Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres - Page 2

  • Parallon 2 - Dee Shulman

    Parallon avait été l'une des belles surprises du début d'année: j'avais trouvé là un roman intelligent avec des personnages forts et intéressants. Ce second tome me conforte dans mon sentiment : il est encore meilleur que le premier !

     Parallon 2
    (Delirium en VO)
    Auteur : Dee Shulman
    Editeur : Robert Laffont / Collection R
    Tome : 2/3

    136a2d90-b68f-417b-867c-6f8b5d92d1e8_zps42382db3.jpg

    Résumé : Seth et Eva ont survécu au virus qui les a fait se rencontrer. Mais lorsque la santé d'Eva se détériore, le jeune couple doit se lancer dans une course contre la montre pour découvrir l'origine de l'épidémie. Avant que la mort ne les sépare à tout jamais... Tandis que le nombre de victimes de la fièvre se multiplie, Seth doit accomplir un dangereux périple à travers les siècles et les mondes pour enrayer sa propagation. Obnubilé par cette quête, le jeune gladiateur ne remarque pas l'arrivée de son ennemi juré à Parallon : Cassius Malchus. Il ignore que ce dernier est en train de lever une redoutable armée...

    Dans ce tome, Seth et Eva découvrent de plus en plus d'éléments liés au virus, on commence à comprendre les implications de Zachary et on a un aperçu de l'issue finale. Tout va très vite, beaucoup de choses se passent en même temps, mais pourtant, à aucun moment nous n'avons le sentiment qu'un élément manque ou qu'un point de l'intrigue a été bâclé. Bien au contraire, tout s'enchaine de façon très cohérente du début à la fin - et quelle fin ! Tellement soudaine, tellement inattendue, mais tellement logique aussi : on sent que Dee Shulman a déjà pensé à la suite des évènements. 

    J'aime toujours autant Seth. Il est toujours aussi fort et déterminé, mais on le sent aussi un peu perdu, tiraillé entre son besoin de rester près d'Eva et son envie de découvrir la vérité sur le virus. De plus, Zachary lui apprend que non seulement un nouvel arrivé a complètement bouleversé le quotidien à Parallon mais aussi que ces bouleversements ont un impact direct sur la vie sur Terre : si Parallon s'effondre, la Terre s'effondrera avec elle.

    Et je crois d'ailleurs que je l'aime bien aussi Zachary. Il me fait de la peine. Les passages où il demande son aide à Seth sont particulièrement touchants : Parallon est toute sa vie ! La voir disparaitre serait comme une seconde mort pour lui. Matthias aussi me fait de la peine : ses actes sont encore plus répréhensibles que dans le premier tome, mais c'est difficile de lui en vouloir car sa façon d'agir est compréhensible aussi.

    J'ai davantage apprécié Eva dans ce tome. Son histoire avec Seth est belle et touchante, sans tomber dans la niaiserie (merci à l'auteur et à la traduction de nous éviter les "bébé", "chérie" et "mon amour" à tout bout de phrase). Par contre, quelque chose m'a frappée dans ce tome : j'ai trouvé que tous les passages avec Astrid sonnaient faux. Je ne saurais l'expliquer, mais j'ai eu le sentiment qu'ils étaient là "en plus", juste pour parler d'autre chose que de virus ou de Parallon (mais peut-être est-ce simplement dû au fait qu'Eva est loin d'être mon personnage préféré ?).

    Cette fois, Seth et Eva ne sont pas les uniques narrateurs : il y a désormais Matthias qui raconte ce qu'il se passe à Parallon (vu que Seth est resté dans le Londres de 2013) et un nouveau personnage, Jenny Linden - et qui en un chapitre est devenue mon personnage féminin préféré de la trilogie !

    L'arrivée de Jenny Linden et de son copain Nick Mullard va d'ailleurs donner davantage d'importance et de réalisme à l'histoire. Eva et Seth ne sont pas les seuls impliqués dans l'affaire, le virus prend chaque fois plus d'ampleur, et cela commence à se voir : à l'extérieur, les gens se rendent compte qu'il se passe quelque chose - depuis quelques temps, il y a de plus en plus de disparitions inexpliquées... Les gens se posent des questions : comment est-il possible de disparaitre ainsi ? Ces disparitions ont-elles un lien entre elles ? Et pourquoi le MI5 tient-il autant à reprendre l'affaire et surtout à garder le secret sur tous ces évènements ?!

    Ce second tome est à la hauteur de nos espérances : à la fois plein d'action et de sensibilité, avec des personnages fouillés (les masculins surtout) et une intrigue maitrisée ! Vivement la suite !

