Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Harry Potter et les Reliques de la Mort - Partie 2

    Et voila, c'est fini. 13 ans plus tard, je dis au revoir à Neville. Un au revoir en beauté comme je l'avais longtemps espéré ? Pas vraiment non...

    Titre : Harry Potter et les Reliques de la Mort - Partie 2
    Titre VO : Harry Potter and the Deathly Hallows - Part 2
    Réalisé par : David Yates
    Avec : Daniel Radcliffe, Emma Watson, Rupert Grint, Matthew Lewis, Ralph Fiennes...

    Harry-Potter-and-the-deathly-hallows-part-II-Banner-US-01.jpg

    Résumé : Dans la 2e Partie de cet épisode final, le combat entre les puissances du bien et du mal de l’univers des sorciers se transforme en guerre sans merci. Les enjeux n’ont jamais été si considérables et personne n’est en sécurité. Mais c’est Harry Potter qui peut être appelé pour l’ultime sacrifice alors que se rapproche l’ultime épreuve de force avec Voldemort.

     /! PLEIN DE SPOILERS A PARTIR DE LA !!! A LIRE A VOS RISQUES ET PERILS !! !

    Pourtant, ça partait bien. La partie 2 commence exactement là où s'est arrêtée la première : Voldemort qui récupère la baguette de Sureau et Harry devant la tombe de Dobby. Le début m'a vraiment plu - entre l'interrogatoire du gobelin, Hermione qui se transforme en Bellatrix et la descente dans le coffre de cette dernière avec la fuite à dos de dragon, j'étais surprise et surtout rassurée. Avec un tel début, la suite ne pouvait qu'être du même niveau, voire meilleure. Même Daniel Radcliffe que j'avais trouvé médiocre dans la première partie avait remonté dans mon estime - il était vraiment bon face au gobelin, et même après.

    Malheureusement, à partir de leur arrivée à Poudlard, ça se gâte. D'un coup, tout s'enchaîne, et tout part en vrille. Le retour de Harry déjà, qui fait très sauveur de l'humanité : il a suffit qu'il se mette devant Rogue pour que ce dernier prenne la fuite. En 2min c'est bouclé : Rogue est parti, et l'Ordre a repris Poudlard. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps puisque c'était aussi simple ? Si un sort de McGonagall suffisait à faire fuire Rogue, pourquoi ne l'ont-ils pas fait plus tôt ? Et l'Ordre, ils sont arrivés vite ! Pourtant, Pré au Lard était vide, et Poudlard entouré de Détraqueurs - ils étaient cachés dans la Salle sur Demande ?

    20110326-023440-1.jpg

    Ce ne sont que des petits détails, certes, mais ce sont ces petits détails qui donnent leur importance à l'histoire. J'avais dit à l'époque que le défaut majeur de la première partie était le manque de personnages secondaires. Dommage, ça ne s'arrange pas dans celui-là... David Yates a tellement concentré son film sur la confrontation Harry/Voldemort que les personnage secondaires ont été un peu remisés au placard. Bien sur, ils sont présents : les jumeaux Weasley, le professeur McGonagall, Luna, Neville (<3), Tonks, Lupin etc etc - mais pas comme il aurait fallu. Il n'y a quasiment aucune interaction entre eux, ils passent, disent un mot ou deux et disparaissent.

    Et malheureusement ici, qui dit personnages secondaires en moins, dit émotion en moins. Je comprends que dans un film, le temps est restreint et qu'il faille faire des coupes, je l'accepte même. Mais un minimum de cohérence est demandé. Surtout quand on sait que le roman a été coupé en deux. Il y avait alors moyen de faire quelque chose de grandiose et fidèle au roman, même en faisant des coupes. La bataille de Poudlard est l'un moment fort de HP7 - l'école est en ruine, les personnages meurent. J'ai plus d'une fois eu les larmes aux yeux pendant ma lecture. Et pas une fois pendant le film. La mort de Fred par exemple, et tellement rapide qu'on a peine à croire qu'elle a eu lieu, alors que c'est un des pires passages du roman. Et Harry qui déambule dans les couloirs et découvre Tonks, Lupin et Fred morts m'avait aussi fait forte impression - là, rien. On dirait presque que cette scène ne sert qu'à mettre encore plus en avant Harry et ce qui l'attend dans la forêt.

