Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Requiem for a dream

    J'ai profité que Mademoiselle V était en week-end pour faire quelque peu baisser ma PAV.

    Fiche d'identité

    Affiche.jpgTitre : Requiem for a dream
    Réalisé par : Darren Aronofsky
    Avec : Jared Leto, Ellen Burstyn, Jennifer Connelly, Marlon Wayans...

    Résumé : Sara Goldfarb vit seule à Coney Island. Mère juive,veuve et fantasque, elle vit dans l'espoir obsessionnel d'être un jour invitée sur le plateau de son émission préférée. C'est dans cette perspective qu'elle suit un régime draconien afin d'entrer dans la robe qu'elle portera, lorsque le grand soir sera venu. Son fils Harry est en proie à une dépendance à la drogue. Avec sa petite amie et son copain Tyrone ils noient leur quotidien dans d'infantiles visions du paradis terrestre. En quête d'une vie meilleure, le quatuor est entraîné dans une spirale infernale qui les enfonce, toujours un peu plus, dans l'angoisse et la dégradation.

    Darren Aronofsky nous rend spectateurs de la tragique descente aux enfers à laquelle peut conduire la drogue. Vous me direz, des films sur ce sujet, il y en a pléthore. Oui certes, mais sans doute pas aussi fort, émotionnellement parlant...

    Car voila où réside toute la force de Requiem for a dream : on s'attache aux personnages. Tellement qu'à un moment on espère pour eux qu'ils arriveront à avoir leur dose, juste pour ne pas les voir souffrir ou se disputer. Parce qu'au final, on se rend vite compte qu'ils sont plus victimes qu'autre chose : Harry est un type brillant. Il a fait des études, a obtenu son diplôme et est plutôt doué avec les chiffres. En y réfléchissant, sans Marion il aurait pu s'en sortir... Jared Leto est vraiment époustouflant dans le rôle. Personne ne pourra dire qu'il n'est pas à fond dans ses rôles !!
    Sara quant à elle, ne rêve que d'une chose : passer à la télé dans sa belle robe rouge. Elle va se laisser bercer - et surtout berner - par ce rêve.

    18936934.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20080506_054232.jpg 18937027.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20080507_094932.jpg

    Darren Aronofsky nous transmet un message important à travers les destins croisés de ces 4 personnages qui vont tout perdre pour quelques instants de "bonheur". Il ne nous cache de rien de la misère dans laquelle la drogue entraîne les gens. Aussi bien ceux qui en prennent délibérement, que ceux qui tombent dedans sans le savoir, ni le vouloir...Comme Sara.

    Le film commence dans une ambiance plutôt joyeuse avec Harry qui vole la télé de sa mère pour la énième fois, mais très vite ça devient de plus de en plus angoissant.
    La musique renforce d'ailleurs ce sentiment d'angoisse. Le thème est vraiment sublime, mais terriblement angoissant en même temps. On dit souvent que la musique a son propre rôle dans les films, celle de Requiem for a dream ne fait que confirmer l'adage !

    Darren Aronofsky a su parfaitement bien mettre en image les différents états d'esprit des personnages : quand ils sont en manque, l'image s'accélère pour bien montrer qu'ils ne tiennent pas en place, et quand ils ont eût leur dose, tout ralentit, tout est plus calme et lumineux.

    800px-requiem_for_a_dream_screenshot_1.jpg

    Requiem for a dream fait partie de ces films qu'on ne peut s'arrêter de voir avant la fin. Malgré ses images choc, son ambiance oppressante, son histoire déprimante... on garde les yeux fixés sur l'écran. Par contre, je sais pas vous, mais moi à la fin du film, j'étais vidée. J'avais envie de rien, juste de partir m'enfouir la tête sous l'oreille. C'est ce que j'ai fait moins d'une heure après d'ailleurs...

    Lien permanent Catégories : Films & Trailers 6 commentaires Pin it!