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Le Pouvoir des Six - Pittacus Lore

    Le Pouvoir des Six
    The Power of Six
    Auteur : Pittacus Lore
    Editeur : Baam!
    Tome : The Lorien Legacies - 2/3

    00575584-8dbf-4731-b28d-5c02dbccc5a3_zpsfb52cabe.jpg

    Résumé : Ils se rapprochent. Ils nous traquent. Ils sont au courant pour le courant pour le Sortilège et Ils connaissent nos Dons. Ils en savent trop. Ils nous retrouverons. Nous ne serons plus jamais en sécurité. Nous devons nous réunis et nous battre. Nous sommes votre seul espoir.

    Pour commencer, je dois avouer une chose : au bout de deux tomes, je ne comprends toujours pas le "nous sommes votre seul espoir". Pour l'instant, les Mogadoriens ne s'en prennent pas aux humains. Enfin si, mais seulement à ceux qui se mettent en travers de leur chemin ou bien qui peuvent leur donner des informations sur les Gardanes. Mais autrement, rien. On verra ce qu'il en est dans le final.

    Contrairement au premier tome qui se consacrait uniquement à John/Numéro Quatre, dans Le Pouvoir des Six nous faisons la connaissance de Marina/Numéro Sept, qui vit en Espagne - le roman alterne alors passages racontés par l'un puis par l'autre. Les passages avec Marina sont plus personnels et surprenants - je ne m'attendais vraiment pas à un tel récit. Les années que Marina a passées sur Terre ont été bien différentes de celles des autres Gardanes : tandis que les autres n'ont cessés de fuir, "Marina" et sa Cepâne, "Adelina", ont trouvé refuge dans une église.

    Marina est peut-être resté toutes ces années avec Adelina, mais elle n'en était pas moins seule pour autant : au fil des ans, Adelina s'est détournée de sa mission, pour ne pas dire l'a totalement oubliée. Marina, de son côté, n'a cessé de chercher les autres Gardanes dans l'espoir d'un jour les rejoindre. En attendant, elle essaye de gérer ses dons - seule. Par la suite, on fait en même temps que Marina la connaissance de deux personnages de la plus haute importance.

    On retrouve aussi John, Sam et Six (et Bernie Kosar) toujours en fuite. La différence étant que cette fois, ils ne font pas que fuir les Mogadoriens : soupçonnés de terrorisme, John et Sam sont désormais traqués par le FBI. Dans ce tome on trouve l'action qui manquait dans le précédent. Excepté les quelques passages avec Marina, quand on est avec John, Sam et Six, il n'y a pas de temps mort. Les batailles sont décrites avec tellement de détails qu'on se représente la scène au moment où on l'a lit.

    J'aime toujours autant les personnages. Ils ont une mission à accomplir, un monde à sauver et ils sont forts grâce à leurs Dons, mais quand ils n'ont pas à se soucier des Mogadoriens, ils ont des préoccupations bien humaines, ils redeviennent des ados comme les autres, avec leurs problèmes et leurs doutes. Ils n'ont pas peur d'en parler - ni de pleurer d'ailleurs. Et cela les rend encore plus attachants. Numéro Six reste par contre mon personnage préféré ! (j'ai d'autant plus hâte de me plonger dans le troisième tome sachant qu'elle fait partie des narrateurs). Mais je ne demande qu'à mieux connaitre un autre Gardane rencontré vers la fin... Et sinon, Sarah ne sert toujours à rien.

    Je me suis rendue compte en lisant ce second tome d'à quel point cette trilogie est captivante - que ce soit au niveau de l'intrigue, des personnages, de l'action. Les rebondissements s'enchainent, les révélations sont inattendues, le style est prenant, l'humour est présent, et c'est difficilement qu'on s'oblige à refermer le livre quand vient le moment d'aller remplir ses obligations...

    En résumé, un second tome encore meilleur que le précédent 413 pages et pas le temps de souffler !

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Persuasion - Jane Austen

    Une soudaine envie de le relire après avoir lu les billets de Miss Léo et Mrs Figgs... et toujours un même plaisir. 

    Persuasion
    Auteur : Jane Austen
    Editeur : Oneworld Classics

    2634b182-72ee-4961-8c56-4550d579c490_zps89fad861.jpg
    (Je suis amoureuse de mon édition anglaise)

    Persuasion est mon roman préféré de Jane Austen pour plusieurs raisons : son histoire, ses personnages, son "atmosphère", la vision qu'on a de l'époque, son intemporalité ... 

