Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le Prince d'été - Alaya Dawn Johnson

    Le Prince d'été (The Summer Prince)
    Auteur : Alaya Dawn Johnson
    Editeur : Collection R / Robert Laffont

    20130328_010309_zps7c9bbbf9.jpg

    Résumé : Sur la côte de ce que l'on appelait jadis le Brésil, ce sont les femmes qui dirigent la légendaire ville-pyramide de Palmares Três. La Reine ne cède le pouvoir à un homme qu'une fois tous les cinq ans, à un Roi d'été dont l'histoire enfiévrera la cité l'espace d'une année. Pour June Costa, la vie n'est qu'Art. Ses oeuvres impressionnent ses professeurs autant que ses camarades. Elle rêve de remporter le prestigieux Trophée de la Reine. Un rêve qu'elle n'avait jamais remis en question... jusqu'à ce qu'elle rencontre Enki. Fraîchement élu Roi d'été, Enki est le garçon dont tout le monde parle. Mais lorsque June le regarde, elle voit bien au-delà de ses fascinants yeux d'ambre et sa samba ravageuse : elle reconnaît en lui un artiste total. Follement amoureuse, June décide alors de créer avec lui un chef d'oeuvre qui restera gravé à jamais dans les mémoires. Mais le temps leur est compté. Car, comme tous les Rois d'été qui l'ont précédé, Enki va devoir être sacrifié.

    Presque trois semaines après ma lecture je ne sais toujours pas si j'ai adoré ou si je l'ai juste bien aimé. Ce que je sais par contre, c'est qu'il m'a fait une forte impression. J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire: l'auteur n'explique pas clairement le contexte choisi et on ne sait pas vraiment où elle veut en venir.

    C'est d'ailleurs le seul vrai reproche que j'aurais à faire au roman : l'auteur a créé un monde hors normes et captivant, avec une histoire très riche et qui pourrait donner lieu à de formidables discussions (sur les classes sociales, la technologie, ses avancées et ses dérives, la "monarchie", l'Amour, l'Art, l'immortalité, le suicide etc) mais sans donner d'explications claires. June raconte parfois l'histoire de Palmares Três, mais justement, elle ne fait que "raconter", pas "expliquer". Certains thèmes abordés auraient mérités d'être plus approfondis. J'aurais vraiment aimé en savoir encore plus sur la création de Palmares Três et comprendre pourquoi l'auteur a choisi ce contexte (pourquoi le Brésil ? C'est tellement rare de situer un roman dans ce pays!)

    Mais ce n'est finalement pas bien grave car ceci est vite devenu un détail insignifiant quand j'ai commencé à m'intéresser à la "beauté" du roman plutôt qu'à l'intrigue en elle-même (qui est à la fois surprenante et prévisible). C'est vraiment ce qui m'a le plus touché dans ce roman : on y parle d'art, de danse, d'amour. June aime Enki, mais elle aime aussi Gil. Enki aime June, mais il aime aussi Gil, ainsi que d'autres filles et d'autres garçons - il aime tout le monde. Les gens sont très libres et libérés à Palmares Três. Mais ce n'est pas vulgaire, ce n'est pas qu'une question de sexe, c'est juste de l'Amour - avec un grand A, au sens large et beau du terme. Le style de l'auteur est d'ailleurs très poétique et ne fait que renforcer ce sentiment de "beau". 

    Le Prince d'été a quelque chose que les autres romans n'ont pas : il se passe au Brésil. Dans un Brésil futuriste certes, mais au Brésil tout de même. Et on sent l'exotisme à chaque phrase : le soleil, les soirées chaudes sur la plage, la samba, la capoeira... Et bien sûr, ils parlent portugais

    Le roman est divisé en 4, avec une partie pour chaque saison : printemps, été, automne, hiver - l'année que vit Enki en tant que Roi d'été. Le titre le suggère, le roman le confirme : c'est son histoire. Il est le personnage principal, celui par qui tout commence. Il savait qu'il serait élu, il savait le pouvoir que lui apporterait ce nouveau statut, il savait qu'il avait un an pour changer les choses. Enki est vraiment le personnage le plus fascinant du roman. Autant que la ville. Parce que Palmares Tres fait partie intégrante de l'histoire : elle parle, elle pense, elle vit !

