Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres - Page 21

  • The Death & Life of Charlie St-Cloud - Ben Sherwood

    Mercredi dernier est sortit au cinéma "Charlie St-Cloud" (dont le titre VF est "Le secret de Charlie")(que c'est niais comme titre !), un film adapté du roman The Death and Life of Charlie St-Cloud de Ben Sherwood.

     

    Titre : The Death and Life of Charlie St-Cloud
    Auteur : Ben Sherwood

    41bptNuT+5L._SL500_.jpg


    Résumé : When he was a boy, Charlie St. Cloud almost perished in a car crash that killed his little brother, Sam. Years later, Charlie is still trying to atone for his loss. It is only when he meets Tess Carroll, a captivating, adventurous yachtswoman, that he is faced with a choice - between death and life, the past and the present, holding on and letting go.  "The Death and Life of Charlie St. Cloud" is a romantic and exhilarating novel about second chances and the liberating power of love.

     

    J'ai lu ce livre pour deux raisons : je comptais aller voir le film et l'histoire me plaisait bien. Et au final, je ne regrette pas ! The Death and Life of Charlie St-Cloud est un très beau livre sur l'amour et les promesses entre frères, et sur comment vivent "ceux qui restent" après la mort d'un être cher.

    Après la mort de son petit frère dont il se sent coupable, Charlie a abandonné tous ses rêves de gloire pour aller travailler dans le cimetière où il est enterré. Il organise ses journées en fonction de son travail, mais surtout en fonction de l'heure du coucher du soleil - heure à laquelle il a chaque soir rendez-vous avec son frère. 13 ans plus tard, le destin lui fait rencontrer Tess Carroll, une jeune navigatrice qui rêve de faire le tour du monde en solitaire. Entre eux, le courant passe bien, et Charlie commence alors à s'imaginer la vie plus loin que les grilles du cimetière...

    On pourrait croire au vu du résumé (et de la bande-annonce) que The Death and Life of Charlie St-Cloud est un livre larmoyant, où notre héros ne fait que se plaindre et culpabiliser à mort (sans jeu de mots) sur ce qu'il a fait... et bien pas du tout. Alors oui bien sur, certains passages sont moins joyeux que d'autres, mais dans l'ensemble, on sourit plus qu'on ne pleure.

    Charlie ne s'apitoye pas sur son sort à toutes les pages. Il est en colère contre lui-même et comme chatîment il s'interdit de vivre "normalement" mais ça lui convient. Bien sur, il a envie d'aller de l'avant, et il sait que tant qu'il continuera à s'attacher à son frère, il ne pourra jamais y arriver. Jusqu'à sa rencontre avec Tess, il n'avait aucune vraie raison de penser à un autre mode de vie. Les moments qu'ils font passer ensemble vont lui faire prendre conscience de ce qu'il a raté jusque là. Là, encore la bande-annonce du film laisse présager une histoire d'amour guimauvesque à souhait - il n'en est rien dans le livre : leur histoire est toute simple et pas vraiment fleur-bleue.

    Charlie est mort pendant 10min, avant qu'un secouriste parvienne à le ressusciter. A son retour sur terre, il se découvre la possibilité de "voir" les morts (oui, je vous autorise à ressortir la réplique culte de 6ème Sens!) et décide alors de l'utiliser pour aider les plus récalcitrants ou surpris à passer "de l'autre côté". Ce "don" fait que pendant tout le livre, on oscille entre rêve et réalité, vie et mort. On ne sait pas au premier abord si la personne avec qui Charlie parle est vivante ou décédée. C'est l'une des choses qui m'a le plus plu dans le livre : la surprise. On a beau se douter de la fin, on est quand même surpris de savoir comment ils en arrivent là.

    J'ai eu peur en commencant ma lecture de tomber sur un roman à la dimension religieuse importante, avec des histoires de Dieu, d'anges gardiens, de paradis etc etc... mais je suis contente de pouvoir dire que je me suis trompée. Bien sur il y a des allusions, mais pas aussi importantes que l'on pourrait s'y attendre de la part d'un roman sur un tel thème.

    The Death and Life of Charlie St-Cloud n'est pas le livre qui révolutionnera le genre il faut bien le dire, il n'en reste pas moins un livre plaisant, aux personnages attachants et qui touchera tous ceux ayant des frères et soeurs, ou bien ayant perdu quelqu'un de très proche.

