Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Mr Nobody

    En allant voir le film, j'allais vers l'inconnu. Je n'avais pas vu la bande-annonce, ni lu aucun synopsis. Tout ce que je savais sur le film, c'est ce que j'avais lu dans un interview de Jared Leto. Et vous savez quoi ? J'ai adoré ! Tellement que si j'osais, j'y retournerais sur le champ !
     
    19211266.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091211_062153.jpg

    Fiche d'identité :

    Titre : Mr Nobody
    Réalisé par :
    Jaco Van Dormael
    Avec
    : Jared Leto (Nemo), Diane Kruger (Anna), Sarah Polley (Elise), Linh Dan Pham (Jeanne)...

    Résumé : Un enfant sur le quai d'une gare. Le train va partir. Doit-il monter avec sa mère ou rester avec son père ? Une multitude de vies possibles découlent de ce choix. Tant qu'il n'a pas choisi, tout reste possible. Toutes les vies méritent d'être vécues.

     

    Au vu de la bande-annonce, en lisant le synopsis et en voyant le générique de début, on sent que Mr Nobody va être un film déroutant. Et c'est le cas - au début en tout cas. Au fur et à mesure que les minutes passent, les pièces du puzzle commencent à s'emboîter et tout devient plus clair - la scène finale servant très justement à confirmer tout cela : chacune des vies que l'ont vient de voir, Nemo les a vécu.
    Il est parti avec sa mère, mais il est aussi resté avec son père. Il a épousé Anna, mais aussi Jeanne et Elise. Il a trouvé le grand amour, mais l'a aussi perdu.

    mr-nobody_20100110_090111_bigintro.jpg

    Dit comme ça, ça semble confus, et impossible à suivre. Et c'est possible oui, jusqu'à ce qu'on découvre le fin mot de l'histoire *spoilers on* En 2092, un Big Crush va se produire, le temps va s'inverser, et la Terre va opérer un retour en arrière. Nemo va alors avoir l'opportunité de tout recommencer, et il va en profiter pour faire un choix différent à chaque fois. Voila d'où viennent ces vies différentes *spoilers off* (en tout cas, je l'ai perçu comme ça moi...)

    Car oui, dans Mr Nobody tout n'est qu'une question de choix. Comme le dit l'affiche "Tant qu'on a pas choisi, tout reste possible".
    Chacun des choix fait par Nemo va le mener sur un chemin différent, certains auront une belle fin, d'autres non.Chacun de ces choix aura une indicence sur sa personnalité, ses goûts, ses aspirations personnelles et professionnelles, mais s'il y a une chose qui ne change pas c'est bien le fait que chaque nouvelle "vie" lui offre son lot de nouvelles découvertes - aussi bien sur lui que sur les autres.

    mrnobody18.jpg 7.jpg

    Côté casting, les acteurs sont tous époustouflants, à commencer par Jared Leto. Il ne tourne pas énormément, mais quand il le fait, ça ne s'oublie pas (et on lui pardonne volontiers "Alexandre", il avait sa voiture à payer). Il est tout aussi bluffant devant la caméra que sur une scène de concert (il doit vraiment avoir des origines britanniques pour réussir tout ce qu'il entrepend) Une fois encore, il montre ici toute l'étendu de son talent. Dans Mr Nobody, Jared ne se contente pas de jouer un personnage, mais plusieurs versions de ce personnages, et à chaque fois avec énormément de justesse.
    Sarah Polley est elle aussi brillante en mère dépressive totalement dépassée par tout, et Diane Kruger est juste parfaite dans le rôle de la jeune fille énamourée, et sans doute seul vrai grand "amour" de Nemo.
    Juno Temple et Toby Regbo (qui jouent respectivement Anna et Nemo à 16 ans) sont eux aussi parfaits dans leur rôle. Ils ont la partie la plus difficile de leur vie à jouer, et s'en sortent brillamment - et j'ai d'autant plus envie de voir Glorious 39 (sachant qu'ils y partageront l'affiche avec David Tennant).