    Je crois que je n'aime pas June. Son histoire m'a laissée indifférente. Elle est agaçante comme fille, elle a une vie de rêve, un meilleur ami parfait et une belle-mère compréhensive et patiente. Et pourtant, elle arrive encore à passer son temps à se plaindre et à accuser sa mère de s'être remariée si peu de temps après la mort de son père. Il faut attendre l'automne pour la voir enfin grandir un peu et se rendre que tout ne tourne pas autour d'elle. L'hiver est par ailleurs la saison de June, et c'est la meilleure partie du roman.

    Par contre, j'aime Gil. J'aime sa force et sa naiveté, sa patience et son intelligence, son amour et son amitié pour June et Enki. Et je regrette qu'il soit aussi souvent relégué au second plan.

    J'aimerais vous parler bien plus du Prince d'été, des personnages, de la ville ou encore de la richesse des thèmes abordés, mais c'est difficile d'écrire un billet sur le roman. Parce qu'il fait partie de ces livres qui se ressentent plus qu'ils ne se lisent.

    On aime ou pas, mais une chose est sûre, Le Prince d'été ne laissera personne indifférent. 

    PS : Il sort aujourd'hui... Bonne lecture.

    Lien permanent Catégories : Livres 4 commentaires Pin it!
  • Des bulles victoriennes #1

    Vous le savez, j'aime l'ère victorienne. Dès qu'un livre mentionne : Angleterre + 19ème, j'achète ! Et d'ailleurs, ça marche aussi pour les bds/mangas. Voici donc un (premier) petit billet en vrac sur les livres à bulles que j'ai lu dernièrement et qui se passent pendant le règne de la la Reine Victoria.

    bd_zps85c1610a.png

    Black Butler : 15 tomes (et ça continue ?)(13 sortis en français à ce jour) / De Yana Toboso, chez Kana.

    Résumé (du tome 1): Sebastian est majordome au service de Ciel Phantomhive, héritier d'une grande famille de la noblesse anglaise. En matière d'érudition, d'éducation, d'art culinaire, rien à redire, il est parfait. Mais ne vous fiez pas à sa distinction, si vous vous en prenez à son jeune maître, vous découvrirez sa vraie nature... Ciel aurait-il signé un pacte avec le Diable... ?!

    Il y a à ce jour 12 tomes, je ne sais pas combien il y en aura en tout, mais tant pis, je suivrais cette série le temps qu'il faudra. Parce que Ciel est aussi mignon que terrifiant, qu'il est autant impossible pour nous de résister à Sebas-chan que lui de résister aux chats (petits, moyens, grands), que les dessins sont magnifiques, que les histoires sont prenantes, violentes et parfois dérangeantes, que Sebas-chan a beaucoup de classe, que les personnages sont vraiment géniaux (aussi bien les gentils que les méchants), que l'atmosphère gothique et victorienne ne fait que sublimer l'ensemble. Bref, une série incontournable pour tout amateur de l'époque. Et je vous invite fortement à lire le billet de Lulu dessus qui en parle bien mieux que moi.

    Special Branch : 3 tomes (à ce jour ?) /De Seiter et Hamo, chez Glénat.

    Résumé : Dans un village près de Liverpool, un paquebot échoué est en démantèlement. On y découvre un cadavre qui date d'il y a 20 ans et sur lequel se trouve la photo d'un haut gradé de la Navy. Parallèlement, un rôdeur assassine un à un les veilleurs qui l'ont surpris sur le bateau. Tout cela dépasse la police locale… Mais c'est une enquête pour la Special Branch ! Cette ramification secrète des services de police anglais utilise des techniques scientifiques très innovantes pour l'époque. Charlotte et Robin, frère et sœur et éminents membres de la Special Branch sont dépêchés sur les lieux pour élucider le mystère... Pour cette nouvelle série à suspense, Roger Seiter revient dans les ruelles sombres de villes d'Angleterre qu'il affectionne tant avec de nouveaux personnages d'enquêteurs à qui Hamo donne vie avec son trait nerveux et élégant.

    Special Branch, c'est un peu les CSI-Liverpool, 19ème siècle. Le plus classique des trois : une mort suspecte sur un bateau, très peu d'indices, deux inspecteurs de police. C'est intéressant de voir les débuts de la police scientifique, à l'époque où il y avait des techniques, mais pas de technologie. Les dessins sont agréables et le duo fraternel offre quelques scènes drôles. Pas beaucoup de suspense dans les deux tomes et on ne se jettera pas forcément sur la suite dès sa sortie, mais ça se lit très bien, on passe un agréable moment en attendant la résolution de l'affaire.

    Scotland Yard : 2 tomes / De Dobbs et Perger, chez Soleil.

