Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sans âme - Gail Carriger

    Sans âme est à n'en pas douter mon premier coup de coeur littéraire de 2011. J'avais déjà repéré cette série lors d'un séjour à Londres en septembre dernier, mais il y avait 3 tomes en rayon, et une valise déjà bien lourde m'attendait, j'ai donc du résister à la terrible tentation. Bien m'en a pris car 2 mois plus tard j'apprends que le premier tome devrait sortir en français !

    Titre : Sans âme (Une aventure de Alexia Tarabotti)
    Titre VO : Soulless
    Auteur : Gail Carriger
    Edition : Orbit

    9782360510269.jpg


    Résumé :  Miss Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, ne lui avait pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame -t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

     

    Pour une obscure raison, l'ère victorienne se prête énormément aux récits fantastiques (serait-ce lié au sang lycanthrope qui coule dans les veines de la famille royale ?) aussi, voir des loups-garou, des vampires et des fantômes co-habiter en (quasi) parfaite harmonie avec les humains à une telle époque n'est pas le plus original de l'histoire. L'intrigue n'est d'ailleurs pas le point essentiel de l'histoire, on se doute assez tôt de l'issue finale. Non, le point fort de ce roman réside dans ses personnages hauts en couleur. 

    Dans Sans âme nous faisons donc la connaissance de Alexia Tarabotti, jeune vieille fille de 26 ans aux cheveux trop bruns, la peau trop mâte et le caractère bien trop trempé pour plaire à la gente masculine. L'histoire de passe sous le règne de la reine Victoria, à une époque où les loups-garou, vampires et fantômes sont acceptés de tous et ont même accès aux plus hautes fonctions de la monarchie. 

    Alexia Tarabotti est, comme je le disais, une veille fille de 26 ans, mise au rancart depuis ses 15 ans. Aussi, pendant que ses demi-soeurs pensaient à la meilleure tenue pour telle soirée, se devait-elle de trouver une autre occupation. Mais le plus souvent, ce sont les occupations qui la trouvent : Alexia a le chic pour se retrouver dans les pires situations. Cela commence par une attaque de vampire pendant qu'elle prend son thé qui se termine avec une tarte à la mélasse, et qui l'a conduit ensuite à enquêter sur des disparitions de surnaturels. De quoi bien occuper ses journées ! 

    Alexia est une sans-âme, une paranaturelle (je vous laisse découvrir par vous-même sa signification), et déclarée comme telle. Elle est bien connue des autres êtres surnaturels et surtout de Lord Maccon, le loup Alpha de Londres - beau, bourru et écossais, on reste difficilement insensibles (ce dernier va d'ailleurs bien l'aider lorsqu'elle en viendra à mettre en pratique ses découvertes...), son meilleur ami est un vampire excentrique, Lord Akeldama, et sa seule amie, Ivy Hisselpenny est tout aussi fantasque, surtout lorsqu'il est question de chapeaux. 

    Entre Elizabeth Peters (pour l'esprit à la Amelia Peabody de Alexia), Jane Austen (la famille de Alexia ressemble à s'y méprendre à celle de Lizzie) et Charlaine Harris (les vampires parmi les humains), Gail Carriger nous offre là un roman jubilatoire.

    L'intrigue bien maitrisée et pleine de rebondissements, et les personnages hauts-en-couleur en font un roman des plus jouissifs. Un humour omniprésent et une présence fantastique justement maîtrisée, le tout saupoudré d'un peu de romance et de sensualité rendent le tout encore plus plaisant.

    Les pages se tournent toutes seules, répliques cinglantes et situations truculentes sont au rendez-vous, et dès les premiers mots nous sommes sous le charme d'Alexia Tarabotti, de Lord Maccon et de tous les autres personnages extravagants autour d'eux. 

    Sans âme, c'est un concentré de bonne humeur. Aussi bon qu'un thé anglais accompagné d'une tarte à la mélasse ! Une histoire de vampires, de loup-garou et d'ombrelles en cuivre qui ne laissera personne indifférent !


    A quand la suite en français ? 

    Lien permanent Catégories : Livres 29 commentaires Pin it!
  • Nouveau design pour une nouvelle saison.

    La semaine dernière je vous disais que j'étais en panne d'inspiration. Et bien, finalement elle est revenue !

    DW600-0336.jpg

    Voila donc une nouvelle régénération un tout nouveau chez moi pour bien commencer cette nouvelle année (oui bon, l'année a commencé depuis 1 mois, et alors ?)

    Pas de gros changements si ce n'est les habituels : bannière et couleurs. Ai-je besoin d'expliquer la signification des illustrations de la bannière ? ^^ J'ai par contre supprimé plusieurs de mes addictions et en ait fait des "albums photos". Pour l'instant il n'y a que mes acteurs et actrices favoris, ainsi que les séries et auteurs - l'avantage c'est que comme ça, je peux mettre plus de jolies choses (surtout en ce qui concerne l'album des gentlemen ^^)  Les autres restent comme ça pour l'instant, je ferais des ajouts au fur et à mesure :) 

    Ça vous plait, j'espère ? =D 

    Et n'oublions pas l'info essentielle du jour (et la raison de mon titre digne de M6 ou TF1) : 

    Secret Diary of a Call Girl revient sur les écrans le 1er février pour sa 4ème et dernière saison !

