Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cruelles - Cat Clarke

Cruelles
(Torn en VO)
Auteur : Cat Clarke
Editeur : Robert Laffont / Collection R

f2261b18-07a9-4061-bf8d-207fb7943106_zps73bd1544.jpg

Résumé : Alice King, 16 ans, part avec sa classe pour un séjour en Ecosse. Elle ne s'attendait pas à des vacances de rêve, mais jamais elle n'aurait pu imaginer la tournure cauchemardesque que vont prendre les évènements. La jeune fille et sa meilleure amie, Cass, se retrouvent à devoir partager un chalet avec Polly, l'asociale de service, Rae, la gothique bipolaire et Tara, la reine des pestes. Populaire, belle et cruelle, cette dernière prend un malin plaisir à humilier les autres à longueur de journée. Mais Cass compte bien profiter de cette semaine au vert pour donner à Tara une leçon qu'elle n'est pas prête d'oublier. Avec l'aide de ses camarades de chambrée. Le vent a tourné pour la reine du lycée. L'heure de la revanche a sonné...

Cat Clarke aime les personnages torturés. Dans Confusion elle nous présentait une Grace dépressive et suicidaire, qui s'auto-mutilait. Ici, ça ne va pas aussi loin, mais ce n'est pas beaucoup mieux : Alice culpabilise, elle a été témoin de quelque chose de terrible, elle a fait quelque chose d'horrible. Et elle ne peut en parler à personne.

Je ne vous spoile rien, c'est raconté dès les premières pages : Tara est morte. La "faute" à Cass, Rae, Polly et Alice. Enfin, surtout Cass et Polly. Mais elles sont toutes responsables, elles sont toutes au courant et cela doit absolument rester entre elles. Surtout qu'elles ont accompli le crime parfait...

Mais ce n'est pas le drame l'intérêt principal du roman, mais ce qui vient après : les secrets, les mensonges, le poids de la culpabilité. Comment reprendre le cours de sa vie après avoir accompli un tel acte ? Est-il d'ailleurs possible de reprendre une vie normale ?

Là où Confusion m'avait laissé un sentiment mitigé, Cruelles m'a laissé un sentiment beaucoup plus positif. Et c'est en grande partie grâce à Alice. J'ai été touchée à la fois par sa naiveté, sa bêtise et son courage. Parce que 95% des filles de 16 ans auraient fait exactement la même chose dans pareil cas. Chacune d'elles a sa façon de gérer la situation, l'une en tire profit, l'autre n'arrive pas à l'accepter, et les deux autres essayent de passer à autre chose - comme Alice. Elle ne cherche pas à oublier, juste à mettre l'histoire de côté...

Mais est-il possible de l'enfouir au fond de sa mémoire quand on sort avec le frère de la fille qui n'est jamais revenue de vacances ? L'idée semble assez "facile" au début, mais elle prend tout son sens quand on découvre comment ils se sont connus. La culpabilité d'Alice prend alors une autre tournure : comment peut-elle continuer à sourire alors que Tara ne le fera plus jamais ? Malgré tout, sa relation avec Jack m'a laissée de marbre, sans doute à cause de son aspect trop "artificiel". Par contre, j'ai adoré la relation d'Alice avec son père. Et encore plus la réaction de ce dernier quand elle lui a tout avoué - je crois que tous les parents réagiraient ainsi en apprenant une telle nouvelle. C'est vraiment l'une des meilleures fins de romans que j'ai lu.

On retrouve le même principe que Confusion : un sujet grave abordé de façon très subtile et surtout sans volonté de condamner - Cat Clarke se contente d'exposer les faits, c'est à nous de nous faire notre propre jugement. Et une fois encore, c'est parfaitement réussi. Cat Clarke est une auteure à suivre, c'est indéniable.

Lien permanent Catégories : Livres 4 commentaires Pin it!

Commentaires

  • ça me fait penser un peu à "Pretty little liars". Merci pour ce billet du mois anglais.

  • Oui c'est vrai que le point de départ est proche, mais ça s'arrête là : il n'y a ni menaces, ni harcèlement et on sait dès le départ ce qui est arrivé à Tara.
    Ce qui me fait penser que j'ai lu les 4 premiers tomes de PLL... il faudrait que je finisse un jour.

  • A la lecture de ton billet, je me dis "pourquoi pas" !

  • En effet, pourquoi pas ? Tu me diras ce que tu en penses si jamais tu te laisses tenter un jour :)

Les commentaires sont fermés.