    Résumé : Londres, décembre 1889. L'inspecteur Gregson est une des valeurs montantes de Scotland Yard. Cependant, sa carrière serait accélérée s'il n'était pas considéré comme un humaniste trop sensible, et surtout s'il n'était pas le souffre-douleur de son supérieur Lestrade. Alors lorsqu'un transfert de prisonniers du pénitencier de Newgate ne se passe pas comme prévu. Gregson se retrouve au placard, dans les sous-sols du "musée noir" de Scotland Yard. Une sanction qui va rapidement se transformer en opportunité afin de démontrer sa vraie valeur aux yeux du patron des patrons, le commissioner Fix. A la tête d'une équipe atypique réunissant un gamin des rues, un médecin psychiatre et son assistante, Gregson va taire alliance avec le diable. Il va coopérer avec la pègre londonienne pour traquer deux fous dangereux qui ont profité du fiasco de l'opération de transfert pour disparaître. Deux aliénés mentaux qui vont apprendre aux citoyens de Londres la signification du mot terreur...
     
    Un premier tome prometteur ! Le scénario n'est pas le plus original qui soit, mais il est suffisamment intéressant pour nous donner envie de tourner les pages et de lire la suite (qui est encore en cours d'illustration). Et puis les illustrations de Stéphane Perger sont vraiment sublimes ! Vous pouvez d'ailleurs en admirer quelques unes sur le blog de l'illustrateur, juste là et puis là aussi. Vous pouvez aussi voir les couvertures "alternatives" de ce premier tome ici et - j'adore ! 

     

    Et +1 pour le challenge victorien.

     

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Oh ! Un tag.

    Selena a profité de mon escapade londonienne pour me taguer... Allons-y donc !

    « Poster les règles sur le blog
    Répondre aux 11 questions
    Inventer 11 nouvelles questions
    Partager le tag avec 11 personnes en mettant un lien vers leurs blogs et leur annoncer la  nouvelle ! »

    20130305-145048_zps11b53d71.jpg

    1) Quel(s) livre(s) ou fanfic(s) es-tu en train de lire en ce moment et le(s)/la recommanderais-tu ?

    En ce moment, je lis La mauvaise élève de Alessia Gazzola. Et je le recommenderais vivement oui ! L'histoire se passe à Rome, l'héroine est aspirante médecin légiste, elle aime les cadavres et les beaux vêtements, son copain est anglais, sa coloc est japonaise, sa meilleure amie l'emmène au McDo quand elle n'a pas d'argent, et elle est encore plus tête en l'air que moi.
    Et elle fait souvent référence à Jane Austen.

    2) Quelle chanson te tient à coeur et te paraît sous-estimée ?

    Euh... J'ai bien envie de répondre "Welcome to my life" de Simple Plan, tiens. Voire, même n'importe quelle chanson de l'album "Still Not Gettin Any" - parce que si on fait bien attention aux paroles plutôt qu'au fait que "oh mon dieu, c'est d'un commercial et puis en plus leurs fans sont des gamines (ce qui est faux soit dit en passant), on se rend compte que leurs chansons s'appliquent à tous les jours de la vie...

    3) Quand as-tu été ému(e) devant une série pour la dernière fois ? (Je vous demande ça, mais sachez que je pleure très facilement devant une série, et que je répondrais « Hier, devant Being Human. ») 

    Selena a tout dit :  "Sachez que je pleure très facilement devant une série, et que je répondrais « Hier, devant Being Human Broadchurch ». J'aurais pu répondre "Being Human" aussi si j'avais fait ce tag lundi soir, au lieu de le faire là maintenant (dimanche donc). Mais je viens de finir l'épisode 1 de Broadchurch il y a 30min précisément. Et j'ai pleuré. Parce que flûte, c'est triste quand même... Et puis je n'aime pas voir Jodie Whittaker pleurer. 

    4) Quel est le dernier film que tu as regretté d’avoir vu ?

    Oh j'en ai un : Haywire ! Aka Piégée en français. Pourtant, ça partait bien : l'histoire n'avait rien d'original (une fille qui travaille dans une agence de sécurité privée est trahie, tout le monde veut sa mort, elle cherche à découvrir pourquoi) mais avec Ewan McGregor, Michael Fassbender, Channing Tatum, Antonio Banderas, Michael Douglas et un otage choupinet, j'étais prête à lui donner une chance. Bah en fait, c'était chiant.

    5) Fromage ou dessert ?

    Dessert ! C'te question.

    6) Traitement de texte ou cahier ?