    12.jpg toby-regbo.JPG

    Côté réalisation que dire si ce n'est... wouah ! On passe d'une "vie" à une autre sans aucune transition, et à certains moments s'interposent des passages avec Nemo expliquant telle ou telle théorie scientifique, mais c'est tellement bien amené qu'au final tout s'emboîte bien. Les passages sur son enfance sont colorés, lumineux - on sent qu'il était joyeux. Par contre, par la suite tout est en fonction de la "vie" à laquelle on assiste...
    Et j'ai failli oublier, mais je tire mon chapeau bien bas aux "maquilleurs" qui ont transformé Jared en vieil homme. Même sous des couches de maquillage et de protèses, ses yeux et son sourire sont restés !
    Et sinon, je ne sais pas si c'était voulu, mais certains plans de caméra ne sont pas sans rappeler Requiem for a dream - les gros plans sur les yeux de Jared, Anna sur le ponton, la scène où Anna et lui sont couchés tête contre tête... Ayant adoré ce film, ces "références" involontaires (ou pas ?) n'ont fait qu'augmenter mon enthousiasme envers Mr Nobody

    4.jpg mrnobody02.jpg

    2010 ne faisant que commencer, je ne peux pas dire que Mr Nobody est mon coup de cœur de l'année, ce que je peux dire par contre, c'est qu'il est parfait pour bien commencer l'année.

    Lien permanent Catégories : Films & Trailers 25 commentaires Pin it!
  • Beans are almost done...

    Hier c'était l'anniversaire de Petit Beans Elisha, donc elle aussi à droit à son gentleman "cadeau" ^^ Et ce gentleman ne sera autre que celui qui lui a vallu son meugnon petit surnom ^^

    Kai Owen

    2-brec - Copie.jpg kai.jpg

    Kai Owen est né le 4 septembre 1975 à St Asaph et a grandit dans la ville de Llanrwst, Conwy Valley dans le nord du Pays de Galles. Toute la famille Owen vient de Llanrwst, et la majorité d'entre eux, ainsi que nombreux de ses meilleurs amis.
    Kai a été à l'école "
    Ysgol Dyffryn Conwy" (me demandez pas la traduction, je suis pas encore arrivée à ce chapitre xD) et contrairement à beaucoup, il n'a que de très bons souvenirs de cette époque.

    “I loved school, I had such a fantastic time, I made mates for life there and I still see them now, I was a member of the school football team and most things to do with sport, I played football everyday, If I had the time I’d play it everyday now too!!”

    En plus du football - et du sport en général - Kai était très bon quand il s'agissait de divertir les gens. Il était d'ailleurs le "clown" de la classe et s'est très vite laissé embarquer dans la troupe de théâtre de l'école avec laquelle il a joué dans de nombreuses pièces - dont une version musicale de Oliver où il jouait le rôle de Fagin (peut-être que d'ici 2011 on le verra dans la version londonienne)(avec Burn Gorman en Bill Sikes ^^)
    Poussé par ses profs Joy Ostle and George Lloyd, Kai s'inscrit pour une formation de 3 ans en théâtre et "musical" à la Mountview Theatre school de Londres.

    Kai ressort de Mountview en 1998 pour se retrouver tout de suite à jouer "Ariel" dans une production de The Tempest du Stafford Castle. Par la suite Kai est devenu membre de la compagnie de théâtre galloise Clwyd Theatr Cymru. Kai a joué dans de nombreuses pièces à travers un peu tout le Pays de Galles. Telles que The life of Ryan....and Ronnie, Adam & Steve, Relatively Speaking...

    n576449369_374909_671.jpg n576449369_406076_7942.jpg
    relativelt speaking.jpg

    Côté télé, il a obtenu son tout premier rôle dans la série galloise Treflan. Il a ensuite enchaîne avec Tipyn O Stad, une autre série galloise dans laquelle il a joué pendant 3 ans. Ne les cherchez pas, ça sert à rien : ils parlent que gallois dedans xD
    On a aussi pu l'apercevoir dans un épisode de Casualty et jouer les PC dans trois épisodes de Fun at the funeral parlour.

    Après ces 3 ans passés dans la peau de "Kev" (le nom de son perso dans la série ;o)), Kai a fait ses débuts dans une production du West End : Ying Tong a Walk with the Goons dans laquelle il jouait Harry Secombe.

    Peu de temps après la dernière, Kai se lance dans un autre projet : Rocket Man, où il partage l'affiche avec Robson Green. (Celui-là devrait être plus facile à trouver - ou pas xD)

    n576449369_653064_6280.jpg n576449369_653062_5635.jpg

    Maiiiiiiiis, le rôle qui l'a fait connaître un peu partout dans le monde (oui bon, dans les pays où la série a été diffusée :P) c'est celui de Rhys Williams dans la géniallissime_série_dont_je_ne_peux_me_passer, je parle bien évidemment de TORCHWOOD ^^