    Je vais voir le film ce week-end... on verra bien s'il vaut la peine d'être vu, ou si vous pouvez vous contenter du livre ^^

    Lien permanent Catégories : Livres 10 commentaires Pin it!
  • Son of a witch - Gregory Maguire

    Je vous parlais le mois dernier de Wicked de Gregory Maguire, le premier tome des Wicked Years - et bien voila la suite =)

     

    Titre : Son of a Witch (Wicked Years 2)
    Auteur : Gregory Maguire

    9780755341566.jpg

    Résumé : After Dorothy kills the Wicked Witch of the West she clicked her heels together and headed home to live happilly ever after. But, back in Oz, one young man isn't enjoying such a happy ending.
    Liir is found bruised and comatose in a gully. Taken to the Cloister of Saint Glinda he is willed back to life by a silent novice. What dark force left Liir in this condition ? Is he really the Wicked Witch's son ? He has her broom and her cape - but what of her powers ?  In an Oz that is under new and dangerous management, can Liir keep his head down long enough to grow up ?

    Son of a Witch se passe près de 10 ans après Wicked. On suit cette fois les aventures de Liir, le prétendu fils de Elphaba. Au début de l'histoire, il est retrouvé agonisant par les soeurs du Cloître de Sainte Glinda, ce même Cloitre où Elphaba s'était refugiée dans le précédent tome. A l'abri, les soeurs mettent tout en oeuvre pour le ramener à la vie, et demandent à une jeune novice Candle de veiller sur lui. Cette dernière ne parle pas beaucoup, mais joue très bien du Domingon, une sorte de guitare originaire de Quadling. Pendant que Candle joue quasi sans interruption, Liir qui est dans une sorte de coma, au son de la musique se souvient des évènements qui l'ont conduit au Cloître.

    Nous voila donc repartis dix ans auparavant, juste après la disparition de Ephaba. Liir décide à ce moment-là d'accompager Dorothy, the Tinman, the Scarecrow et the Lion jusqu'à The Emerald City dans l'espoir de renconter le Wizard. Après le départ de Dorothy, et avoir découvert que le Wizard avait pris la fuite après les révélations faites par Elphaba, Liir erre dans les rues, ne sachant que faire ni où aller. Sa rencontre avec le Scarecrow va le motiver à aller à la recherche de Nor, sa possible demi-soeur.  

    Le long du chemin, Liir se retrouve embarqué dans les histoires politiques de Oz, tombe amoureux d'une fille, rencontre son oncle, rejoint l'armée de Oz, tombe amoureux d'un garçon, murmure à l'oreille des dragons, vole avec les Oiseaux, ravive la légende de Elphaba et se découvre même un possible enfant (pas forcément dans cet ordre)

    Liir étant plongé dans une sorte de coma, pendant les deux tiers du livre, nous oscillons entre passages au Cloître et souvenirs de Liir. Et au fil de ces souvenirs nous découvrons à quel point la situation à Oz est devenue critique et dangereuse. Nous en apprenons aussi sur ce par quoi Liir est passé pendant les 10 dernières années, qui il a rencontré en chemin, ce qu'il a fait et qu'elles en ont été les conséquences sur les autres, mais surtout sur lui. Car voila où réside toute la force de ce second tome : Liir.

    J'aime énormément Liir. Il ne connait pas ses origines (personne ne lui a jamais clairement dit si Elphaba était ou non sa mère), il a vu sa famille d'adoption se faire enlever devant ses yeux, il a failli mourir noyé - bref, il n'a pas eu la vie facile. Pourtant, il n'a jamais baissé les bras. Même dans les pires moments, il avait toujours une petite étincelle en lui qui le forcait à continuer. Un "don" de Elphaba ? Possible. Toujours est-il que, même dans les pires moments, Liir ne se plaint pas ! Et pour ça, je l'admire.

    Au début de l'histoire, Liir pourrait être qualifié de "simplet". Lorsqu'on fait sa connaissance dans Wicked, on s'imagine difficilement ce qu'il pourrait devenir en grandissant. C'est un garçon renfermé, très peu sûr et qui n'a jamais eu d'éducation à proprement parler - et ce ne sont pas les années passées auprès de Nor, Manek et Irji, les enfants de Fiyero qui l'auront aidé à en apprendre plus, bien au contraire : ils ne cessaient de se moquer et de lui jouer des mauvais tours. Mais on se rend vite compte dans ce tome que Liir est avant tout patient et observateur. Il ne comprend pas toujours pourquoi les gens agissent de telle façon, mais il sait très bien faire la différence entre le bien et le mal. Liir est aussi un garçon honnête et fidèle. Les épreuves endurées pendant les années passées à rechercher Nor vont le faire grandir et mûrir, et le rendre plus fort.

    Mais il est à noter qu'une fois encore, il est difficile de se faire un avis définitif sur les personnages, tellement ils sont changeants et plein de surprises (des fois en bien, souvent en mal).

    Concernant l'histoire, on retrouve les élements qui font tout le "charme" du tome 1 : la noirceur du récit, les personnages mystérieux, les problèmes politiques, les tensions raciales... Mais là où le premier tome prêtait à sourire, voire à rire, grâce aux répliques de Glinda, ici c'est l'effet inverse tellement tout est plus sombre et tragique.