    Je trouve que l'histoire d'Anne et Frederick est - avec celle d'Elinor et Edward - l'une de ses plus belles histoires. Ils se sont rencontrés, il se sont aimés, ils se sont séparés. En lisant le résumé, et en connaissant Jane Austen on devine d'avance que tout se finira bien. Mais on doute quand même. 8 ans après, Frederick Wentworth en veut encore à Anne Elliot de l'avoir rejeté comme elle l'a fait. Il l'aimait énormément, et avoir ainsi rompût leurs fiançailles pour la simple raison qu'il n'était pas assez gradé pour elle lui brisa littéralement le coeur. Pendant ces 8 années il n'a vécu que pour la mer et l'oublier. Cela aura au moins eu le mérite de l'avoir fait monter en grade et devenir un Capitaine fortuné. Pour autant, il se sent encore trahi par elle, à tel point que lorsqu'ils se retrouvent enfin, Wentworth l'évite le plus possible et commence même à s'intéresser de très près à la jeune Louisa Musgrove. Anne de son côté, se sent toujours aussi coupable que 8 ans auparavant et angoisse à l'idée de revoir son cher Frederick Wentworth, et le fait qu'il l'évite ne l'aide pas à se sentir mieux.

    Donc oui, on doute. Le Capitaine se sent beaucoup trop trahi et Anne beaucoup trop coupable pour faire comme si de rien n'était. Aussi, ils s'en tiennent aux politesses d'usage. L'orgueil et la fierté vont même pousser le Capitaine à faire souffrir Anne inconsciemment. Comment alors vont-ils faire pour nous offrir notre happy end? C'est là toute la beauté du roman ! 

    Mais Persuasion ne se contente pas de nous narrer l'histoire tragique au dénouement heureux de Anne et Frederick - Jane Austen en profite aussi pour critiquer la société de l'époque où tout n'est que réputation, fortune, rang social, apparence et faux-semblants. Ses personnages secondaires, surtout le père et les soeurs de Anne, sont le miroir parfait de la société de l'époque. Tout en finesse et sous-entendus habiles, Jane Austen attaque les conventions de l'époque et nous offre l'un de ses romans les plus "matures".  

    Anne Elliot avait 19 ans lorsqu'elle a rencontré Frederick, elle en a 27 lorsqu'ils se revoient. Elle est toujours célibataire et la tristesse lui a fait perdre de sa beauté - Frederick avoue même ne pas l'avoir reconnu. Mais il avoue aussi que pour ce qui est de l'esprit, elle est toujours la Anne dont il est tombé amoureux 8 ans plus tôt. Car oui, Anne sous ses airs de "vieille fille" fragile est en fait quelqu'un de fort et qui ne fait jamais deux fois les mêmes erreurs. Elle se moque des statuts sociaux, elle se comportera aussi dignement avec une personne de haut rang que de bas rang. Elle sait garder la tête sur les épaules dans les moments graves et c'est toujours vers elle que les gens se tournent quand ils ont un problème. Entre un père et une soeur ainée qui la dénigrent et une autre soeur hypocondriaque qui aime être le centre de l'attention, Anne n'a pas eu une vie facile, mais sa gentilllesse, sa force et sa bonté en font une personne exceptionnelle.

    Frederick Wentworth est quant à lui un capitaine fortuné, qui cherche maintenant à s'établir. Il a ses qualités bien sûr, mais il a aussi ses défauts et n'a pas peur de les montrer. Il ne rejette pas la faute sur les autres et prend ses responsabilités. Il ose même dire en arrivant qu'un mariage de convenance lui suffirait ! Frederick Wentworth c'est un homme d'action, il a lutté contre Napoléon et a gagné son rang à la sueur de son front (donc le Darcy qui ne fait que monter à cheval et se baigner dans le lac, il ne sert pas à grand chose en fait). Mais c'est aussi un homme tout court, et qui perd tous ses moyens face à la femme qu'il aime. (Oh cette lettre. Je la connais par coeur, mais je ne m'en lasse jamais.)

    Beaucoup trouvent Persuasion inférieur à ses autres romans, car un rythme trop lent, trop peu de dialogues, des personnages passifs, une intrigue longue à démarrer, pas assez d'humour.... Possible oui. Mais cela va aussi avec son histoire. Nous ne sommes pas ici dans un roman aux mille aventures, avec pléthore de personnages. Non, ici c'est juste Anne, Frederick et comment 8 ans après ils se rencontrent à nouveau et retombent amoureux. Ce n'est pas niais, ce n'est pas guimauvesque, c'est juste... beau.  

    Je me suis concentrée sur Anne et Frederick car ce sont les personnages principaux et leur histoire est la principale chose que les gens retiennent, mais Persuasion c'est bien plus qu'une simple histoire de seconde chance. C'est surtout un roman bien trop riche pour juste en "parler".

    Il faut le lire, au moins une fois. On peut aimer ou ne pas aimer Persuasion, mais il faut le lire, tout simplement. 

    bfa1ccc5-fae7-428e-a3ef-d02bf15ed88b_zps9aa780a0.jpg

    Lien permanent Catégories : Livres 9 commentaires Pin it!