermant le livre, j'étais totalement perdue. Je ne savais plus qui croire ou que croire et encore moins quelle est la vraie personne qui tire les ficelle.

    Le tome 3 sort fin août... encore quelques mois et nous aurons le fin mot de l'histoire !

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Addict - Jeanne Ryan

    Titre : Addict (Nerve en VO)
    Auteur : Jeanne Ryan
    Editeur : Robert Laffont / Collection R

    5f996569-30c9-4120-aacd-ec2282742893_zpsba7b56b1.jpg

    Résumé : Addict est un jeu qui diffuse sur Internet des défis filmés en direct. Vee, 17 ans, ne sait pas si elle aura le cran d'y participer. Mais les organisateurs connaissent ses désirs les plus secrets et finissent par la convaincre avec des cadeaux qu'elle ne peut refuser, et un partenaire irrésistible... Dès qu'elle fait équipe avec le beau Ian, Vee ne peut qu'accepter le défi suivant, puis un autre, et encore un autre... D'autant que l'engouement des milliers d'Observateurs en ligne la pousse à dépasser ses limites et ses peurs. Bientôt, le jeu prend un tournant plus que malsain : dangereux. Mais comment décrocher quand on est devenu complètement addict ?

    J'ai trouvé ce livre affligeant... Pas dans le sens "mauvais" et mal écrit, bien au contraire ! Mais plutôt dans le sens "Oh mon Dieu mais comment des gens peuvent-ils accepter de faire ça ?". Addict a beau être un jeu purement inventé, il y en a d'autres dans le même genre... et je ne sais pas vous, mais personnellement je trouve ça affligeant de savoir que des gens sont prêts à se mettre en danger (Fear Factor anyone ?) juste dans l'espoir de gagner un prix - conséquent ou pas. Mais le pire, c'est qu'au fond, on les comprend : l'appât du gain est fort, et jamais ils n'ont le sentiment d'être en danger (oh mais non, on passe à la télé, tout le monde nous regarde, il ne peut rien nous arriver !).

    Bref, Addict met très bien en avant ces dérives dues non seulement aux concours, mais aussi aux réseaux sociaux et aux nouvelles technologies en général : tout se fait sur internet, par l'intermédiaire de l'application Addict (qui contrôle alors tout le portable : impossible d'appeler ou de recevoir des appels tant qu'ils n'ont pas débloqué), les défis sont réalisés en direct et ceux qui n'ont pas été sélectionnés pour ces défis, peuvent alors participer en tant qu'Observateur : ils sont dans le jeu, mais ne font aucun défi, ils se contentent de filmer/photographier/noter les candidats. On passe alors de l'irresponsabilité au voyeurisme...

    Je ne sais que penser de Vee... Je l'ai trouvé vraiment stupide au début. Et puis au fil des heures et des défis, je l'ai trouvé toujours aussi stupide, mais je comprenais plus facilement ses motivations, surtout par rapport au dernier "grand cadeau" : à long terme, il lui serait non seulement utile à elle, mais aussi à ses parents. J'ai fini par la trouver sympathique et elle a réussi à me surprendre à la fin - j'ai adoré l'épilogue - mais j'ai du mal à vraiment m'attacher.  Il en va de même pour Ian : j'ai eu beaucoup de mal à le cerner, et c'est au final le personnage le plus intéressant du livre - sans doute parce que c'est le seul qui a une excellente raison de jouer. J'étais triste pour lui à la fin... Addict est un tome unique, mais rien que pour Ian, j'aurais aimé avoir une suite, pour savoir comment les choses se passent pour lui. 

    Une chose est sûre, Addict porte bien son nom, et ce, même si au fond, la curiosité l'emporte sur le plaisir de la lecture (difficile de vraiment s'attacher aux personnages et certains évènements sont très prévisibles). L'action va crescendo, et on se doute dès le prologue que les choses vont aller de mal en pis. J'approuve tout particulièrement le défi final - j'aurais pu faire d'Addict un coup de coeur si justement ce huis clos final avait été le coeur du roman : cette partie est vraiment excellente, et c'est dommage de devoir attendre 190 pages pour s'y plonger.

    Un point qui m'a plu mais qui risque d'en agaçer d'autres : Jeanne Ryan en dit trop et pas assez. A moins de lire entre les lignes et de faire très attention à certaines phrases, certains trouveront qu'il manque beaucoup de réponses aux questions (je pense notamment à "mais dis donc, c'est du rapide entre Vee et Ian !", ce à quoi je répondrai : "voyez les autres participants au défi final et faites bien attention à la phrase de Tommy à la fin...")(ou encore "mais qu'est-il arrivé à Abigaïl ?", voir p.237 : Jen vous donne la réponse... à vous de comprendre la suite)

    En résumé : une histoire bien écrite (oui, il faut le dire, et ce qu'on accroche ou pas), un rythme soutenu et une traduction impeccable. Voilà un roman original qui traite d'un sujet rare et pourtant important (et plus encore de nos jours).

    Lien permanent Catégories : Livres 2 commentaires Pin it!