    Le Oz de Gregory Maguire est toujours aussi peu accueillant mais en même temps si attirant. Les descriptions des régions, des personnages, de la vie à Oz rendent cet endroit si réel et vivant qu'on aimerait juste pouvoir s'y transporter... Une fois encore, j'ai été "ensorcelée" par ce récit. A tel point que vers les 100 dernières pages, j'ai ralenti ma lecture pour retarder le plus possible le moment où je tournerai la dernière page...

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Neville Londubat à l'école des sorciers - J.K. Rowling

    Mon premier billet dans le cadre du challenge Re-reading Neville Londubat - j'en suis toute émotionnée ! Sachant que je suis dans la team Neville, mes billets seront bien évidemment tournés vers lui - donc si réfractaire à Neville vous êtes, mon billet éviter je vous conseille ! (Yoda, je te n'aime <3)

    Titre : Neville Londubat à l'école des sorciers
    Titre : VO : Harry Potter and the sorcerer's stone)

    Auteur : J.K. Rowling

    78286287.jpg
    (Couv' mise à jour par Pandora)

     

    Résumé : Le jour de ses onze ans, Neville Londubat, un orphelin (ou presque) élevé par un oncle et une grand-mère qui l'adorent voit soin existence bouleversée. Un géant ne vient pas le chercher pour l'emmener à Poudlard (c'est sa mamie qui l'emmène) la célèbre école de sorcellerie où une place l'attend depuis toujours. Voler sur des balais, jeter des sorts, combattre les Trolls : Neville Londubat se révèle un sorcier vraiment doué (surtout en botanique). Mais quel mystère entoure sa naissance et qui est l'effroyable V..., le mage dont personne n'ose prononcer le nom ? (à part un copain de Neville qui s'appelle Harry Potter et qui a une cicatrice en forme d'éclair sur le front)

    J'ai lu ce premier tome l'année de sa parution en France - c'est à dire en 1998. J'avais 10 ans. L'âge de Ginny quand elle rencontre Harry pour la première fois !! C'est peut-être pour ça que je l'aime autant Ginny en fait.

    J'avais pas relu ce tome depuis la sortie du 5ème livre - la dernière fois que je me suis fait une relecture intégrale des tomes. Ce qui fait donc bien longtemps !

    En relisant le livre, j'ai retrouvé mes 11 ans perdus (bon, ceci est un mensonge, dans ma tête, j'ai toujours 11 ans. Ca monte à 12/13 ans des fois).

    J'ai aimé autant que la première fois suivre Neville et ses amis dans leur nouvelle vie à Poudlard, et découvrir avec eux ce monde magique où les fantômes dinent à table, les tableaux partent en vadrouille, les chiens ont 3 têtes, les escaliers vous mènent aux mauvais endroits, les chocolats sautent du sachet, les photos vous saluent, et les oeufs de dragon se vendent sous le manteau...

    J'avais oublié au fil des ans à quel point l'humour était présent et nos héros choupi-trognons dans ce premier tome. Et puis oh, Hermione a menti ! Et Neville, je l'aime toujours autant, si ce n'est plus. C'est quand même grâce à lui que Gryffondor à remporté la coupe - héhé, ça a dû lui en boucher un coin au petit Malefoy! Ca lui apprendra à lui faire peur dans la Fôret interdite. D'ailleurs, j'y pense : après ça, il l'a beaucoup moins embêté ! Voila une autre preuve de la supériorité de Neville : Malefoy l'embête moins que les autres !

    Relire le tome 1 en sachant déjà comme ça se finit et en connaissant la vérité sur l'enfance de Neville permet de mieux comprendre pourquoi il est si timide et peu sûr de lui. Et puis, on fait plus attention à ses actes et ses qualités - on sent bien que Neville n'est pas si empôté que ça, il a juste besoin d'être rassuré et qu'on lui fasse confiance =)

    Lire Neville Londubat à l'école des sorciers à 10/11 ans, c'est parfait. 12 ans après, je me rends compte à quel point ce livre est écrit pour les enfants de cet âge. Ce que je veux dire c'est que tout est simple : on sait qui sont les gentils, on sait qui sont les méchants. Les gentils sont très gentils, et les méchants sont très méchants.

    Le style de JK Rowling est simple aussi dans le sens où les phrases sont courtes, l'intrigue facile à comprendre et elle ne garde que l'essentiel de l'histoire en faisant beaucoup d'ellipses. Tout est mis en oeuvre pour faire adhérer les plus jeunes et leur donner envie de continuer leur voyage au pays magique de Neville Londubat. Et ça marche.

    Ca a marché pour moi il y a 12 ans, et ça marche toujours autant maintenant. Me revoile prise d'une "Neville Londubatite aïgue" qui est bien partie pour durer !

    Rereading-HP-logo-Neville-PES.jpg

     

    PS : Revenez en fin de journée, je posterai le questionnaire ^^

     

    Lien permanent Catégories : Livres 4 commentaires Pin it!