    ChildrenOfEarthPromos-0011.jpg TorchwoodChildrenofEarth-0058.jpg

    Vous savez Rhys, le type qui appelle sa copine pour qu'elle lui enregistre "Wives Swap", qui râle quand il fait les courses, qui cuisine de "fichus fayots" ?? Mais siiiiii Rhys !! Le copain de Gwen qui se balade dans tout l'appart uniquement vêtu de sa splendeur xD

    TW110-0870.jpg TW110-0882.jpg
    (Désolée, j'ai pas pu résister à les mettre xD)

    Quand il ne tourne pas ou qu'il n'est pas sur scène, Kai prépare des marathons - et plus précisément le prochain Marathon de Londres. Il y participe dans le but de récolter des fonds pour une association. Si vous voulez en savoir plus ou le soutenir, c'est par << ICI >>

    Passez une bonne journée en compagnie de ce gallois "confortable" et encore HAPPY BIRTHDAY Elisha =D

    Lien permanent Catégories : Monday Men & Special Days 13 commentaires Pin it!
  • Succubus Nights

    Allez, on tente de rattraper le retard de billets ^^

    469084601.gif

    Titre : Succubus Nights
    Auteur : Richelle Mead
    Résumé : L'amour, ça fait mal. Et nul ne le sait mieux que Georgina Kincaid, à qui il suffirait d'embrasser son petit ami pour le vider de sa force vitale. Car Georgina est un succube, un démon qui tire son pouvoir du plaisir des hommes. C'est vrai qu'il y a des compensations plutôt sympas : elle peut changer de corps à volonté et elle est immortelle. Mais ne pas pouvoir roucouler avec le seul homme qui l'accepte comme elle est, c'est trop injuste ! Dans la librairie où elle travaille, c'est aussi un peu chaotique. Son collègue Doug a un comportement pour le moins étrange et Georgina soupçonne quelque chose de bien plus démoniaque qu'une overdose d'expressos. Et voilà que son meilleur ami immortel, un incube irrésistible, l'appelle sur une mission de séduction plus que délicate. Une fois encore, Georgina va devoir remuer le ciel et l'enfer - et vite !

    Notre succube préféré est de retour, et une fois encore, ses journées sont bien chargées. Comme a dit Gaelle, Georgina se retrouve mêlée à trois affaires différentes : sa relation avec Seth, l'arrivée inattendue d'un autre incube, et surtout l'étrange comportement de Doug.

    Dit comme ça, ça a l'air pas mal. Et ça l'est - jusqu'à un certain point. Trois intrigues différentes font qu'au final certaines sont sous-exploitées, l'histoire avec Doug par exemple. C'était d'ailleurs celle dont j'aurais aimé que la résolution soit plus approfondie - ne serait-ce que parce que c'est la seule intrigue dans laquelle Carter entre en jeu ^^

    Mais bon, au final ce n'est pas si gênant que ça car on se rend vite compte que le plus important dans ce tome c'est la relation Georgina/Seth, et plus précisement les sentiments de Georgina - sentiments qui ne font la rendre qu'encore plus humaine. Car oui, bien qu'étant une succube immortelle, au fond Georgina est surtout humaine ! Comme nous elle a ses moments de joies, de peines, et surtout de doutes et d'interrogations. Et comme nous, elle fait des erreurs en voulant bien faire. La différence c'est qu'avec elle, tout se finit toujours bien.

    De son côté, l'intrigue mettant en scène Bastien sert essentiellement à nous en apprendre un peu plus sur le passé de la belle. C'est d'ailleurs le seul élément intéressant dans l'affaire car là aussi, l'issue de cette "mission de séduction" est facilement prévisible...

    J'ai autant apprécié la lecture de ce tome que celle de Succubus Blues, mais j'avoue que ma préférence va tout de même au premier. C'est sans doute dû au fait que ce tome se concentre essentiellement sur les états d'âmes de Georgina, mais je n'y ai pas retrouvé l'humour et les répliques cinglantes qui m'avaient tant séduite dans Succubus Blues (bon faut dire aussi que Carter n'apparait quasiment pas) et puis concernant les passages sexuels, autant dans le premier ça passe, autant là il n'y avait pas forcément besoin d'aller aussi loin.

    Bien que dans un style très différent du premier, Succubus Nights reste une lecture bien divertissante, et même si je l'ai trouvé moins bon que Succubus Blues, il y a une chose qui ne change pas après ma lecture : j'ai toujours autant envie de travailler dans une librairie, et encore plus envie de boire des mokas blanc (et là, je vénère le Starbucks Coffee *_ * )

    Lien permanent Catégories : Livres 10 commentaires Pin it!