Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Voraces - Oisin McGann

Pourquoi ce livre ? Parce que la couverture ! Vous resisteriez vous à une telle couverture ? Sachant en plus que l'histoire se passe en Irlande, sous l'ère victorienne ? Non? Et bien moi non plus. Et vous savez quoi ? Je ne regrette vraiment pas mon emprunt ! Voraces n'a vraiment rien à voir avec tout ce que j'ai lu jusqu'à présent.

Titre : La saga des Wildenstern (T1) : Voraces
Auteur : Oisin McGann
Tome : 1/3
Editeur : Mango

06122011143.jpg

Résumé : Quand Nate Wildenstern rentre au manoir familial après un voyage, il découvre que son frère aîné vient de mourir dans de mystérieuses circonstances... et que tout l'accuse ! Coïncidence ou complot ? Les Wildenstern ne sont-ils pas entraînés depuis leur enfance à la trahison et au meurtre ? Un père tyrannique, des voyous prêts à tout et quatre ancêtres revenus d'entre les morts... le retour dans sa terrible famille ne sera pas de tout repos !

Dans ce premier tome, Oisin McGann nous emmène à la rencontre du clan Wildenstern, et ça commence fort :  Nathaniel, 18 ans à son retour d'un voyage d'un an en Afrique, décide d'aller attraper la Bête de Glenmalure pour prouver à tous qu'il est grand, beau et fort (ce qu'il est d'ailleurs).

Et qu'est-ce donc que la Bête de Glenmalure ? C'est un mécanimal ! Et qu'est-ce qu'un mécanimal ? L'une des idées géniales de ce roman ! Chez Oisin McGann, il y a des animaux bien sûr, mais surtout des mécanimaux. Ces mécanimaux se sont tous ces objets qu'on utilise au quotidien, mais vivants. Un exemple rapide :

"La créature avait à peu près la taille d'une boite à chaussures. Deux fentes s'ouvraient sur son dos et un oeil unique couronnait sa tête. (...) Elle glissa la tranche de pain dans l'une des fentes. Le mécanimal frissonna de plaisir et s'immobilisa quelques instants. Une lueur orange illumina la fente et un mince filet de fumée s'en éleva, puis la tranche de pain jaillit à nouveau (...) Nate l'attrapa et glapit sous le coup de la surprise quand le pain chaud lui brûla les doigts..." p. 87

Je vous laisse deviner ce qui se cache derrière ce mécanimal....

Voraces est un roman fascinant... et violent. Il faut savoir que la famille Wildenstern n'a peur de rien, et peut vivre très longtemps grâce à l'aurea sanitas (ou comment l'or régénère leurs corps, les guérissant et maintenant en vie des siècles durant). Alors, comme ils sont beaucoup et qu'ils vivent longtemps, des règles sont nécessaires, la principale étant : si dans la hiérarchie familiale tu souhaites t'élever, tuer ceux qui en travers de ton chemin se mettent, tu pourras. Mais attention : jamais directement, car accidentelle, la mort devra toujours sembler ! Bref, tous les coups sont permis ! C'est barbare, mais c'est bien pensé, et cela offre d'excellentes scènes de "combats" entre les membres de la famille. Voila d'ailleurs la raison pour laquelle ce cher Nathaniel se retrouve accusé du meurtre de son frère Marcus... Dur. 

Mais Voraces sait aussi être plus réaliste: Les Wildenstern sont les plus puissants d'Irlande, et possèdent quasiment toutes les terres environnantes. Les inégalités sont bien marquées, et personne n'est épargné (d'où l'entrée en scène des 4 voyous...). On y fait mention de la reine Victoria, des tensions entre les deux "pays", de la grande famine, et des explusions de terres qui étaient monnaie courante à l'époque... Le fait que l'histoire soit racontée à la 3ème personne est vraiment un plus pour le roman car il nous permet de savoir tout ce qu'il se passe partout et à tout moment. Et avec une telle myriade de personnages, c'était essentiel.

Parlons-en d'ailleurs des personnages, qui constituent là l'autre point fort de ce roman. A commencer par Nathaniel : riche et fier, 3ème dans l'ordre de succession, il n'a d'autre but que de profiter de la vie, boire avec son cousin Gérald et se mêler le moins possible des affaires familiales. Les évènements vont cependant lui faire revoir sa définition de la vie. Le cousin Gérald est dans le même état d'esprit que Nate, à la différence, que son but dans la vie c'est de rester enfermer dans son "atelier" à étudier les mécanimaux. Sans oublier Roberto, ce cher Roberto qui ne cesse de nous surprendre ! Les personnages féminins ne sont pas en reste, et dans le cas de Daisy, on peut carrément dire qu'elle vole la vedette aux autres !

Bref, Voraces c'est le bien ! Un roman original et dépaysant, dans le pur style steampunk et qui bien que se passant à l'ère victorienne reste cependant très moderne (quel langage !) 

Lien permanent Catégories : Livres 8 commentaires Pin it!

Commentaires

  • Je n'en avais jamais entendu parler mais je le note dans ma wish-list. Tout à fait le genre de livres que j'aime !

  • Oui bizarrement, il est passé plutôt inaperçu comme roman... Pourtant, difficile de le rater avec une telle couverture !

  • des grilles-pain vivants et des gens qui s'entretuent tout le temps, ça a l'air cool ^^

  • TRÈS cool ! Sans oublier que certains se font jeter par les fenêtres et d'autres décapiter ^^

  • C'est vrai qu'il a l'air pas mal du tout ! :)

  • C'est noté, ca me tente bien notamment ces mécanimaux. La violence me faisait un peu peur, mais à ma bibliothèque, il est mis pour les plus de 9 ans donc je devrais survivre ^^ En plus, il est dispo, je vais essayer de le récupérer ce we. Merci du conseil !

  • Pour les plus de 9 ans ? Oh ! Je trouve ça quand même plutôt violent pour 9 ans...

    J'espère qu'il te plaira :) (plus que "Sans âme" tout du moins ^^)
    Et les mécanimaux ils sont trop cool !
    (Ceci me fait d'ailleurs penser qu'il serait temps que je fasse un billet sur le tome 2...)

  • C'est mis "bons lecteurs plus de 9 ans" ^^ Je te dirai ce que j'en pense, mais j'aime l'Irlande, je suis prévenue que c'est violent et qu'il y a quand même un aspect très moderne et çà me tente toujours donc je te tiendrai au courant :-)

Les commentaires sont fermés.