    On a même droit à un trailer très.... hot ! 


    A suivre dès 22h sur ITV 2 pour les chanceux qui sont de l'autre côté !

    Lien permanent Catégories : Sweet Madness 17 commentaires Pin it!
  • Joe, Colin, des poneys et des cookies.

    Je vous parlais en ce début d'année du roman Bal de Givre à New-York gracieusement offert par Albin Michel. Et ben chez Albin Michel, non contents de nous offrir de chouettes livres, ils nous invitent aussi à déjeuner dans des restos tout aussi chouettes !

    Déjeuner avec qui ? Bah Fabrice Colin bien sur. Bah oui tant qu'à faire, autant déjeuner directement avec l'auteur ^^ L'occasion parfaite pour découvrir un peu plus l'écrivain et rencontrer d'autres bloggeuses "en or" - Pando, Ori, Lisa et Charlotte pour être précise.

    Et quel déjeuner ce fût ! Ça se passait mercredi dernier, chez Joe Allen, un resto américain, dans le quartier des Halles et qui propose de bon petits plats tout à fait pauvres en calories (si, si on y croit)

    Pando et moi étions les premières à arriver dans le quartier, mais les dernières à être arrivées au resto. Oui, on était tellement concentrées sur notre conversation über philosophique et nos verres qu'on s'est rendues compte de l'heure qu'il était à... 12h55. Pour un rendez-vous à 13h. Heureusement que nous avons eu la présence d'esprit de nous installer au café pile en face du resto ^^

    Nous voila donc chez Joe Allen, en présence de Fabrice Colin (qui a dû se sentir bien seul au milieu d'autant de filles)(ou pas en fait, les sujets abordés n'était pas typiquement féminins). C'est parti pour 2h de discussions autour d'un coca/bière/eau rayez la mention inutile. 

    joe20allen_1.jpg

    Et de quoi avons-nous parlé en 2h ? D'énormément de choses !

    De Fabrice Colin bien sûr, de ses romans, ses inspirations, son prochain polar pour adulte (qui ne raconte que des faits inventés). On a parlé de La Saga Mendelson, de sa veracité, et de comment un mythe s'est effondré à ce moment-là pour Charlotte. On a parlé de Terrienne de Jean Claude Mourlevat pour ensuite passer aux séries, à Somewhere, Au-Delà, New York, Helena Bonham Carter et Colin Firth ainsi que de la prochaine adaptation de P&P avec ce dernier. Et même de Wicked et du Magicien d'Oz !

    On a aussi parlé de nous, les bloggeuses, de ce qu'on fait dans la vie, et de notre "rôle" de bloggeuses - de quoi parlent de nos blogs, combien de temps on passe dessus. J'ai ainsi appris à Fabrice Colin ce qu'était un swap à thème. On a aussi parlé des challenges, des billets quotidiens, des reviews littéraires qu'on doit faire sans trop en dire... Bref, des bloggeuses vues par les auteurs et des petites choses qui nous rendent fières d'être des bloggeuses influentes. (ouais, on a déjeuné avec  Fabrice Colin, on est über influentes maintenant :P)

    Déjeuner avec un auteur rime bien évidemment avec anecdotes de la profession. Mais comme a dit Pando, on a pas signé une clause de confidentialité donc je ne révèlerais rien de ce qu'il s'est dit autour du steak tartare et du suprême de poulet. Sachez juste que Proust fût longuement cité. On a aussi eu une passionnante discussion sur ses déplacements (à Fabrice hein, pas Proust) dans les écoles et comment il en ressort avec une vision différente à chaque fois.

    Entre le steak et les cookies mit glace à la barbe à papa, on a aussi beaucoup discuté de Lady Oscar, Princesse Sarah, Midi les Zouzous. Ainsi que des poneys et de leur importance dans notre vie quotidienne (et fière de moi je suis, j'en ai même profité pour caser du Torchwood)(oui désolée les gens, mais pour moi poney= "I want a poney" = Torchwood S3). On a aussi parlé de foot, et de parisiens amateurs de café gourmands et de tomates cerises. 

    61231754.jpg

    (Photo by Oriane. Cookies by Joe Allen. Main et roman by Fabrice Colin)

    Je l'avoue, j'avais peur de me retrouver autour d'une table le nez dans mon assiette à écouter les mouches voler en attendant de trouver quelque chose d'intelligent à dire. Finalement, j'ai passé tout le déjeuner les yeux levés, le sourire aux lèvres priant pour que le beau serveur tatoué prenne son temps pour nous apporter les plats afin de faire durer le déjeuner.

    Mais Fabrice était attendu ailleurs, et le déjeuner a pris fin. Les 2h sont passées bien trop vite à mon goût. A ce rythme là on aurait vraiment pu tenir toute la journée !!

    Merci une fois encore à Sonia, Anne-Claire et Shaine pour l'invitation et les petits cadeaux. Et surtout, merci à Fabrice Colin pour sa gentillesse, son humour, ses anecdotes et sa disponibilité.

    De telles rencontres devraient se faire plus souvent. Discuter avec un auteur dans une ambiance aussi légère et agréable, c'est juste merveilleux ! On remet ça quand vous voulez :)

    Lien permanent Catégories : Sweet Madness 17 commentaires Pin it!