    C'est peut-être ça qui m'a empêché d'apprécier autant et l'un et l'autre : filmer la bataille et les morts avant la confrontation finale. Cela donne l'impression que Harry ne va voir Voldemort que pour éviter que autres ne donnent leur vie pour lui. Le côté "héros qui se sacrifie" pour les autres m'a toujours déplu dans les histoires. Dans le roman, ça ne m'avait pas gêné car à ce moment-là, il ne savait pas qui était mort...

    big-harry-potter-les-reliques-de-la-mort-partie-2-f81.jpg

    Comme je le disais, David Yates a concentré cette partie sur la confrontation Harry/Voldemort, et pour le coup, cette confrontation était réussie et spectaculaire. Les effets spéciaux étaient grandioses, et donnaient à la scène toute la majestuosité qui lui revenait. J'ai cependant trouvé leur confrontation trop longue avec des passages inutiles (Harry et Voldemort qui se jettent du pont...pff) et le fait que Harry ait été seul avec Voldemort dans la cour a enlevé un peu de son prestige à la scène.

    Dis comme ça, on pourrait croire que je n'ai pas aimé. Et pourtant si ! J'ai rigolé, je me suis aggripée à mon siège lorsque Neville court sur le pont, j'ai applaudi à chaque apparition de Neville, et quand Molly tue Bellatrix. J'ai souri quand Ron et Hermione s'embrassent enfin, et j'ai pesté quand Neville parle de Luna (oui, je les aime tous les deux, mais non, Neville, c'est de MOI qu'il est fou !). J'ai été triste quand Rogue est mort et j'ai rigolé face au taux de niaisitude de l'épilogue (pire que dans le roman).

    Cette deuxième partie comporte aussi de nombreuses scènes qui m'ont plues - à commencer par la fuite en dragon de Gringotts, les répliques de McGonagall (surtout son "Yes, BOOM!"), la scène avec Draco sur les escaliers et ses parents qui l'appelle, le souvenir de Rogue (magistral Alan Rickman!!), le "Not my daughter your bitch" et bien évidemment, toutes les scènes avec Neville ! 

    HarryPotterNeville.jpg

    En parlant de Neville... et bien je continue de clamer haut et fort que le VRAI héros c'est LUI ! C'est à cause de lui que, plus d'une fois, j'ai eu peur pendant le film. Sérieux, quelle idée de le faire courir sur un pont qui s'effondre ?? Ou encore de se faire envoyer dans les airs par Voldemort pile quand il doit tuer Nagini ? Non vraiment, c'était trop pour mon petit coeur. J'ai cru un instant que David Yates avait changé l'histoire et enlevé sa victoire sur le serpent à Neville. Déjà que j'ai pas eu droit à mon "I'll join you when hell freezes over", si on m'avait enlevé la décapitation de Nagini, j'aurais crié au scandale, au boycotte et envoyé des tas de crapaux à David Yates jusqu'à ce qu'il retourne cette scène ! (et même si j'ai beaucoup aimé son petit discours, je voulais sa vraie réplique !)

    En somme, Harry Potter et les Reliques de la Mort - Partie 2 remplit son rôle : permettre aux fans de dire au revoir au petit sorcier à lunettes rondes et tous ses amis. Un film divertissant et plein d'action, et pendant lequel on ne verra pas le temps passer.

    Cependant, plus qu'un souvenir impérissable, ce final laissera surtout un sentiment d'inachevé. A trop vouloir faire dans le spectaculaire, David Yates aura oublié l'élément essentiel et important de cet ultime film : l'émotion vraie. Celle qui vient du film, des personnages et non du simple fait de se dire que c'est la fin et que donc c'est triste. J'ai beau avoir passé deux excellentes heures, je suis quand même ressortie de la salle frustée et un peu désappointée.

    J'aime l'action, mais j'ai besoin d'émotion... Et pour la peine, je vais me replonger avec joie et délice dans les romans - parce que la magie d'Harry Potter vit à jamais dans les romans.

     

    PS : Un dernier mot sur la 3D (car oui, je l'ai vu en 3D par obligation)(seul moyen de le voir en VO) : la 3D est inutile sur ce film ! On ne voit aucune différence, pas même lors des scènes en vol ou autre. Si je n'avais pas passé le film à remonter mes lunettes 3D, et bien je n'aurais pas cru qu'il était en 3D !

     

    Lien permanent Catégories : Films & Trailers 21 commentaires Pin it!
  • Elric : Les Buveurs d'Âmes - F.Colin et M.Moorcock

    Je vous avais parlé il y a quelques temps de ce nouveau roman de Fabrice Colin. Et bien 1 mois et demi plus tard, je prends enfin le temps de poster mon avis dessus. !

    book_cover_mod10_elric,_les_buveurs_d_ame_178324_120_200

     

    Titre : Elric - Les Buveurs d'Âmes
    Auteur : Fabrice Colin et Michael Moorcock
    Edition : Fleuve Noir


    Résumé : Prince déchu, dévasté par la mort de son aimée, Elric de Melniboné a juré de ne plus jamais se servir de Stormbringer, son épée maudite qui boit les âmes et lui procure sa puissance et sa vitalité.
    Accompagné de son fidèle compagnon Tristelune, Elric, abattu et mourant, part en quête de son dernier espoir : l'Anémone Noire, une plante magique ne fleurissant qu'une fois par siècle, qui pourrait lui redonner des forces et de grands pouvoirs. Pour la trouver, il doit gagner les ruines de Soom, une cité perdue au coeur d'une jungle inhospitalière infestée de créatures maléfiques...