    Cahier. Je fais tout sur papier : les listes - de livres, de courses, d'endroits à visiter (par contre pour les "virtuelles" qui évoluent trop vite, j'utilise Listography), les prises de notes, le recopiage de citations pour des dissertations... Je m'y retrouve plus facilement, je peux barrer, entourer, déchirer, faire des flèches, souligner...

    7) Raconte la dernière fois où tu t’es dit « La vie c’est un peu cool, quand même ».

    Le 27 février 2013. Quand j'ai revu Damien Molony et que j'ai découvert qu'il se souvenait de moi. Et puis le 26 février 2013. Quand j'ai rencontré l'homme de ma vie James McAvoy.

    8) Parle d’une chose qui te rend fière/fier. N’importe quoi, un trait de caractère, un de tes domaines de connaissance, un changement qui a eu lieu chez toi, un texte, une photo, comme tu veux.

    En fait, pour être franche, j'en aurais plusieurs. Mais je vais rester sur la plus générale : ma capacité à profiter des opportunités qui se présentent. Que ce soit par l'intermédiaire du blog quand on me propose de rencontrer un auteur que j'aime, d'aller à un showcase privé ou dun stage, ou bien par moi-même, pour  traverser la Manche dès que possible pour aller y rencontrer un acteur que j'aime. Et surtout, ma capacité à transformer ces opportunités en qualités et savoir-faire qui finissent par servir au quotidien - que ce soit dans la vie personnelle ou professionnelle.

    9) Le retour de Popstars, ça te fait plaisir, ça t’agace ou tu t’en fous ?

    Je m'en fous.

    10) Lire de la littérature jeunesse après 20 ans, pourquoi ? Pourquoi pas ?

    Ahahahah ! Les 2/3 de mes lectures sont constituées de littérature jeunesse... (là, par contre je fais une pause, ça fait deux mois que je ne lis que ça, j'ai besoin de changer de registre un peu). Je ne comprends pas ceux qui dénigrent la littérature jeunesse... on y trouve souvent de jolies histoires et certains auteurs jeunesse écrivent bien mieux que les auteurs "pour adultes". Il faudrait juste qu'un jour les gens comprennent qu'on peut avoir 20, 30, 40 ans et aimer lire des romans jeunesse. Ne serait-ce qu'Harry Potter. De toute façon, je pars du principe que si on dénigre les "adultes" qui lisent de la littérature jeunesse, dans ce cas, ces mêmes personnes dénigrent aussi les auteurs qui les écrivent. Bah oui, si lire de la littérature jeunesse à 25 c'est mal, en écrire à 30 c'est encore pire non ?

    11) Ton obsession du moment ? (Pour ceux qui n’ont pas d’obsessions, disons « grand projet »)

    Being Human... Je n'y peux rien : c'est la fin, je déprime, et je n'ai toujours pas les DVD des  saisons 4 et 5. Le dernier épisode passe en ce moment même, mais vous n'avez pas fini d'en entendre parler sur Twitter ou FB ou Pinterest. En fait, j'ai décidé de convertir le monde entier à Being Human UK (j'insiste sur le UK).

    20130305-152058_zpsd308f8d0.jpg

    A moi de trouver 11 questions.... (et pourquoi 11 au fait ?!)

    1. Quand vous partez en voyage : sac à dos ou valise ?
    2. Pyjama ou chemise de nuit ?
    3. On a tous un auteur qu'on aime, mais quel est celui que vous ne lirez jamais ?
    4. Twitter ou Facebook ?
    5. Quelle est votre princesse Disney préférée ? Et puis votre Prince aussi, tant qu'à faire ? (parce qu'on peut aimer une Princesse et préférer un autre prince)(moi par exemple, j'aime Belle, mais mon Prince c'est Phillip, pas la Bête !)
    6. Votre plus grande peur dans la vie ?
    7. Votre portable : greffé à la main ou perdu au fond du sac ? 
    8. Vous me conseillez quelle destination pour les ponts du mois de mai ?
    9. On change bientôt d'heure : vous êtes du genre à y penser ou à arriver en retard/en avance le lendemain ?
    10. Combien coûte un litre de lait ?
    11. Pourquoi vous bloguez ?

    Et je passe le relai à Saru, Avalon, Alice Liddell, Fée Bourbonnaise, Emy, Chicky Poo... et je ne sais pas qui d'autre. Hey toi, tu veux répondre à mes brillantes questions ?

    Lien permanent Catégories : Tags & Tops 10 commentaires Pin it!