    Les Buveurs d'Âmes
    est le 10ème "tome" du Cycle d'Elric... cycle commencé (et mis en pause) il y a bien 50 ans ! Je ne vais pas vous refaire toute la chronologie, on ne s'en sortirait pas - et puis, quelqu'un a tellement bien fait ça sur Wikipédia, que ça serait dommage de ne pas partager !

    Il n'est pas nécessaire de lire tout le cycle avant de se lancer dans Les Buveurs d'Âmes, le résumé plus les explications données dans le texte suffisent à comprendre l'histoire. Mais si, comme moi, vous avez quand même envie d'en savoir plus avant, il vous suffit de lire le recueil Elric le nécromancien, et plus précisément les nouvelles La Cité qui rêve et Tandis que rient les dieux.

    Ceci étant fait, venons-en au sujet : Les Buveurs d'Âmes !

    Dans l'ensemble, j'ai aimé Les Buveurs d'Âmes. Je ne le relirai sans doute pas, mais je sais que si suite il y a, je m'y plongerai - si ce n'est avec plaisir, au moins avec beaucoup de curiosité.

    Nous retrouvons donc ici Elric de Melniboné, son ami "à la vie à la mort" Tristelune, et même certains personnages entraperçus dans d'anciennes nouvelles. Elric, refusant à jamais se servir de Stormbringer, ni de la force que celle-ci lui procure, est encore plus faible. Il ne peut compter que sur son ami Tristelune, et l'espoir apporté par l'Anémone Noire, cette plante mystérieuse connue pour ses vertues fortifiantes. Avec pour seul compagnon Tristelune, sans argent, ni prestige, la quête s'annonce mal. Le destin pourtant s'en mêle et décide de mettre sur leur chemin les deux filles d'un Roi parti en quête de la plante, mais qui n'est jamais revenu...

    Tout Les Buveurs d'Âmes est raconté dans le résumé, ou presque. Sur ce point, pas de grande surprise, il faut l'avouer. Quant à la fin, on se doute d'avance de ce qu'il en sera. Mais on se rend vite compte que ce n'est pas ça  le plus important, mais bien les personnages et les conséquences que cette recherche aura sur eux. Elric est le anti-héros par excellence. Il est faible, rancunier, cynique, mélancolique et, par extension, très porté sur l'auto-apitoiement. Mais il est aussi fidèle, loyal et parfois même capable de compassion. Ce qui fait qu'au final, le Elric, on l'aime bien quand même. 

    Et heureusement que les personnages sont plus importants que le reste, parce que l'histoire en elle-même ne m'a pas emballée plus que ça. Le combat d'Elric contre lui-même, la rencontre avec les deux princesses, le voyage vers Soom et les rivalités engendrées - tout ça m'a vraiment plu! Mais à partir du moment où Les Buveurs d'Âmes entrent en scène, le plaisir a faibli - je n'ai jamais été très fan de membres coupés et boyaux en tout genre. Mais il faut cependant saluer l'écriture de Fabrice Colin qui, dans les scènes de description, donne l'impression de lire une nouvelle écriture par Moorcock dans les années 60/70. Donc chapeau très bas Mr Colin - collaboration ou pas, dans cette renaissance du prince albinos, la plus grande partie du mérite vous revient.

    Fans de Fabrice Colin, de Michael Moorcock, d'Elric et/ou tout simplement d'heroic-fantasy à l'ancienne, ce roman est pour vous ! Pour les autres, et bien, c'est un excellent moyen de découvrir l'un des éléments cités précédemment ! :) 

    Lien permanent Catégories : Livres 2 commentaires Pin it!
  • London, Brighton and plays - previews

    Et voila, de retour à Paris depuis hier soir. Londres me manque déjà... Et plus encore ses théatres, et ses acteurs !

    Pour ceux et celles qui me suivent sur Twitter, vous connaissez déjà une partie de nos aventures et rencontres. Pour les autres, voila un aperçu de ce qui va venir dans les prochains jours ^^

    london.png

     

    En vrac : du théâtre, des acteurs, Andrew, Brighton, des dinosaures, la jungle des fans, Yoda Martin Cumberbatch Andrews, Baker Street, un album de Trock en bonne voie etc etc etc - j'aime cette ville !

    (Je répondrai aussi aux commentaires et mails bientôt. Juste le temps de remettre mes idées en place et de rattraper mon retard ^^ !)

    Lien permanent Catégories : Voyages 12 commentaires Pin it!